Des multinationales bientôt responsables ?

vendredi 14 juin 2019

Le Conseil national a accepté jeudi le contre-projet à l’Initiative pour des multinationales responsables. « C’est une belle victoire d’étape », s’est réjouie vendredi 14 juin Chantal Peyer de Pain Pour le Prochain. « C’est une affaire de justice », avait déclaré avant elle et sur ce dossier Dick Marty, co-président du comité d’initiative.

Trois mois après son refus par le Conseil des Etats, la chambre basse de l’Assemblée fédérale a adopté jeudi 13 juin le contre-projet à l’initiative pour des multinationales responsables (109 voix pour, 69 contre et 7  abstentions). « L’économie suisse est de plus en plus divisée sur la question », commente Chantal Peyer, cheffe d’équipe à l’ONG Pain Pour le Prochain. Mercredi, plusieurs acteurs économiques d’importance avaient envoyé une lettre aux membres du Conseil national pour soutenir le contre-projet, soit la Fédération des entreprises romandes (45'000 membres), la chambre de commerce, de l'industrie et des services de Genève (CCIG), le STSA (lobby suisse des matières premières et traders, basé à Genève), le Centre Patronal et bien sûr le Groupement des entreprises Multinationales (92 membres) basé à Genève. Parallèlement, des investisseurs représentant 395 milliards d'actifs ont fait pareil en signant une « Déclaration pour un devoir de diligence obligatoire en matière de droits humains en Suisse ». Parmi eux, Safra Sarasin, mais aussi la caisse de pension du canton de Genève, celle du canton de Vaud et celle du canton de Neuchâtel.

Les multinationales, les colonisateurs d’aujourd’hui

Pour Dick Marty, co-président du comité d’initiative pour des multinationales responsables, le dossier est une affaire de justice : « J’ai moi-même été à plusieurs reprises dans ces pays fragiles, où il y a un paradoxe incroyable : ce sont des pays virtuellement très riches, comme par exemple le Congo RDC, où la population vit dans une grande précarité. Il n’y a plus la colonisation, mais celle-ci a été remplacée par des multinationales! » Rencontré à Loèche-les-Bains pour une émission diffusée sur RTS La Première, il avait ajouté : « Il faut maintenant pouvoir se regarder en face dans la glace et convenir qu’on ne peut pas bâtir notre richesse et notre avenir sur la pauvreté et les abus. Vous savez, quand il y un système de justice qui est introduit, tout le monde est vainqueur ! »

Le contre-projet doit retourner au Conseil des Etats en août.

Gabrielle Desarzens

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !