Tempête religieuse au Monténégro juste avant le Noël orthodoxe

lundi 06 janvier 2020

Une loi sur la liberté religieuse enflamme le Monténégro, petit pays balkanique aux trois quarts orthodoxe. Les centaines de monastères et les nombreuses terres de l’Eglise orthodoxe serbe, majoritaire, pourraient tout bonnement passer aux mains de l’Etat. Noël, que les orthodoxes célèbrent ce mardi 7 janvier, s’annonce tempétueux.

Adoptée le 27 décembre par le Parlement monténégrin, la nouvelle législation prévoit que l’Etat devienne propriétaire de tous les édifices religieux construits avant 1918. A cette date, le Monténégro avait perdu son indépendance et intégré le royaume des Serbes, Croates et Slovènes, prédécesseur de la Yougoslavie. Or l’Eglise orthodoxe serbe, principale institution religieuse du pays, possède d’immenses domaines, plus de 600 monastères, églises et chapelles, et dénonce par conséquent une « loi de spoliation ».

De grandes manifestations se sont déroulées dans le pays durant la journée du 26 décembre et dans la nuit. Il faut dire que tout au long des débats parlementaires, les députés pro-serbes avaient menacé de provoquer des incidents, voire de prendre les armes si la loi était adoptée ; et ils avaient appelé leurs sympathisants à bloquer les routes et descendre dans les rues. Après le rejet de leurs amendements, ils ont jeté un pétard dans la salle du Parlement ainsi que des bouteilles en plastique. Ils ont vandalisé du mobilier et des micros et tenté de s’en prendre physiquement aux députés de la majorité. Résultat : vingt-deux élus ont été emmenés au poste et trois d’entre eux ont été arrêtés.

Fissure entre les orthodoxes du pays

La loi arrive dans un contexte de détérioration des relations entre l’Etat monténégrin et l’Eglise orthodoxe serbe. Le président Milo Djukanovic est contre le Patriarcat serbe, qu’il considère hostile à l’indépendance du Monténégro et généralement trop pro-serbe et pro-russe. Le président soutient d’ailleurs l’Eglise orthodoxe monténégrine, dite « restaurée » en 1994, qui compte beaucoup moins de fidèles, mais qui se réclame l’héritière de l’Eglise orthodoxe du Monténégro et dont l’Eglise serbe aurait, selon elle, usurpé les possessions.

Onde de choc pour toute la région

Dans les Balkans, ces événements ont provoqué une onde de choc qui n’a pas tardé à s’étendre à toute la région. En Serbie, le mouvement d’extrême-droite Dveri a proposé rien de moins que la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. En Bosnie, veillées de prières et rassemblements de soutien aux Serbes du Monténégro ont eu lieu le week-end dernier devant les églises orthodoxes de plusieurs villes.

Noël, que les orthodoxes célèbrent mardi 7 janvier, selon le calendrierJulien, s’annonce donc pour le moins tempétueux dans cette région de l’Europe.

Gabrielle Desarzens

Une chronique dans la matinale de la RTS à écouter

Publicité

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !