Des mots qui restaurent en cadeau

Philippe Henchoz lundi 17 décembre 2018

Et si, au milieu de nos achats fébriles qui précèdent Noël, nous risquions une parole de Noël ? Le pasteur Philippe Henchoz de l'église évangélique Meyrin (FREE) nous y encourage !

 

Pour Noël, on fait des tas de choses : on achète, on commande, on emballe, on fait venir, on expédie, on se prépare, on décore, on mijote des surprises, on met les petits plats dans les grands. On multiplie les actes de Noël. Mais on n’a décidément pas toujours les paroles de Noël.

On continue à parler et à se parler comme d’habitude, avec mauvaise humeur, avec dureté parfois, avec énervement. On s’emporte, on lance des mots comme des griffes, des phrases comme des coups de pied. Dans les familles même, on se mord trop souvent… Toute la gamme des douceurs est au menu, mais pas sur les langues. Nos mains font Noël, mais nos cœurs font vinaigre. Nos pupilles sont brillantes, mais nos papilles sont amères.

Il y a des hommes et des femmes parmi nous pour qui le plus beau cadeau de Noël serait simplement une parole de Noël. Une parole de paix. Une parole de bienveillance. Une parole d’espérance. Des mots qui encouragent, restaurent et relèvent.

Nous n’avons rien donné tant que nous n’avons pas donné la paix, un peu de paix, le pardon, un peu d’amour, de la bienveillance, un peu d’espérance, dans ce monde qui est si dur ou tant de choses sont si âpres.

Nous pouvons courir, prévoir, dépenser, nous ruiner presque, nous éreinter : ce ne sera jamais Noël tant que notre langage ne sera pas accordé à celui des Anges : « Bienveillance et paix sur la terre aux hommes et aux femmes que Dieu aime. » Voilà ce qui peut encore tisser en nos vies quelque chose du vrai Noël, à recevoir, à vivre, à partager amplement sans modération.

Je vous souhaite à toutes et tous, un joyeux Noël empreint de la vraie paix et de la ferme bienveillance que Dieu diffuse depuis la naissance du Christ à celles et ceux qui veulent bien lui faire place en leur vie.

Philippe Henchoz, pasteur de l'église évangélique de Meyrin.

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !