La 11è plaie d'Egypte (1/9)

(réd.) lundi 28 juin 2021

Ils convoquent les plaies d'Egypte, l'Apocalypse  ou la traversée du désert pour parler de la pandémie qui a modifié ou non leur façon de croire. Neuf personnalités issues des grandes religions monothéistes, mais aussi de courants philosophiques, évoquent leurs nouveaux engagements spirituels et religieux tout l'été dans l'émission Hautes Fréquences, sur RTS La Première. Dimance 27 juin et au micro de Gabrielle Desarzens, Simon Bismuth, responsable jeunesse pour les communautés juives du canton de vaud, a tout de suite convoqué une 11è plaie d'Egypte pour parler du coronavirus.

« Les Égyptiens ont connu les sauterelles qui dévoraient les récoltes, l’eau du Nil qui se transformait en sang... Nous, on a eu le masque, qui nous a caché toutes les émotions visibles du visage, et puis le reclus chez soi qui nous a séparés de nos proches. »  Interrogé à propos des conséquences de la pandémie sur sa foi, Simon Bismuth, 31 ans, mentionne une lecture plus assidue de la Torah. « Nous avons tous dû apprendre à vivre différemment », résume-t-il. Et si le Covid-19 lui a fait penser à une plaie d’Égypte, « qui permet un passage », il lui a aussi évoqué le fait « qu’il fallait sonner le shofar », que les Juifs entendent lors des grandes fêtes de Roch Hachana, la nouvelle année juive, et Yom Kippour, le jour du grand pardon : « Car quand on sonne le shofar, pour moi, c’est un arrêt sur le temps. Et une remise en question sur l’avenir ».   

(réd.)

Une émission à écouter ici 

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !