Le dessin pour transmettre la Bible

lundi 11 décembre 2017

A l’ère de facebook et autres réseaux sociaux, le dessin intégré dans de courtes vidéos permet de transmettre les histoires de la Bible d’une façon originale et dynamique. La dessinatrice Martine Bacher vogue sur ces canaux d’information avec foi et conviction.

Sur sa table, des craies, des stylos feutres, des crayons de couleur... Martine Bacher travaille aussi à la bombe, et puis à l’encre sur du papier photo. Dans son appartement de Saint-Genis-Pouilly (F), c’est avec son mari Henri qu’elle concocte actuellement surtout des messages dans de courtes vidéos, où l’on peut voir s’animer au fur et à mesure les personnages et les objets de ce qui est raconté simultanément. Sur une tablette reliée à l’ordinateur, elle fait renaître Jésus au pied du sycomore de Zachée, Marie qui pleure au tombeau, ou encore la main de Dieu qui prend soin... En 6 minutes, une des dernières réalisations du couple tire un parallèle entre l’existence et une maison que l’on habite : « Suis-je propriétaire de ma maison de vie ou seulement locataire ? »

Bacher

A cette question existentielle, Martine déroule une réflexion sur des images de base au moyen de ses fameux personnages et avec l’appui du verset d’Apocalypse 3 : 20 (ndlr : Voici je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et qu’il ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi »). « C’est une manière de sortir de l’écrit, une forme de transmission du texte biblique, commente-t-elle. Je vois des enfants comme des adultes entrer dans les histoires, vivre les versets de la bible par ce biais. Ainsi ils peuvent les connaître, se les approprier. »

A l’ère de l’image...

La dessinatrice, par ailleurs membre de l’église évangélique de Meyrin (FREE), compte plusieurs cordes à son arc. Le dessin de presse est ainsi un exercice qu’elle a pratiqué, comme aussi l’illustration de livres. caricature pasteur prêcheElle a également réalisé des bandes dessinées. Si elle en est venue avec son mari à ces « histoires racontées et filmées », comme elle les appelle, c’est suite à un constat : « On a eu cinq siècles d’écrit. On est maintenant dans une ère de l’image. Or Dieu n’est ni un Dieu de l’écrit ni un Dieu de l’image, mais de la parole. Nous faisons donc entendre l’Evangile et retenons l’attention des gens par le visuel. »

Entrer dans le dessin

Institutrice de métier, la septuagénaire maman de quatre enfants et grand-maman de cinq petits-enfants se souvient avoir toujours dessiné. « Toute petite, je dessinais à mon pupitre au grand dam de ma maîtresse », se souvient-elle, une lueur espiègle dans les yeux. Mais c’est aujourd’hui une contrainte : « Je ne dessine pas par plaisir. Je dessine parce que j’y vois de l’intérêt. Grand concert dessinJe place par exemple le petit Victor qui ne connaît pas l’histoire de la résurrection du Christ à côté du tombeau vide. Du coup, il y est, il peut faire sienne cette histoire. C’est à mon sens très intéressant. » Ses garde-fous : ne pas tricher, rester au plus près du texte. Et la certitude que le simple coup de crayon peut bousculer une vie : « Jésus a utilisé des paraboles pour dire des choses très profondes. Il faut trouver à mon sens de nouveaux langages pour transmettre l’Evangile à une génération qui lit de moins en moins. » 

Le dessin comme une thérapie

A parler du dessin à des fins personnelles, Martine hésite, puis dit avoir commencé à raconter son enfance sous la forme d’une bande dessinée. Elle apporte un cartable. « Voyez : j’ai fait onze planches. J’ai beaucoup pleuré. Puis après avoir dessiné, dit un certain nombre de choses, je n’ai plus eu besoin de continuer. Cela m’a été utile comme une thérapie. Mais c’est bon, maintenant. » Un autre souvenir lui revient à l’esprit : avoir illustré le psaume 10 « car j’étais vraiment en colère contre Dieu. J’ai tracé ce que ce psaume m’inspirait, l’injustice que je ressentais. Puis ma rogne est tombée. »

Gabrielle Desarzens

  • Encadré 1:

    Ce que je crois : Je crois en un Dieu de liberté, qui tient ses promesses.

    Ce que je ne crois pas : Je ne crois pas à l’idéal sur terre. J’ai donc de la peine à supporter les prédications qui ne correspondent pas à la réalité.

    Ce que je ne crois plus : Je ne crois plus à la supériorité de l’écrit.

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !