Pour Yaëlle Frei, les abus sexuels sont une ouverture à la pornographie addictive

Serge Carrel vendredi 21 juin 2019

Yaëlle Frei est active dans une association qui propose des accompagnements pour abandonner la pornographie. Victime d’abus sexuels entre 9 et 14 ans, cette jeune maman témoigne de son passage des abus à la consommation pornographique, et de sa guérison intérieure.

Yaëlle Frei a 33 ans. Installée dans son salon, cette maman de plusieurs enfants compulse un classeur où l’on distingue pêle-mêle des feuilles de notes, des lettres et des coupures de presse. Sur un ton monocorde, elle raconte ce par quoi elle est passée en matière d’abus sexuels.

Un habitué du cercle familial

En 1999, les parents de Yaëlle déposent plainte contre un jeune homme qui fréquente les milieux évangéliques de Suisse romande pour abus sexuels contre leur fille. Depuis 4 ans, le jeune homme qui ne fréquente pas la même Eglise que la famille de Yaëlle, est un habitué de leur cercle familial. Antoine (1) aime jouer avec les enfants et bénéficie d’une grande popularité auprès de ceux-ci. Il travaille de nuit et a déposé un flipper au domicile des parents de Yaëlle, ce qui lui donne un prétexte pour des visites fréquentes. « Il entrait sans qu’on le sache par le velux. Tout à coup, on entendait le flipper fonctionner à l’étage… Il avait débarqué ! »

Pendant les 5 ans qu’a duré cette proximité, Antoine a abusé de Yaëlle plusieurs dizaines de fois. « Ma maman avait un souci avec lui, mais elle n’aurait jamais imaginé cela ! » Un jour, un magazine d’une grande chaîne de distribution arrive sur la table familiale. Il traite des abus sexuels. C’est l’occasion pour Yaëlle de parler pour la première fois à ses parents de l’enfer qu’elle traverse. Ceux-ci déposent plainte et sont rejoints par une dizaine d’autres parents qui découvrent que leurs adolescentes ont aussi été abusées par Antoine. Le procès a lieu en novembre 2000 et l’homme proche de la trentaine est condamné à 5 ans de prison ferme.

Des abus à la pornographie

Aujourd’hui, Yaëlle a fondé Innocence (2), une association spécialisée dans la sortie de la pornographie. Pour elle, il y a un lien entre les abus dont elle a été victime entre 9 et 14 ans et sa consommation de pornographie plus tard dans l’adolescence. « Quand les abus d’Antoine ont été terminés, j’ai voulu comprendre les sensations que j’avais ressenties, explique-t-elle. Une telle démarche ne concerne pas toutes les victimes d’abus. Il y a des gestes de l’abuseur qui procurent un certain plaisir, et j’ai voulu découvrir cela par moi-même. » C’est ce que les psychologues définissent comme une partie d’un sentiment d’ambivalence que ressentent les victimes. D’un côté, il y a un sentiment négatif face à l’abus : la honte, la souffrance, la culpabilité… et, de l’autre : un certain plaisir relationnel, sensuel ou même sexuel dans la première phase de l’abus.

Yaëlle se met tout d’abord à lire des petites annonces en lien avec la prostitution. Ensuite, elle commence à parcourir de la littérature érotique, puis pornographique sur Internet. « Je lisais des choses où les filles étaient des victimes… En fait, j’ai eu besoin de découvrir que des adolescentes vivaient les mêmes choses que moi ou pires. » Yaëlle se procure du plaisir en voyant des filles souffrir et subir un rapport de domination ou de manipulation. « Pas sûr que si je n’avais pas subi ces abus, j’aurais eu besoin de découvrir tout cela. C’est parti d’une envie de connaître et, en final, je me suis fait totalement « avoir » par le monde de la pornographie. »

Une vulnérabilité à gérer

Aujourd’hui, Yaëlle Frei se sait vulnérable. Elle a suivi une relation d’aide au travers de laquelle elle a compris que son traumatisme ne serait jamais complètement « réglé ». Lors d’un camp de ski chrétien, elle a eu l’occasion de retrouver sa joie. « J’ai perçu que je n’étais pas simplement quelqu’un de timide, mais que ma joie m’avait été volée. J’ai vécu une guérison, mais régulièrement je tire des racines de cette mauvaise herbe qui a été semée en moi, et on « règle » les choses les unes après les autres. J’ai craint longtemps que mon abuseur ne revienne chez moi par surprise. J’ai été libérée de cette crainte. Je faisais beaucoup de cauchemars, et cela s’est atténué, notamment au travers de la prière. Je vis en paix. Je ne suis pas dans la souffrance, mais je sais que la guérison est un processus continu. » Pour la suite, Yaëlle fait confiance au Seigneur. « S’il a permis de tels abus dans ma vie, je peux en tout cas en tirer une chose positive : être une voix pour ceux qui n’osent pas parler ! »

Serge Carrel

Notes
1 Prénom d’emprunt.
Publicité
  • Etre des citoyens « à la loyauté critique »

    Etre des citoyens « à la loyauté critique »

    L’acquittement de Norbert Valley : une victoire ? « C’est une étape », estime Pierre Bühler, professeur honoraire de théologie à l’Université de Zurich, témoin de la défense jeudi 12 mars au Tribunal Régional des Montagnes et du Val-de-Ruz. Pour lui, il faut plus que jamais que le chrétien soit un citoyen « à la loyauté critique ». D’autant plus quand l’Etat prend des décisions contraires à ses principes supérieurs. Plusieurs réactions de personnes présentes à l'audience lui font écho.

    lundi 16 mars 2020
  • A Sarajevo, des migrants pakistanais dynamisent une église locale.

    A Sarajevo, des migrants pakistanais dynamisent une église locale.

    Trouver un lieu de culte est parfois l’un des premiers réflexes des personnes migrantes. A Sarajevo, des Pakistanais convertis au christianisme ont découvert une communauté évangélique baptiste, où ils trouvent réconfort et entraide. « Ils nous sont en bénédiction », exprime son pasteur Tomislav Dobutovic.

    mardi 18 février 2020
  • Danilo Gay, un témoin derrière la grande muraille de Bosnie

    Danilo Gay, un témoin derrière la grande muraille de Bosnie

    Bloqués par des frontières devenues quasi hermétiques, les migrants qui empruntent à nouveau la route des Balkans ne parviennent guère à dépasser la Bosnie-Herzégovine. Ils s’y retrouvent comme coincés, parfois en grande souffrance. Le diacre protestant Danilo Gay est allé sur place faire preuve de solidarité.

    vendredi 14 février 2020
  • Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Le peuple suisse se prononce le 9 février sur l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie. Pour nourrir le débat, Marc Früh, responsable de l’Union démocratique fédérale (UDF) en Suisse romande, à l’origine du référendum qui combat cet ajout à l’article 261 bis du code pénal, et André Varidel, chrétien homosexuel issu des milieux évangéliques, répondent à trois questions.

    vendredi 24 janvier 2020

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

LAFREE.INFO

  • Jour 15: prions pour un retour à la crainte de Dieu et à l’essentiel ! (6 avril)

    Dim 05 avril 2020

    Persévérons dans l’adoration, l’action de grâce et l’intercession durant cette dernière semaine avant Pâques ! L’action de prière « 21 x 5 = ? » propose aujourd’hui quelques nouveaux sujets, rédigés par David Hoehn, pasteur dans l’Eglise évangélique libre de La Côte-aux-Fées.

  • Jour 14: prions pour l’unité de l’Eglise (5 avril)

    Sam 04 avril 2020

    L’action de prière « 21 x 5 = ? » entre dans sa dernière ligne droite. Continuons à chercher la face de notre Père céleste et ne nous relâchons pas ! David Hoehn et Maxime Jaquillard, initiateurs du projet, aimeraient donner la parole à quelques autres personnes au cœur d’intercesseur. Ainsi, Daniela Margaroli, pasteure de la Chiesa Ticino à Sant'Antonio, vont nous conduire dans la prière aujourd’hui.

  • Jour 13: prions pour le monde (4 avril)

    Ven 03 avril 2020

    L’action de prière « 21 x 5 = ? » vous propose de prier aujourd’hui pour les différents pays du monde touchés par la pandémie de covid-19. Philippe Henchoz, pasteur dans l’Eglise évangélique de Meyrin (GE), vous propose ce parcours.

  • Les évangéliques ensemble en prière le Jeudi saint 9 avril à 20h

    Ven 03 avril 2020

    Le Réseau évangélique suisse et plusieurs fédérations d’Eglises évangéliques appellent à passer ensemble une heure de prière le Jeudi saint 9 avril de 20h à 21h. Ce temps de prière pourra être suivi en live sur le site : www.prierensemble.ch. Cette invitation est en lien avec l’appel des Eglises chrétiennes de Suisse à allumer une bougie à sa fenêtre le jeudi à 20h en signe de solidarité avec les victimes de la pandémie.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !