Pour Yaëlle Frei, les abus sexuels sont une ouverture à la pornographie addictive

Serge Carrel vendredi 21 juin 2019

Yaëlle Frei est active dans une association qui propose des accompagnements pour abandonner la pornographie. Victime d’abus sexuels entre 9 et 14 ans, cette jeune maman témoigne de son passage des abus à la consommation pornographique, et de sa guérison intérieure.

Yaëlle Frei a 33 ans. Installée dans son salon, cette maman de plusieurs enfants compulse un classeur où l’on distingue pêle-mêle des feuilles de notes, des lettres et des coupures de presse. Sur un ton monocorde, elle raconte ce par quoi elle est passée en matière d’abus sexuels.

Un habitué du cercle familial

En 1999, les parents de Yaëlle déposent plainte contre un jeune homme qui fréquente les milieux évangéliques de Suisse romande pour abus sexuels contre leur fille. Depuis 4 ans, le jeune homme qui ne fréquente pas la même Eglise que la famille de Yaëlle, est un habitué de leur cercle familial. Antoine (1) aime jouer avec les enfants et bénéficie d’une grande popularité auprès de ceux-ci. Il travaille de nuit et a déposé un flipper au domicile des parents de Yaëlle, ce qui lui donne un prétexte pour des visites fréquentes. « Il entrait sans qu’on le sache par le velux. Tout à coup, on entendait le flipper fonctionner à l’étage… Il avait débarqué ! »

Pendant les 5 ans qu’a duré cette proximité, Antoine a abusé de Yaëlle plusieurs dizaines de fois. « Ma maman avait un souci avec lui, mais elle n’aurait jamais imaginé cela ! » Un jour, un magazine d’une grande chaîne de distribution arrive sur la table familiale. Il traite des abus sexuels. C’est l’occasion pour Yaëlle de parler pour la première fois à ses parents de l’enfer qu’elle traverse. Ceux-ci déposent plainte et sont rejoints par une dizaine d’autres parents qui découvrent que leurs adolescentes ont aussi été abusées par Antoine. Le procès a lieu en novembre 2000 et l’homme proche de la trentaine est condamné à 5 ans de prison ferme.

Des abus à la pornographie

Aujourd’hui, Yaëlle a fondé Innocence (2), une association spécialisée dans la sortie de la pornographie. Pour elle, il y a un lien entre les abus dont elle a été victime entre 9 et 14 ans et sa consommation de pornographie plus tard dans l’adolescence. « Quand les abus d’Antoine ont été terminés, j’ai voulu comprendre les sensations que j’avais ressenties, explique-t-elle. Une telle démarche ne concerne pas toutes les victimes d’abus. Il y a des gestes de l’abuseur qui procurent un certain plaisir, et j’ai voulu découvrir cela par moi-même. » C’est ce que les psychologues définissent comme une partie d’un sentiment d’ambivalence que ressentent les victimes. D’un côté, il y a un sentiment négatif face à l’abus : la honte, la souffrance, la culpabilité… et, de l’autre : un certain plaisir relationnel, sensuel ou même sexuel dans la première phase de l’abus.

Yaëlle se met tout d’abord à lire des petites annonces en lien avec la prostitution. Ensuite, elle commence à parcourir de la littérature érotique, puis pornographique sur Internet. « Je lisais des choses où les filles étaient des victimes… En fait, j’ai eu besoin de découvrir que des adolescentes vivaient les mêmes choses que moi ou pires. » Yaëlle se procure du plaisir en voyant des filles souffrir et subir un rapport de domination ou de manipulation. « Pas sûr que si je n’avais pas subi ces abus, j’aurais eu besoin de découvrir tout cela. C’est parti d’une envie de connaître et, en final, je me suis fait totalement « avoir » par le monde de la pornographie. »

Une vulnérabilité à gérer

Aujourd’hui, Yaëlle Frei se sait vulnérable. Elle a suivi une relation d’aide au travers de laquelle elle a compris que son traumatisme ne serait jamais complètement « réglé ». Lors d’un camp de ski chrétien, elle a eu l’occasion de retrouver sa joie. « J’ai perçu que je n’étais pas simplement quelqu’un de timide, mais que ma joie m’avait été volée. J’ai vécu une guérison, mais régulièrement je tire des racines de cette mauvaise herbe qui a été semée en moi, et on « règle » les choses les unes après les autres. J’ai craint longtemps que mon abuseur ne revienne chez moi par surprise. J’ai été libérée de cette crainte. Je faisais beaucoup de cauchemars, et cela s’est atténué, notamment au travers de la prière. Je vis en paix. Je ne suis pas dans la souffrance, mais je sais que la guérison est un processus continu. » Pour la suite, Yaëlle fait confiance au Seigneur. « S’il a permis de tels abus dans ma vie, je peux en tout cas en tirer une chose positive : être une voix pour ceux qui n’osent pas parler ! »

Serge Carrel

Notes
1 Prénom d’emprunt.
Publicité
  • Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Le peuple suisse se prononce le 9 février sur l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie. Pour nourrir le débat, Marc Früh, responsable de l’Union démocratique fédérale (UDF) en Suisse romande, à l’origine du référendum qui combat cet ajout à l’article 261 bis du code pénal, et André Varidel, chrétien homosexuel issu des milieux évangéliques, répondent à trois questions.

    vendredi 24 janvier 2020
  • Le Sahel et ses tensions religieuses s’invitent au WEF

    Le Sahel et ses tensions religieuses s’invitent au WEF

    Le forum de Davos s’ouvre aujourd’hui mardi 21 janvier. Le Sahel et ses tensions religieuses y seront pour la première fois l’objet d’une conférence, organisée notamment par l’Alliance évangélique mondiale.

    mardi 21 janvier 2020
  • Tempête religieuse au Monténégro juste avant le Noël orthodoxe

    Tempête religieuse au Monténégro juste avant le Noël orthodoxe

    Une loi sur la liberté religieuse enflamme le Monténégro, petit pays balkanique aux trois quarts orthodoxe. Les centaines de monastères et les nombreuses terres de l’Eglise orthodoxe serbe, majoritaire, pourraient tout bonnement passer aux mains de l’Etat. Noël, que les orthodoxes célèbrent ce mardi 7 janvier, s’annonce tempétueux.

    lundi 06 janvier 2020
  • "Il faut que les chrétiens reviennent vivre au Proche-Orient"

    "Il faut que les chrétiens reviennent vivre au Proche-Orient"

    Il a maintes fois risqué mourir d’une balle perdue. Au cœur du chaos syrien, dans la ville de Homs, le prêtre syrien Ziad Hilal est resté pendant les 8 années de guerre. « Parce qu’on ne quitte pas les gens quand ils passent par un temps difficile. » A la veille de Noël, il dit ne pas pouvoir imaginer un christianisme sans ses racines au Proche-Orient, « où Jésus est né, a marché et annoncé la Bonne Nouvelle. Il faut que les chrétiens reviennent y vivre ! »

    dimanche 22 décembre 2019

eglisesfree.ch

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

  • Rencontre générale: vers un nouveau modèle de financement de la FREE

    Mer 18 décembre 2019

    La Rencontre générale de la FREE, dans sa nouvelle formule, a en bonne partie été consacrée à la présentation d’un nouveau modèle de financement. Quant au thème de réflexion de la journée, il était consacré aux bâtiments d’Eglises, leurs caractéristiques « missionnelles » ou non.

  • Inondations au sud du Laos: le riz vient à manquer dans certains villages

    Jeu 05 décembre 2019

    Les inondations du début du mois de septembre dernier dans les six provinces du sud Laos sont passées inaperçues pour la majorité des Européens. Trois mois après, les cicatrices laissées par cette catastrophe restent profondes.

  • Soutenez l'Action de Noël 2019 au Sénégal et en France

    Jeu 05 décembre 2019

    Vous pouvez soutenir ces deux projets et obtenir des informations supplémentaires à leur sujet sur les sites internet www.eglisesfree.ch et www.sme-suisse.org.

LAFREE.INFO

  • Une nouvelle édition du «Quart d’heure pour l’essentiel» sort pour Pâques 2020

    Ven 14 février 2020

    Un journal avec des articles qui parlent de la résurrection de Jésus, voilà le but du prochain « Quart d’heure pour l’essentiel ». Sponsorisé par vos soins, ce journal gratuit pourrait atterrir entre les mains de vos voisins ou des habitants de votre commune. Appel aux parrainages ! D’ici le 16 février !

  • Christian Schwarz : « Dans le monde, la participation au culte change de manière impressionnante »

    Ven 14 février 2020

    Christian A. Schwarz est un expert allemand de la croissance de l’Eglise. Il a étudié 75 000 communautés dans 86 pays et publié de nombreux ouvrages, dont certains sont traduits en français (1). Dans cet entretien accordé au magazine IdeaSpektrum au début de cette année, il présente les résultats de ses dernières recherches, notamment sur la baisse de la fréquentation au culte que connaissent de nombreuses Eglises aujourd’hui.

  • Torrents de vie-France : le pasteur Werner Loertscher répond à ses détracteurs

    Ven 14 février 2020

    L’automne dernier, l’association Torrents de vie-France a été mise en cause à la fois dans le livre-enquête « Dieu est amour. Infiltrés parmi ceux qui veulent ‘guérir’ les homosexuels » (1) et lors d’une audition parlementaire sur les « thérapies de conversion » en lien avec l’homosexualité. De passage en Suisse, le pasteur évangélique Werner Loertscher, président de Torrents de vie, fait le point sur cette affaire où le manque de clarté dans les termes utilisés n’a pas facilité la qualité des échanges et du débat. Rencontre.

  • Initiatives pour des multinationales responsables: «Au nom de l’argent tout-puissant» par Jean-René Moret

    Jeu 13 février 2020

    Le peuple suisse devrait voter en automne ou en hiver prochain sur l’initiative pour des multinationales responsables. Objectif : obliger les multinationales qui ont leur siège en Suisse à respecter les droits humains et l’environnement à l’étranger. Le pasteur Jean-René Moret s’interroge sur les valeurs qui président aux débats autour de cette question sous la coupole fédérale.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !