« Ma femme va mieux. Nous avons gardé confiance en Dieu »

vendredi 20 mars 2020

Diagnostiquée positive au coronavirus il y a deux semaines, Liliane Meylan est au CHUV « et va un peu mieux depuis deux jours », confie vendredi 20 mars à Lausanne son mari Jean-Jacques. Asthmatique et atteinte par trois fois de tuberculose pulmonaire au cours de sa vie, sa remise sur pied n’était pas gagnée !

« Oui, j’ai beaucoup pleuré, confie Jean-Jacques Meylan, 75 ans, membre de l’Eglise de Villard (FREE). J’ai pensé la perdre, vous savez. On vit depuis 50 ans ensemble et on s’aime beaucoup. » L’émotion encore palpable au téléphone, il raconte. Sa femme a été hospitalisée le 8 mars, et sa situation était inquiétante : « Elle a eu longtemps une fièvre élevée et ne supportait aucune nourriture. Elle était sous perfusion pour éviter la déshydratation et a été très faible. Il faut dire qu’elle a souffert d’une pneumonie virale dans les deux poumons. Mais elle va un peu mieux depuis deux jours ! »

Sans colère ni révolte

Comment ont-ils traversé tous les deux ces 15 jours de maladie et d’incertitude ? « Avec confiance que Dieu est là, quelles que soient nos circonstances de vie », répond Jean-Jacques Meylan sans hésiter. « Nous avons été paisibles, sans colère, sans révolte. De façon plus large, je dirais que nous savons que l’être humain est par définition vulnérable. Et je crois que la conscience de notre fragilité ouvre à la spiritualité. Elle nous permet de faire place à l’autre, de faire place à Dieu, de savoir que, ultimement, nous sommes « en Dieu », comme le rappellent les mystiques sous l’inspiration des Ecritures. »

La guérison, une grâce

Celui qui se réclame d’une « théologie du consentement », selon ses propres mots, dit encore croire à la guérison divine, mais sans triomphalisme : « La guérison n’est pas une composante naturelle de la vie chrétienne, elle n’est jamais un droit, mais toujours une grâce », tient-il à souligner.

S’il a la consigne de ne pas aller voir son épouse durant son hospitalisation, Jean-Jacques ose encore cette touche romantique : « Comme Liliane est hospitalisée au CHUV côté est, nous pouvons nous voir, moi depuis notre appartement, elle depuis sa chambre... à 900 mètres de distance : tous les soirs, elle allume la lumière et l’éteint, et on a ainsi un peu l’impression d’être ensemble ! »

Gabrielle Desarzens

Publicité

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Pour aller plus loin face à la crise écologique

    Ven 16 avril 2021

    Les éditions Je Sème de la FREE viennent de rééditer un « classique » de la réflexion biblique et théologique évangélique en lien avec la crise écologique que nous traversons. Le livre de Dave Bookless « Dieu, l’écologie et moi », à nouveau disponible, est l'occasion de présenter quelques contributions marquantes, personnelles et livresques, autour de ce thème en lien avec les milieux évangéliques. Il y a de quoi lire, écouter et voir!

  • « Tu seras un homme, mon fils ! »

    Jeu 15 avril 2021

    Des soirées ou des virées entre hommes : la formule fait de plus en plus parler d’elle, notamment dans les sphères confessionnelles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, membre de l’église CityLife à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018. Gabrielle Desarzens s’est invitée à la dernière et en fait l’objet d’un reportage pour Hautes Fréquences dimanche 18 avril à 19h sur RTS La Première.

  • FREE COLLEGE le 29 mai 2021 : « Des personnes homosexuelles dans l’Eglise » (date confirmée)

    Jeu 15 avril 2021

    La question de l’accompagnement des personnes homosexuelles dans les Eglises évangéliques fait débat dans l’espace public et dans les Eglises elles-mêmes. Au vu des indications de la Confédération tombées cette semaine, c'est bien le 29 mai prochain que le FREE COLLEGE, la formation d’adultes de la FREE, abordera ce thème. Proposition : se mettre à l’écoute de ce que la Bible dit, mais aussi de témoins qui, ces dernières années, ont cheminé en lien avec des pasteurs et des accompagnants évangéliques. Cette session a été remise à plus tard deux fois à cause des contraintes liées au covid-19.

  • Et si votre Eglise était« mosaïque »

    Ven 09 avril 2021

    Dans un livre intitulé « Mission Mosaikkirche » (« Mission Eglises mosaïques »), le pasteur Stephen Beck relate ses expériences dans des Eglises bien implantées dans leur culture, mais largement ouvertes aux migrants et aux étrangers, ainsi qu’à leurs cultures respectives. Un enrichissement pour nos Eglises !

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !