Dans la tourmente algérienne, la femme chrétienne est particulièrement vulnérable

jeudi 21 mars 2019

Les chrétiens, pourtant largement minoritaires, descendent eux aussi dans la rue en Algérie. Mais ils sont nombreux à craindre une récupération du mouvement par les islamistes. Sur fond de difficultés politiques et économiques, les femmes chrétiennes sont parmi les plus vulnérables aujourd'hui dans le pays, dénonce une avocate algéroise de passage en Suisse.

Nadia (prénom d’emprunt) a manifesté avec son mari dans la rue ces derniers jours lors des mouvements de protestation contre un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika. « Il y a trop de corruption, trop d’injustices et d’inégalités, ce n’est plus possible que cela continue », déclare-t-elle. Rencontrée jeudi 21 mars dans l’agglomération lausannoise, elle ajoute craindre que les islamistes extrémistes ne récupèrent l’insatisfaction populaire. « Ils sont sur le terrain, ont beaucoup d’œuvres caritatives qui viennent en aide à ceux qui n’ont que le minimum vital pour vivre, soit 18'000 dinars, 80 euros par mois. Avec ça, tu ne peux pas vivre ! On prie pour que l’Algérie ne retombe pas sous le joug de l’islamisme. La rue, c’est bien, mais il faut des têtes pensantes, maintenant. »

Femme + chrétienne, double tare

Cette chrétienne, la soixantaine, est avocate à Alger. Après avoir fui l’Algérie pendant la décennie noire, en 1994, elle y est retournée pour s’engager en particulier auprès des femmes. « Le code de la famille de 1984, mis en place par les islamistes, leur est très défavorable. Au moment d’un divorce, l’injustice est criante. La femme peut se retrouver répudiée du jour au lendemain et jetée à la rue. J’en vois très régulièrement, de ces mères avec de jeunes enfants sur les trottoirs. Je me suis battue pour elles. Et j’ai eu le plaisir de voir certaines d’entre elles, les larmes aux yeux, obtenir la rétrocession de pensions alimentaires. » Aujourd’hui, Nadia s’investit dans la formation biblique des chrétiennes. « Elle sont toutes d’arrière-plan musulman comme pratiquement tous les chrétiens évangéliques aujourd’hui, relève-t-elle. Non seulement elles sont femmes, mais si elles décident de devenir chrétiennes, leur vulnérabilité est pire encore ! »

Un Dieu qui valorise

Mais pourquoi donc font-elles alors ce choix du christianisme ? « La femme algérienne trouve dans la foi chrétienne quelque chose qui révolutionne sa vie ! Quand elle se convertit, elle est transformée : elle découvre qu’elle a de la valeur aux yeux de Dieu, c’est très fort ! » Nadia tire une lettre de son sac et cite quelques paroles d’une dénommée Aïcha qui lui a écrit et qui parle de ce Dieu « qui donne un sens à la vie. Qui libère. Donne la paix. Valorise. » Nadia relève la tête, ôtes ses lunettes et regarde son interlocutrice : « Ce qu’elle dit là, elle le vit vraiment, vous savez. Et moi, cela m’encourage ! »

Manifestations

Les chrétiens protestants représenteraient en Algérie entre 50'000 et 100'000 personnes, mais aucune statistique ne permet de les dénombrer avec précision. Depuis fin février, les Algériens manifestent chaque vendredi dans les rues de plusieurs villes pour réclamer que le président Bouteflika renonce à briguer un mandat supplémentaire. L’octogénaire a repoussé l’élection présidentielle prévue le 18 avril, jusqu'à l'issue d'une prochaine Conférence nationale devant réformer le pays et élaborer une nouvelle Constitution.

Gabrielle Desarzens

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

« La femme chrétienne est particulièrement vulnérable en Algérie », estime une avocate algéroise. Un article à lire sur www.myfreelife.ch #algerie #droitsdesfemmes

Une publication partagée par myfreelife.ch (@myfreelife.ch) le

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !