« Noël n’est pas un nouveau "black Friday" » !

Gabrielle Desarzens lundi 03 décembre 2018

Pour Alexis Bourgeois, coordinateur romand de StopPauvreté, il y a de la joie à s’approcher de Noël. « C’est une fête qui n’a rien d’un black Friday, mais qui signifie à chaque fois quelque chose de profond ! »

A discuter avec lui de la période de l’Avent à bâtons rompus, Alexis Bourgeois relève affectionner un verset en particulier : quand Jésus propose à celles et ceux qui l’entourent de chercher d’abord le royaume de Dieu et sa justice (Matthieu 6 :33). C’est dans cet esprit qu’il chemine vers Noël, « qui n’a rien d’un nouveau black Friday ! », souligne-t-il.

Que représente pour vous cette période de l’Avent ?

-          Elle représente la venue d’un roi avec une magnifique espérance de justice et de paix. Et il y a de la joie dans cette attente. Les protagonistes de l’Ancien Testament attendaient la venue du Messie ? Aujourd’hui, on attend la venue de ce qu’on appelle le royaume de Dieu. Et chaque année marque une étape dans cette avancée : c’est très réjouissant.

Ce qui me surprend par contre, c’est tout ce qu’on fait de Noël. On est sorti de sa signification et le piéton lambda ne sait plus trop ce qu’il fête.

Qu’est-ce qui vous motive à StopPauvreté ?

-          J’y travaille depuis mai dernier. Je réalise qu’en tant que chrétien, on a un rôle à jouer dans le soin porté à son prochain et à la création. Mon prochain est aussi le démuni du Sud de la planète que le dérèglement climatique impacte en premier. Cela me parle alors de ma responsabilité, de mes habitudes dans l’utilisation excessive de plastiques par exemple et cela m’accompagne dans mon cheminement vers Noël : j’ai envie, sans culpabiliser, d’avoir l’attitude la plus conséquente possible.

Quels sont vos prochains défis ?

-          Entre autres le développement de l’Eglise verte, une notion qui a pris du sens pour moi. Je comprends que Dieu demande aux êtres humains d’endosser un rôle d’intendance de la création. Et je pense que l’Eglise, soit l’ensemble des chrétiens, a là un rôle clé à jouer dans cette bonne gestion de la nature.

Alexis Bourgeois, 29 ans, marié et papa de deux jeunes enfants, est membre de l’Action biblique à Meinier (GE).

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !