Une votation qui défie les milieux évangéliques

vendredi 24 janvier 2020

Le peuple suisse se prononce le 9 février sur l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie. Pour nourrir le débat, Marc Früh, responsable de l’Union démocratique fédérale (UDF) en Suisse romande, à l’origine du référendum qui combat cet ajout à l’article 261 bis du code pénal, et André Varidel, chrétien homosexuel issu des milieux évangéliques, répondent à trois questions.

La votation du 9 février sur l’homophobie divise les évangéliques, tiraillés entre la nécessaire protection des personnes fragiles et la liberté d’expression. Trois questions ont été posées par courriel à deux évangéliques d’avis opposés.

L’homosexuel est-il mon prochain, soit quelqu’un dont je dois prendre soin lorsqu’il est blessé, comme le ferait Jésus ?

Marc Früh : « Oui, tout être humain, même notre pire ennemi, a droit à l’accueil, à notre amour. »

André Varidel : « Jésus nous a montré l'exemple, pourquoi ne le suivrions-nous que sous condition ? Au grand dam des religieux de son époque, Jésus s'est préoccupé en priorité de tous ceux qui étaient les parias de la société d'alors, sans jamais les juger. Il s'en est approché, a mangé et bu avec eux, se mettant à table avec eux (symbole de communion dans cette culture), provoquant la colère des intégristes d'alors. Donc oui, le chrétien disciple du Christ considère la personne homosexuelle comme étant son prochain au même titre que n'importe quel humain, sans critère d'évaluation personnel. »

Si cette loi passe, pourra-t-on dire encore publiquement que l’on ne cautionne pas l’homosexualité ?

Marc Früh : « Certes vous pourrez encore dire cette phrase. Par contre à la question : Pourquoi vous ne cautionnez pas ? Il sera très difficile de répondre en dehors des lieux privés. Or enseignants, éducateurs, corps médicaux, pasteurs et médias doivent pouvoir parler librement et en public de la sexualité, sans avoir à craindre des sanctions qui peuvent aller jusqu’à trois ans de prison ou à une amende pécuniaire. L’interprétation de la loi n’est pas encore établie. Comment sera interprété le mot « … qui abaisse ou discrimine … » (article 261 bis §3) ? Dire « qu’un couple homosexuel ne peut pas procréer », ce qui est dans l’ordre des lois biologiques millénaires, pourra éventuellement vous amener au tribunal, car vous aurez abaissé la personne.Déterminer à partir de quel moment un discours est haineux est difficile à établir. Les critères sont subjectifs et la perception des paroles est liée à de nombreux étalons individuels. Ceci ouvre la porte à de nombreux abus, à une avalanche de plaintes, à beaucoup de travail judiciaire. »

André Varidel : « Rappelons qu'il ne s'agit que d'ajouter le critère de l'orientation sexuelle à une loi entrée en vigueur depuis de nombreuses années (janvier 1995), visant à protéger de l'appel à la haine et la discrimination sur la base de l'appartenance raciale, ethnique ou religieuse. La démonstration a été faite depuis toutes ces années que l'application de cette loi n'a pas empêché le débat, chacun ayant été témoins de discours et affichages pour le moins virulents et critiques à l'égard des groupes concernés. L'extension de la protection accordée par cette loi n'en changera ni le caractère ni les principes d'application. Donc oui, on pourra encore exprimer que l'on ne cautionne pas l’homosexualité. »

En résumé, pourquoi voterez-vous non, pourquoi voterez-vous oui le 9 février prochain ?

Marc Früh : « Je voterai non. Insinuer que le peuple suisse discrimine la communauté LGBT+ est inacceptable, car les gay Pride et leur présence médiatique prouvent le contraire. Des mouvements LGBT+ estiment aussi qu'ils ne sont pas persécutés et refusent d'être assimilés à des personnes incapables de se défendre avec les lois actuellement à disposition. Je dis donc non à une loi liberticide, qui empêcherait la condamnation des LGBT+ qui saccagent des magasins. Les sept attaques des succursales du chocolatier Läderach, partiellement détruits en raison de son opinion pro vie, sont des exemples à ne pas ignorer. »

André Varidel : « Je voterai oui, parce que la discrimination et l'appel à la haine sont une réalité que vivent les personnes LGBT+ et qu'il manque actuellement un outil légal pour protéger cette communauté fragilisée. Je voterai oui, parce qu'on m'a appris déjà enfant qu'il fallait tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler, et qu'une loi m'y invitant ne pose aucun problème.
Enfin, je voterai oui en tant que chrétien et disciple du Christ, parce que les exigences de l'Évangile m'invitent à accorder bien plus d'importance à la bienveillance qu'à ma liberté d'expression et que la Bible me dit (Jacques 1 :26) que "celui qui ne sait pas tenir sa langue en bride, sa religion est vaine". »

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

Laissez une réaction

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Publicité
  • Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Le peuple suisse se prononce le 9 février sur l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie. Pour nourrir le débat, Marc Früh, responsable de l’Union démocratique fédérale (UDF) en Suisse romande, à l’origine du référendum qui combat cet ajout à l’article 261 bis du code pénal, et André Varidel, chrétien homosexuel issu des milieux évangéliques, répondent à trois questions.

    vendredi 24 janvier 2020
  • Le Sahel et ses tensions religieuses s’invitent au WEF

    Le Sahel et ses tensions religieuses s’invitent au WEF

    Le forum de Davos s’ouvre aujourd’hui mardi 21 janvier. Le Sahel et ses tensions religieuses y seront pour la première fois l’objet d’une conférence, organisée notamment par l’Alliance évangélique mondiale.

    mardi 21 janvier 2020
  • Tempête religieuse au Monténégro juste avant le Noël orthodoxe

    Tempête religieuse au Monténégro juste avant le Noël orthodoxe

    Une loi sur la liberté religieuse enflamme le Monténégro, petit pays balkanique aux trois quarts orthodoxe. Les centaines de monastères et les nombreuses terres de l’Eglise orthodoxe serbe, majoritaire, pourraient tout bonnement passer aux mains de l’Etat. Noël, que les orthodoxes célèbrent ce mardi 7 janvier, s’annonce tempétueux.

    lundi 06 janvier 2020
  • "Il faut que les chrétiens reviennent vivre au Proche-Orient"

    "Il faut que les chrétiens reviennent vivre au Proche-Orient"

    Il a maintes fois risqué mourir d’une balle perdue. Au cœur du chaos syrien, dans la ville de Homs, le prêtre syrien Ziad Hilal est resté pendant les 8 années de guerre. « Parce qu’on ne quitte pas les gens quand ils passent par un temps difficile. » A la veille de Noël, il dit ne pas pouvoir imaginer un christianisme sans ses racines au Proche-Orient, « où Jésus est né, a marché et annoncé la Bonne Nouvelle. Il faut que les chrétiens reviennent y vivre ! »

    dimanche 22 décembre 2019

eglisesfree.ch

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

  • Rencontre générale: vers un nouveau modèle de financement de la FREE

    Mer 18 décembre 2019

    La Rencontre générale de la FREE, dans sa nouvelle formule, a en bonne partie été consacrée à la présentation d’un nouveau modèle de financement. Quant au thème de réflexion de la journée, il était consacré aux bâtiments d’Eglises, leurs caractéristiques « missionnelles » ou non.

  • Inondations au sud du Laos: le riz vient à manquer dans certains villages

    Jeu 05 décembre 2019

    Les inondations du début du mois de septembre dernier dans les six provinces du sud Laos sont passées inaperçues pour la majorité des Européens. Trois mois après, les cicatrices laissées par cette catastrophe restent profondes.

  • Soutenez l'Action de Noël 2019 au Sénégal et en France

    Jeu 05 décembre 2019

    Vous pouvez soutenir ces deux projets et obtenir des informations supplémentaires à leur sujet sur les sites internet www.eglisesfree.ch et www.sme-suisse.org.

LAFREE.INFO

  • Une nouvelle édition du «Quart d’heure pour l’essentiel» sort pour Pâques 2020

    Ven 14 février 2020

    Un journal avec des articles qui parlent de la résurrection de Jésus, voilà le but du prochain « Quart d’heure pour l’essentiel ». Sponsorisé par vos soins, ce journal gratuit pourrait atterrir entre les mains de vos voisins ou des habitants de votre commune. Appel aux parrainages ! D’ici le 16 février !

  • Christian Schwarz : « Dans le monde, la participation au culte change de manière impressionnante »

    Ven 14 février 2020

    Christian A. Schwarz est un expert allemand de la croissance de l’Eglise. Il a étudié 75 000 communautés dans 86 pays et publié de nombreux ouvrages, dont certains sont traduits en français (1). Dans cet entretien accordé au magazine IdeaSpektrum au début de cette année, il présente les résultats de ses dernières recherches, notamment sur la baisse de la fréquentation au culte que connaissent de nombreuses Eglises aujourd’hui.

  • Torrents de vie-France : le pasteur Werner Loertscher répond à ses détracteurs

    Ven 14 février 2020

    L’automne dernier, l’association Torrents de vie-France a été mise en cause à la fois dans le livre-enquête « Dieu est amour. Infiltrés parmi ceux qui veulent ‘guérir’ les homosexuels » (1) et lors d’une audition parlementaire sur les « thérapies de conversion » en lien avec l’homosexualité. De passage en Suisse, le pasteur évangélique Werner Loertscher, président de Torrents de vie, fait le point sur cette affaire où le manque de clarté dans les termes utilisés n’a pas facilité la qualité des échanges et du débat. Rencontre.

  • Initiatives pour des multinationales responsables: «Au nom de l’argent tout-puissant» par Jean-René Moret

    Jeu 13 février 2020

    Le peuple suisse devrait voter en automne ou en hiver prochain sur l’initiative pour des multinationales responsables. Objectif : obliger les multinationales qui ont leur siège en Suisse à respecter les droits humains et l’environnement à l’étranger. Le pasteur Jean-René Moret s’interroge sur les valeurs qui président aux débats autour de cette question sous la coupole fédérale.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !