Gabrielle Nanchen : « Ma foi chrétienne, c’est marcher par étapes »

lundi 08 février 2021

A l’occasion des 50 ans du droit de vote des femmes, la septuagénaire Gabrielle Nanchen a revisité son passé au micro de Gabrielle Desarzens dimanche 7 février dans l’émission Hautes Fréquences. Elle a aussi évoqué la place qu’ont eu et qu’ont encore les valeurs chrétiennes dans sa vie.

 

Kinder, Küche, Kirche (ndlr : enfants, cuisine, église) : les 3 K ont longtemps motivé la Ligue suisse des femmes catholiques à s’opposer au droit de vote féminin, qui a finalement été accepté par le corps électoral masculin le 7 février 1971. Devenue fin octobre 1971 la plus jeune élue au Conseil national, Gabrielle Nanchen, membre du parti socialiste, a expliqué dans son village valaisan d’Icogne ces résistances. Et parlé de sa foi chrétienne qui se vit selon elle « par étapes », comme le chemin de St Jacques de Compostelle qu’elle a parcouru. Par la fenêtre du chalet, les montagnes sont majestueuses sous un ciel bleu éclatant.

  • Gabrielle Nanchen, qu’est-ce qui a selon vous permis il y a 50 ans ce OUI au vote des femmes à 65,7% des voix ?

Il y a eu un changement de mentalité certain. J’ai regardé certains livres d’histoire : des auteurs parlent du tournant qui a été possible dans des cantons catholiques comme le Valais grâce au Concile Vatican 2. Et le fait que puisque l’Eglise se transformait, le parti dominant qui était l’ancien parti catholique conservateur – et qui venait de devenir le PDC  –  se transformait aussi un petit peu. Cela a sûrement joué alors un rôle énorme. Les mentalités en Suisse ont basculé. Et puis en Valais, il faut dire qu’André Luisier, rédacteur en chef du Nouvelliste, seul quotidien francophone, était plus qu’un fervent supporter de l’Eglise. Il était d’ailleurs plus près d’Ecône, de St Pie X et de l’extrême droite que du PDC. Lui était un farouche opposant au droit de vote des femmes. Mais avec ce changement dans l’Eglise catholique, les choses se sont assouplies. Donc les Valaisans ont pu dire oui. Et ils l’ont dit une année avant les Suisses puisque le vote a eu lieu en 1970.

  • Les femmes catholiques ont beaucoup freiné quant au vote féminin, notamment la Ligue suisse des femmes catholiques qui a défendu des positions conservatrices. Comme catholique, ou comme chrétienne pratiquante comme vous préférez vous présenter, comment avez-vous vécu ce positionnement ?

Pour moi c’était inqualifiable, je ne le comprenais pas. Mais l’Eglise avait laissé entendre, ou en tous les cas les partis qui se réclamaient de l’Eglise, que le rôle de la femme était les 3 K : Kinder, Küche, Kirche. Donc notre devoir de toute éternité c’était de faire des enfants et de panosser. Et ne pas le faire c’était commettre des péchés. Donc les femmes, comme les hommes je pense dans les régions très religieuses, n’avaient pas envie d’aller en enfer. Si voter pour le droit de vote des femmes vous amenait en enfer, donc autant continuer comme on l’avait toujours fait !  

  • Vous vous êtes sentie en porte-à-faux avec ces femmes catholiques ?

Oui. Aussi sur d’autres objets, comme sur l’avortement. Cela a été très douloureux. Parce que dans mes premières années au Conseil national, il a été question de la décriminalisation de l’avortement, c’est-à-dire de l’introduction de ce qu’on a appelé la solution du délai. Et j’ai voté pour, sans être pour autant une militante de l’avortement. J’étais un peu partagée moi-même. Mais la vie de ce point de vue-là avait été douce avec moi. Je n’ai jamais eu besoin de recourir à des solutions douloureuses comme celle-ci. J’ai eu les grossesses que je voulais. Mais je ne pouvais pas en conscience imposer des choses à d’autres femmes. Mais j’ai su que je prenais des risques. Pour André Luisier, qui avait décidé de m’ignorer, sauf pour me nuire, je suis devenue l’avorteuse numéro 1 en Valais. Et c’était terrible parce que c’était une réputation qui me précédait partout. Et qui a duré des années et des années. Un copain du Haut-Valais m’a raconté qu’un dimanche à la messe, pendant le sermon, le curé a dit qu’il fallait à tous prix se méfier de la « Rote Teufelin », de la diablesse rouge...     

  • Est-ce que c’est pour cela que vous préférez vous qualifier de chrétienne pratiquante aujourd’hui plutôt que de catholique ?

Non, je crois que c’est parce que j’ai rencontré des chrétiens qui m’ont montré d’autres dimensions que celles de mon catholicisme étroit. J’ai rencontré des protestants pour qui l’engagement social et politique découlait directement de la lecture de l’Evangile. C’était dans leurs gènes ! Puis j’ai eu la chance d’aller en Russie, d’aller dans des églises orthodoxes et je suis une « fan » des icônes et de leur liturgie, de leur musique et de l’odeur des bougies… Je me sens bien dans les trois traditions, en fait. Et quand je récite le credo, je dis que je crois en l’Eglise universelle.

  • Quel regard jetez-vous aujourd’hui sur l’avancée des femmes en politique ?

Il faut savoir ce qu’on appelle politique.  Dans les parlement et gouvernements, elles n’ont pas toute la place encore qui leur reviendrait. Et on a besoin d’elles. On a besoin de femmes et d’hommes qui apportent un souffle différent, ces valeurs qu’on dit « féminines ». C’est l’empathie, la bienveillance, le souci de l’harmonie entre les humains. Le besoin de paix, le besoin d’avoir un environnement qui ne soit pas malsain. Des politiciens avec ces valeurs-là, on en a besoin, c’est une question de survie pour la planète.   

Cela dit, les femmes font la politique autrement et elles la font drôlement bien. Regardez les manifestations comme celles pour le climat ou la grève des femmes du 14 juin 2019 : c’était incroyable de voir ces femmes, leur courage, leur attitude d’accueil à l’égard des autres, à l’égard des migrants, à l’égard de ceux que l’on considère comme différents, ce refus de l’exclusion… Elles étaient aux premières loges et elles criaient fort. Donc dans le mouvement citoyen, les femmes sont bien là et je m’en réjouis beaucoup.

  • Est-ce que votre foi chrétienne a eu de l’impact sur votre engagement politique ?

Oui, indéniablement, mais je n’osais pas le dire. Si je regarde en arrière, les valeurs qui ont toujours éclairé mon chemin sont les valeurs chrétiennes. Mais comme ces valeurs recoupaient mes valeurs féministes et mes valeurs de gauche, je n’avais pas besoin de mettre l’étiquette.  Aujourd’hui, je le fais avec plaisir.

  • Avec quels effets concrets ?

D’essayer de vouloir du bien à mon prochain. Et à mon lointain. Et c’est plus difficile de vouloir du bien à son prochain tout proche et de se comporter de telle façon qu’il sente qu’il est important.

  • Gabrielle Nanchen, vous avez marché sur le chemin de St Jacques de Compostelle. Vous avez d’ailleurs écrit plusieurs livres sur cette expérience. Qu’est-ce qui vous a fait du bien pendant cette marche ?

Ce qui m’a fait du bien, surtout lors du premier cheminement que j’ai fait il y a exactement 20 ans, seule pendant trois mois, c’est de me rencontrer moi-même, d’abord. Quand on marche, on est bien obligé de s’apprivoiser, tel qu’on est : on ne peut pas tellement se mentir. Et c’est dur : il y a plein de choses que l’on doit éliminer, dont on doit faire le deuil. Plein de rancœurs, de dénis de reconnaissance. Plein de haines parfois. Plein de cadavres, quoi. Et puis avec les larmes, tout cela s’évacue très bien. Et puis après, quelles belles joies on découvre ! Et c’est peut-être cela que j’ai aimé sur ce chemin. Ces moments de joie pure. Cela vous transporte, cela vous donne envie d’être légère comme un pétale de cerisier qui vient de tomber sur votre main. Légère comme l’odeur du chèvrefeuille que vous respirez en marchant. Légère comme le chant d’un oiseau au milieu des feuilles dorées par le soleil du matin. 

  • Que trouvez-vous d’essentiel dans votre foi chrétienne ?

Je trouve la force de marcher 25 kilomètres par jour. Parce que c’est aussi ça que j’ai appris sur ce chemin : ne pas penser aux 1600 kilomètres qui me séparent de mon but. Je suis trop petite. Trop fragile. Le sac est trop lourd. J’aurai trop peur. Il y aura trop de chiens. Mais en revanche, de me dire que jusqu’au prochain gîte, j’ai 23 kilomètres et demi, cela c’est faisable. Et j’arrive, et la douche est tiède, la couchette plus ou moins confortable. Et c’est le bonheur. La vie de tous les jours, c’est beaucoup plus difficile que le chemin de Compostelle. Il faut se dire que l’horizon, on ne le voit pas. Surtout comme maintenant en cette période de pandémie. Mais il faut marcher. Et regarder comme c’est beau dehors. Deviner le sourire de cette personne en face de soi, dont on ne voit pas le bas du visage, masqué, mais dont le regard est plein de lumière. Donc il faut prendre ça et marcher encore un petit bout.

C’est cela que m’apporte ma foi chrétienne : elle m’apprend qu’il me faut marcher par étapes. Et garder l’espoir que même si le but est très lointain, il est accessible. Dans ma foi il y a beaucoup d’espoir. Je pense que l’espérance est plus importante que la foi, en fait. La foi, c’est la confiance dans la vie. Et l’espérance, c’est ce qui nous permet de marcher, envers et contre tout.

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

Une émission à écouter 

  • Encadré 1:

    Gabrielle Nanchen s’est battu toute sa vie en faveur des femmes : en pionnière pour le congé parental, pour l’assurance-maternité, pour la flexibilité de l’âge de la retraite, mais aussi pour les exclus et les plus pauvres, en parvenant à faire abolir le statut de saisonnier.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

    vendredi 20 mai 2022
  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

    lundi 04 avril 2022
  • Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    De la chapelle de Villard (FREE) à celle, toute monacale, des clarisses de Jongny : Maude Zolliker, 28 ans, nourrit avec 5 autres jeunes adultes le projet d’ouvrir une communauté d’accueil sur le domaine de la Grant Part jusque-là animé uniquement par les Sœurs. Une façon pour elle de vivre sa foi « concrètement ».

    mercredi 02 février 2022
  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

    vendredi 09 juillet 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

  • Dès janvier 2023, Virginie et Christian Reichel animent 10 soirées ZOOM pour construire son couple

    Lun 26 septembre 2022

    Faire réfléchir et discuter les couples, c’est faire de la prévention. Pour susciter une réflexion de qualité, le FREE COLLEGE propose durant le premier semestre de 2023 dix soirées ZOOM avec les conseillers conjugaux Virginie et Christian Reichel. Le but : emmener les couples vers un « Mieux vivre à deux » !

  • Crises climatique et énergétique : les chrétiens appelés à une réponse communautaire, et pas seulement individuelle

    Ven 23 septembre 2022

    Le 15 septembre, deux Eglises évangéliques de Nyon ont invité Laurent Balsiger, député vaudois et directeur de la Société électrique des forces de l’Aubonne, pour une conférence intitulée « Crise énergétique, enjeux et solutions ».

  • La HET-PRO remet son tout premier Master

    Ven 23 septembre 2022

    La Haute école de théologie (HET-PRO), à Saint-Légier, vient de remettre son tout premier Master of Art en théologie appliquée (1). Cinq ans après son ouverture, cette école franchit ainsi une étape importante de son développement.

  • Timothy Cho : de l’enfer nord-coréen à la liberté

    Jeu 15 septembre 2022

    « J’étais un nobody dans un pays assimilable à une immense prison ». Timothy Cho, 34 ans, a réussi à s’évader de Corée du Nord, a entendu parler du Dieu des chrétiens au fil de ses évasions, et vit depuis 14 ans en Grande Bretagne. Il sera l’un des invités remarqués de la Journée annuelle de Portes Ouvertes Suisse samedi 24 septembre à Yverdon-les-Bains.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !