SME : la formation pour améliorer la fréquentation des centres de santé

vendredi 12 octobre 2018

Le 10 octobre au CHUV et sous l’égide de la Fédération vaudoise de coopération (FEDEVACO), le Dr Arnold Probst a présenté son travail de formation dans la province de Sékong, dans le sud-est du Laos. Cet employé du Service de missions et d’entraide (SME) a en effet participé à la nouvelle publication « La santé pour tous en zone rurale » de la faîtière vaudoise.

Devant un auditoire plein, le Dr Arnold Probst a souligné que la formation médicale du personnel soignant laotien était très sommaire et théorique. « Nous avons créé un groupe de formateurs, a-t-il expliqué à l’aide d’une présentation schématique au vidéoprojecteur. Et un groupe aussi pour réparer le matériel défectueux. » Son intervention est intervenue derrière notamment une bienvenue du Conseiller d’Etat vaudois Pierre-Yves Maillard.

Valorisation des expériences de terrain

La toute nouvelle publication de la FEDEVACO est née sous l’impulsion d’un jeune médecin, Killian Scartezzini, qui a atterri à Madagascar en 2013. Celui-ci est alors mandaté par le Service civil pour y ouvrir un centre de santé. L’aventure l’amène à préparer l’approvisionnement en eau, en électricité, organiser la pharmacie, engager une équipe soignante... A chaque étape, il improvise, fait « au mieux », s’adapte aux réalités locales... et cumule une succession d’expériences qu’il a voulu valoriser. Existe-t-il de bonnes pratiques pour ouvrir un dispensaire ? Quels sont les pièges à éviter ? Comment répondre aux attentes des populations concernées ? S’il a au départ voulu rédiger un texte à l’intention des petites ONG qui souhaitent ouvrir un centre de santé, il croise le chemin de Laurent Lob, médecin conseil à la FEDEVACO, et le texte s’est étoffé pour devenir un ouvrage de référence de 182 pages.

La formation à l’honneur

C’est une fiche pratique issue de son expérience de terrain qu’Arnold Probst y a rédigée. Il y explique le rôle central d’un groupe de formateurs dans l’amélioration des soins prodigués au Laos. « Dans le sud du pays, une grande partie de la population vit dans des zones reculées et montagneuses. Les routes d’accès aux villages ne sont pas goudronnées et sont impraticables pendant les périodes de pluie. Pour les habitants, se rendre dans un hôpital provincial est très difficile. (...) Il existe des hôpitaux de district et des centres de soins dans certains grands villages, mais leur fréquentation est faible ». En cause : notamment la mauvaise qualité des soins prodigués, le manque de matériel de diagnostic et le mauvais entretien de ce dernier. Le manque de soignants est également un problème. C’est dans ce contexte qu’Arnold Probst a retroussé ses manches. Depuis deux ans, il améliore la formation du personnel des centres de soins.

Ces formateurs sont maintenant reconnus et valorisés par les services de santé de l’État avec lequel le SFE travaille en étroite collaboration. Cette reconnaissance et cette collaboration sont essentielles pour un impact durable du projet.

Modèle retenu

Sylvie Balverde, secrétaire générale du SME1 qui soutient financièrement le projet avec des fonds de la DDC et de la FEDEVACO est très heureuse que le travail de cet envoyé ait été retenu comme modèle par la faîtière qui, rappelons-le, réunit une cinquantaine d’ONG. Après son séjour suisse, Arnold Probst repart en famille pour deux années supplémentaires au Laos.

Gabrielle Desarzens

1 Le coordinateur local du SME au Laos est le Service fraternel d’entraide (SFE).

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !