Bernard Rutscho: "Dieu m’a guéri de mon hyperactivité et de ma dépression"

mercredi 05 avril 2017

Bernard Rutscho, 47 ans, marié, deux enfants, fréquente l’Eglise évangélique des Ecluses à Bienne (FREE). Il témoigne que Dieu, par pure grâce, l’a guéri de son hyperactivité et de sa dépression.  

J’étais un enfant très très vif et dissipé. Je ne parvenais pas à rester sans bouger, et il m’était très difficile de me concentrer. L’apprentissage par cœur était d’une difficulté extrême, car j’avais sans cesse le cerveau en ébullition.
Sur le plan physique, j’avais souvent des soucis, dus à l’impulsivité et l’hyperactivité. J’ai le souvenir d’un bras cassé avec déplacement pour lequel j’ai eu droit à une seconde narcose après 2 semaines, car j’avais fracassé le plâtre en faisant le fou et tout avait bougé. Je tombais très souvent, et j’ai dû apprendre à rire de mes maladresses. C’était obligatoire, car les autres ne se gênaient pas.
Ensuite, le mariage, les enfants (encore plus turbulents que moi). En 2001, notre fils aîné a reçu (à 3 ans 1/2 !) un diagnostic de TDAH (Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité). En entendant le médecin, j’ai immédiatement fait le lien avec moi et compris pourquoi ma vie était si compliquée et pourquoi je devais sans cesse faire des efforts pour être « normal » aux yeux des autres. Un des points qui m’a touché le plus est le manque de proprioception (en gros, la perception du corps) qui a été mis en évidence et qui va souvent de pair avec le TDAH : en d’autres termes, si j’avais tout le temps besoin de bouger, c’était pour sentir mon corps et ses limites, même si c’était douloureux physiquement. La douleur était aussi morale, en voyant le regard des autres. Mais avec le temps, j’avais appris à vivre avec.

Diagnostic et médication

Après un grave accident de vélo, je n’ai soudain plus été capable de gérer tout cela. Heureusement, après quelques tests pour confirmer mon propre diagnostic, j’ai eu accès à une médication qui me permettait enfin de vivre plus calmement. J’avais enfin une certaine conscience de mon corps, et je pouvais mieux me concentrer. Mais lorsque j’oubliais de prendre un comprimé, mon entourage le remarquait tout de suite, et je ne pouvais plus me concentrer.
Un petit exemple pour illustrer les problèmes de concentration : l’incapacité de filtrer les informations. En effet, j’entendais, sans pouvoir filtrer, toutes les discussions de la zone dans laquelle je me trouvais. Avec la tendance à intervenir dans toutes les discussions, mais sans pouvoir en suivre une correctement. Au travail, cela se manifestait par une difficulté de concentration extrême, car j’entendais et je voyais sans pouvoir filtrer tout ce qui se passait autour de moi.

Double guérison

Le 14 octobre 2016, j’ai commencé une formation à l’Institut de guérison de l’AIMG (Association internationale des ministères de guérison) avec mon épouse. Ce jour-là, lors du premier moment de louange de la matinée, quelqu’un a eu une parole de connaissance et a demandé aux personnes qui avaient un déficit d’attention de lever la main. J’ai fait le geste… et ma vie a changé. En effet, je n’ai jamais été aussi concentré que ce jour-là. Et depuis, je n’ai plus pris de médicament (cela fait donc plus de 5 mois). Nous avions déjà prié plusieurs fois depuis des années, mais ce jour-là a été celui où Dieu, par pure grâce, a choisi de me libérer du TDAH. Depuis, j’ai vécu une autre guérison qui m’a permis d’arrêter les antidépresseurs que je prenais depuis un gros burnout en 2008.
Ces guérisons sont fantastiques et me permettent de voir la vie différemment. Je les vis comme un cadeau. Et je loue Dieu, car sans lui, sans son soutien, je ne sais pas comment ma famille et moi aurions pu continuer à supporter les difficultés. Je terminerais par les versets qui m’inspirent depuis plus de 30 ans : « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur... Ne vous inquiétez de rien, mais en toutes choses, exposez vos requêtes à Dieu par des prières et des supplications avec des actions de grâce ; et la paix de Dieu, laquelle surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus. » (Ph. 4 : 4-7).

Bernard Rutscho

 

Publicité

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Pour aller plus loin face à la crise écologique

    Ven 16 avril 2021

    Les éditions Je Sème de la FREE viennent de rééditer un « classique » de la réflexion biblique et théologique évangélique en lien avec la crise écologique que nous traversons. Le livre de Dave Bookless « Dieu, l’écologie et moi », à nouveau disponible, est l'occasion de présenter quelques contributions marquantes, personnelles et livresques, autour de ce thème en lien avec les milieux évangéliques. Il y a de quoi lire, écouter et voir!

  • « Tu seras un homme, mon fils ! »

    Jeu 15 avril 2021

    Des soirées ou des virées entre hommes : la formule fait de plus en plus parler d’elle, notamment dans les sphères confessionnelles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, membre de l’église CityLife à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018. Gabrielle Desarzens s’est invitée à la dernière et en fait l’objet d’un reportage pour Hautes Fréquences dimanche 18 avril à 19h sur RTS La Première.

  • FREE COLLEGE le 29 mai 2021 : « Des personnes homosexuelles dans l’Eglise » (date confirmée)

    Jeu 15 avril 2021

    La question de l’accompagnement des personnes homosexuelles dans les Eglises évangéliques fait débat dans l’espace public et dans les Eglises elles-mêmes. Au vu des indications de la Confédération tombées cette semaine, c'est bien le 29 mai prochain que le FREE COLLEGE, la formation d’adultes de la FREE, abordera ce thème. Proposition : se mettre à l’écoute de ce que la Bible dit, mais aussi de témoins qui, ces dernières années, ont cheminé en lien avec des pasteurs et des accompagnants évangéliques. Cette session a été remise à plus tard deux fois à cause des contraintes liées au covid-19.

  • Et si votre Eglise était« mosaïque »

    Ven 09 avril 2021

    Dans un livre intitulé « Mission Mosaikkirche » (« Mission Eglises mosaïques »), le pasteur Stephen Beck relate ses expériences dans des Eglises bien implantées dans leur culture, mais largement ouvertes aux migrants et aux étrangers, ainsi qu’à leurs cultures respectives. Un enrichissement pour nos Eglises !

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !