Le Sahel et ses tensions religieuses s’invitent au WEF

mardi 21 janvier 2020

Le forum de Davos s’ouvre aujourd’hui mardi 21 janvier. Le Sahel et ses tensions religieuses y seront pour la première fois l’objet d’une conférence, organisée notamment par l’Alliance évangélique mondiale.

C’est dans le cadre des manifestations « off » que se tiendra vendredi 24 janvier cette conférence sur la détérioration sécuritaire de la ceinture sahélienne et sur ses implications. Elle aura lieu de 8h à 9h30 à la Freie Evangelische Gemeinde, une église évangélique qui se situe sur le chemin qui mène au centre de Congrès du forum économique mondial (World economic forum - WEF) . Son objectif est de faire comprendre que le terrorisme qui prend de l’ampleur dans cette région du monde s’appuie sur la pauvreté, le manque de perspectives des jeunes, sur des Etats fragiles qui n’arrivent pas à contrôler leurs frontières, indique Ilia Djadi, l’un de ses orateurs. « Il s’agit de faire comprendre aussi que l’Occident est concerné, puisque qui dit instabilité dit migration ; et puisque qui dit Sahel dit ressources naturelles convoitées. Le Niger par exemple est le premier pays producteur en Afrique d’uranium. »  

Les chrétiens sur la touche

Pour Ilia Djadi, d’ailleurs originaire du Niger et expert de la région sahélienne pour l’ONG Portes Ouvertes, s’il n’y pas de développement sans sécurité, il n’y a pas d’économie sans sécurité non plus. La population locale comme aussi la communauté internationale ont donc tout intérêt à combattre l’extrémisme religieux qui sévit aujourd’hui dans toute l’Afrique subsaharienne ; « un extrémisme qui exploite les tensions locales entre agriculteurs et éleveurs par exemple, et qui met sur la touche les non musulmans, comme les chrétiens. »

L’idéologie wahabiste prend de l’ampleur

Mali, Tchad, Niger, Nigéria, Burkina Faso… Plusieurs pays sont gangrénés actuellement par le terrorisme islamiste. « Ce qui est nouveau, c’est l’idéologie wahabiste, soit un islam rigoriste, qui émerge et s’étend », commente l’expert. C’est d’ailleurs, dit-il, devenu une mode. « Au Niger, les femmes se voilent. Et les politiciens jouent aujourd’hui de la carte religieuse, comme le président du pays, qui se fait appeler El Hadj, un titre honorifique qui dit qu’il est pratiquant et musulman. Ou comme des responsables politiques qui twittent chaque vendredi pour dire qu’ils sont à la mosquée. » Et puis à 14h, tout s’arrête, car c’est l’heure de la prière. « Il y a ainsi une pression communautaire nouvelle, car ceux qui ne prient pas à cette heure-là, sont mal vus et discriminés. »

Focale sur les minorités religieuses

La focale de cette conférence à Davos sera donc mise sur les minorités religieuses en danger au Sahel, et notamment sur la persécution des chrétiens, en cours actuellement dans cette région du monde. Dans une résolution du 19 décembre 2019, le Parlement européen mentionnait d’ailleurs que les chrétiens et les églises sont particulièrement visés par les djihadistes au Burkina Faso.

Mais les décideurs occidentaux seront également interpelés afin qu'ils se responsabilisent et qu'ils sachent avec qui et pour le bénéfice de qui ils font exactement des affaires.   

Gabrielle Desarzens

Une chronique à écouter 

Emission Hautes Fréquences du 12 mai

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !