Le silence des femmes abusées est à combattre

vendredi 14 juin 2019

Elle s’assied sur le canapé. Et souligne d’emblée la force des prises de paroles des femmes abusées : « En témoignant, on fait en sorte que les abuseurs ne gagnent pas. Et on avance. Il faut sortir du silence. » Ce troisième témoignage met en avant, ce vendredi 14 juin, le combat de plusieurs.

Sophie (prénom d’emprunt), la cinquantaine, est la troisième à prendre la parole, après Céline et Eliane. Elevée dans un milieu évangélique darbyste, elle a été, tout comme sa jeune sœur, victime enfant d’abus sexuels de la part d’un employé de son père. « Quand j’ai eu trois ans, ma mère a eu des jumeaux. Mon abuseur m’invitait alors faire la sieste avec lui. » Dans la ferme familiale, le cinquantenaire, fidèle lui aux milieux réformés, évoluait par ailleurs comme chez lui.

Manifestations physiques

A quoi bon parler aujourd’hui de ces actes ? A quoi bon remuer la boue ? « Mon corps a longtemps manifesté que quelque chose n’allait pas, répond Sophie. Cela s’est traduit d’abord par un cycle menstruel difficile et douloureux, puis par une importante prise de poids. J’ai beaucoup souffert de maux de dos et j’ai développé des symptômes pour lesquels des diagnostics de maladies atypiques ont été posés. Au final, j’ai mis des années à me reconnecter à moi-même, à m’avouer le fait que j’avais été abusée. Et il a fallu mettre des mots, ce qui a été difficile. Comment dire ? Pendant 40 ans, le silence avait jusque-là fait partie de ma vie et, petit à petit, je réalisais que je devais apprivoiser ma peur et oser aller à la rencontre de cette partie de moi construite dans un flou total. J’avais l’impression d’être séparée en deux : la petite fille abusée mais dans le déni d’un côté, et la femme qui a construit sa vie comme elle a pu de l’autre. C’est alors que le long chemin a commencé pour redresser ce qui avait été tordu par l’abus et le mensonge, et qui avait inévitablement impacté tous les domaines de ma vie. J’ai connu des moments de honte et de dégoût, et l’envie de me faire du mal car, en parlant, j’avais l’impression de trahir et d’être méchante. Il faut comprendre que ces années de travail sont épuisantes, parce que vous faites sans arrêt des allers et retours dans ce vécu douloureux. C’est perturbant ! »

Une femme sur trois

Aujourd’hui éducatrice auprès de jeunes en difficulté, elle constate que oui, une femme sur trois selon diverses études est violée, battue, forcée à l’acte sexuel ou abusée au moins une fois dans sa vie. « Mais avoir une parole, c’est salutaire. Je me rends compte actuellement combien c’est important de faire valoir ce qu’on a vécu. » Pour elle, la force des témoignages mis bout à bout rend justice à toute une communauté féminine dont la parole peut enfin être libérée : « Reconnaître les abus dont elles ont été victimes permet aux femmes d’avancer. Et fait au final que les abuseurs ne gagnent pas. C’est essentiel. »

Des amitiés porteuses

Sophie n’a pas perdu la foi, même si en se remettant dans le contexte d’alors, elle reconnait que le fait d’avoir grandi dans un milieu où la femme était présente dans le silence et où le sujet de la sexualité était quasi tabou, a certainement rajouté de la difficulté à trouver les mots pour exprimer ce qu’elle vivait. Elle dit avoir cheminé un temps dans une autre église évangélique où elle a découvert des amitiés « porteuses et fortes ». Et souligne surtout avoir gagné en authenticité : « Je me sens maintenant vivante. Et entends dénoncer tous les abus susceptibles de mettre comme une chape de plomb sur toute expression, et toute expression féminine en particulier. »

Gabrielle Desarzens

Le témoignage d'Eliane

Le témoignage de Céline

 

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !