«Quelle liberté religieuse pour les chrétiens dans le monde?», une interview de Philippe Fonjallaz, directeur de Portes Ouvertes Suisse

(réd.) mercredi 20 novembre 2019

Dans certaines régions du monde, s’afficher comme chrétien est source de dangers. Certains le paient même de leur vie. C’est ce que rappelle le « Dimanche de l’Eglise persécutée » qui a lieu à différentes dates en novembre suivant les pays, à l’appel de l’Alliance évangélique mondiale.

245 millions. C’est le nombre que Philippe Fonjallaz, directeur de Portes Ouvertes en Suisse, articule quand il parle des chrétiens persécutés dans le monde. « Cela représenterait environ un chrétien sur neuf selon nos études », précise-t-il à Romanel-sur-Lausanne, dans les locaux de l’ONG. A l’occasion du « Dimanche de l’Eglise persécutée », le 17 novembre dernier en Suisse, il a répondu aux questions de Gabrielle Desarzens dans l’émission Babel, sur RTS Espace 2.

-          Qui sont les chrétiens persécutés dans le monde ? Peut-on dresser des catégories ou des raisons de persécutions différentes suivant les pays ou les régions de la planète ?

La persécution est relativement complexe. C’est difficile de la réduire à une cause précise. Mais on distingue en général la persécution « marteau » de la persécution « étau ». La première est violente. On peut citer par exemple en avril dernier les attaques d’églises au Sri-Lanka ou l’assassinat de fidèles et du pasteur dans une province du nord du Burkina Faso. Cette persécution « marteau », c’est aussi des déplacements comme en Irak, où les chrétiens ont dû massivement quitter la plaine de Ninive sous l’intimidation du groupe Etat islamique. C’est encore l’envoi dans des camps de travail comme en Corée du Nord. La persécution « étau », elle, prend des allures d’oppression au quotidien. Elle amène l’exclusion sociale, la discrimination dans l’éducation ou l’emploi. C’est une persécution qui imprègne la vie de certains chrétiens et qui est très pénible à vivre.

-          Quand vous parlez de cette persécution « marteau » ou de cette persécution « étau », j’ai en tête tout de suite la minorité musulmane rohinghia en Birmanie, ou encore les Ouïghours en Chine, Pourquoi mettre en lumière uniquement les chrétiens ?

La minorité chrétienne est une minorité religieuse qui souffre parmi d’autres selon les pays, nous en avons conscience. Notre choix est un parti pris, il faut le dire. Nous sommes une organisation chrétienne et nous pensons qu’il est important de solidariser l’Eglise du monde entier avec la situation difficile que subissent des chrétiens dans certaines régions. Cela répond à un appel biblique dans 1 corinthiens 12:26 où l’apôtre Paul dit que « si un membre du corps souffre, tous les autres membres souffrent avec lui. »

Cela dit, les affaires étrangères en Grande-Bretagne ont publié cet été un rapport sur la persécution, et en particulier sur la persécution des chrétiens, qui nous conforte sur le fait qu’il y a un sujet particulier à thématiser, à rendre public. Dans cette étude, les experts vont même beaucoup plus loin que nous en parlant suivant les pays de « christianophobie », par analogie à l’islamophobie ou à l’antisémitisme. C’est dire que le gouvernement de ce pays prend très au sérieux la situation de minorités chrétiennes dans le monde.

-          Est-ce que sur le terrain, vous vous occupez quand même des autres minorités religieuses ?

Notre accent est avant tout de soutenir l’Eglise locale, les chrétiens, pour qu’ils puissent vivre leur foi malgré les discriminations et les persécutions. Mais dans les faits, les églises sur place, elles, vivent vraiment le message de l’Evangile. Et quand il s’agit d’aider leurs prochains, elles ne vont pas faire la distinction entre des communautés ou entre différentes religions. Si je prends la Syrie, les églises sont source d’espoir et de soutien pour leurs voisins, qu’ils soient chrétiens ou musulmans.

-          Et pour ce « Dimanche de l’Eglise persécutée » en Suisse, vous avez mis la focale sur le Nigéria. Pourquoi ?

La situation du Nigéria est emblématique de tout ce qui se passe dans le sud du Sahara. Nous voulons sensibiliser les personnes en Suisse sur toute la ceinture subsaharienne, sur ce qui se passe au Nigéria, mais aussi au Burkina Faso, au Cameroun, au Mali. Autant de pays où la minorité chrétienne est aujourd’hui sérieusement mise à mal.

(réd.)

Une émission complète à écouter

Publicité
  • Etre des citoyens « à la loyauté critique »

    Etre des citoyens « à la loyauté critique »

    L’acquittement de Norbert Valley : une victoire ? « C’est une étape », estime Pierre Bühler, professeur honoraire de théologie à l’Université de Zurich, témoin de la défense jeudi 12 mars au Tribunal Régional des Montagnes et du Val-de-Ruz. Pour lui, il faut plus que jamais que le chrétien soit un citoyen « à la loyauté critique ». D’autant plus quand l’Etat prend des décisions contraires à ses principes supérieurs. Plusieurs réactions de personnes présentes à l'audience lui font écho.

    lundi 16 mars 2020
  • A Sarajevo, des migrants pakistanais dynamisent une église locale.

    A Sarajevo, des migrants pakistanais dynamisent une église locale.

    Trouver un lieu de culte est parfois l’un des premiers réflexes des personnes migrantes. A Sarajevo, des Pakistanais convertis au christianisme ont découvert une communauté évangélique baptiste, où ils trouvent réconfort et entraide. « Ils nous sont en bénédiction », exprime son pasteur Tomislav Dobutovic.

    mardi 18 février 2020
  • Danilo Gay, un témoin derrière la grande muraille de Bosnie

    Danilo Gay, un témoin derrière la grande muraille de Bosnie

    Bloqués par des frontières devenues quasi hermétiques, les migrants qui empruntent à nouveau la route des Balkans ne parviennent guère à dépasser la Bosnie-Herzégovine. Ils s’y retrouvent comme coincés, parfois en grande souffrance. Le diacre protestant Danilo Gay est allé sur place faire preuve de solidarité.

    vendredi 14 février 2020
  • Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Le peuple suisse se prononce le 9 février sur l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie. Pour nourrir le débat, Marc Früh, responsable de l’Union démocratique fédérale (UDF) en Suisse romande, à l’origine du référendum qui combat cet ajout à l’article 261 bis du code pénal, et André Varidel, chrétien homosexuel issu des milieux évangéliques, répondent à trois questions.

    vendredi 24 janvier 2020

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

LAFREE.INFO

  • Jour 15: prions pour un retour à la crainte de Dieu et à l’essentiel ! (6 avril)

    Dim 05 avril 2020

    Persévérons dans l’adoration, l’action de grâce et l’intercession durant cette dernière semaine avant Pâques ! L’action de prière « 21 x 5 = ? » propose aujourd’hui quelques nouveaux sujets, rédigés par David Hoehn, pasteur dans l’Eglise évangélique libre de La Côte-aux-Fées.

  • Jour 14: prions pour l’unité de l’Eglise (5 avril)

    Sam 04 avril 2020

    L’action de prière « 21 x 5 = ? » entre dans sa dernière ligne droite. Continuons à chercher la face de notre Père céleste et ne nous relâchons pas ! David Hoehn et Maxime Jaquillard, initiateurs du projet, aimeraient donner la parole à quelques autres personnes au cœur d’intercesseur. Ainsi, Daniela Margaroli, pasteure de la Chiesa Ticino à Sant'Antonio, vont nous conduire dans la prière aujourd’hui.

  • Jour 13: prions pour le monde (4 avril)

    Ven 03 avril 2020

    L’action de prière « 21 x 5 = ? » vous propose de prier aujourd’hui pour les différents pays du monde touchés par la pandémie de covid-19. Philippe Henchoz, pasteur dans l’Eglise évangélique de Meyrin (GE), vous propose ce parcours.

  • Les évangéliques ensemble en prière le Jeudi saint 9 avril à 20h

    Ven 03 avril 2020

    Le Réseau évangélique suisse et plusieurs fédérations d’Eglises évangéliques appellent à passer ensemble une heure de prière le Jeudi saint 9 avril de 20h à 21h. Ce temps de prière pourra être suivi en live sur le site : www.prierensemble.ch. Cette invitation est en lien avec l’appel des Eglises chrétiennes de Suisse à allumer une bougie à sa fenêtre le jeudi à 20h en signe de solidarité avec les victimes de la pandémie.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !