En tant que chrétienne et comme femme, Asia Bibi cumule les tares au Pakistan

mercredi 07 novembre 2018

« Le cas d’Asia Bibi est l’arbre qui cache la forêt », indique mercredi 7 novembre Philippe Fonjallaz, directeur de l’ONG Portes Ouvertes (PO) en Suisse. Au Pakistan, les minorités religieuses dont les 4 millions de chrétiens sont discriminés au quotidien.

Asia Bibi a été condamnée à mort en 2010 pour avoir bu de l’eau à un puits réservé aux musulmans. Les villageois lui ont ensuite reproché d’avoir insulté le prophète Mahomet, une offense considérée au Pakistan comme le crime ultime. « Le 25% des accusations de blasphème concerne des chrétiens, souligne Philippe Fonjallaz au siège de l’ONG à Romanel-sur Lausanne. Ils sont une population particulièrement vulnérable et souffrent à tous les niveaux, de l’école à la sphère professionnelle. » A l’annonce de l’acquittement d’Asia Bibi, un père de famille chrétien a d’ailleurs raconté être allé chercher son fils à l’école : « Il a mis 15 minutes pour  sortir : il avait si peur. Il se cachait dans une armoire de sa salle de classe. Il a attendu que les enfants soient partis et a couru jusqu'à la porte. Il ne savait pas pourquoi l'école était annulée pour la journée. Ces 15 minutes ont été les plus longues de ma vie. Je tremblais en l'attendant. Lundi, quand mon fils retournera à l'école, que va-t-il subir ? »

Discrimination des minorités religieuses

L’acquittement de la chrétienne pakistanaise Asia Bibi prononcé par la Cour suprême mercredi 31 octobre a provoqué un tollé au Pakistan. Les musulmans radicaux ont exigé la révision de son procès et obtenu du gouvernement qu’elle reste en prison en attendant que leur requête soit examinée. « Les islamistes veulent du sang », témoigne un partenaire de PO au Pakistan. « Quand ils quitteront la route, nous craignons qu'ils ne viennent dans les églises et ne les attaquent. » Pour Philippe Fonjallaz, directeur de l’ONG, le cas d’Asia Bibi est emblématique d’un malaise général dans le pays : « La loi sur le blasphème est utilisée tous les jours pour régler toutes sortes de conflits. Elle sert de prétexte dans la grande majorité des cas aux musulmans sunnites majoritaires qui, en la brandissant, s’accordent des privilèges comme un bout de terre de façon malhonnête. » De fait, l’outil est manié pour discriminer les minorités religieuses comme les chiites, les hindous et les chrétiens, qui constituent le 2% de la population.

Femme et chrétienne : double tare

« Le fait qu’Asia Bibi soit non seulement chrétienne mais de surcroît une femme n’a fait qu’attiser plus encore la haine qui s’est comme embrasée ces derniers jours », déclare Philippe Fonjallaz. Non sans préciser que chaque année, des centaines de femmes chrétiennes sont enlevées, souvent violées, puis forcées de se marier à des hommes musulmans, avec une conversion à l’islam à la clé.

Travail de plaidoyer

L’ONG Portes Ouvertes travaille avec des partenaires locaux en ce qui concerne la formation professionnelle des chrétiens, mais aussi les soins post-traumatiques et le soutien aux églises. Elle tâche de faire en sorte que les membres de celles-ci soient défendus devant la justice et tisse des liens avec des parlementaires européens comme avec des personnalités aux Etats-Unis pour qu’ils interviennent en faveur des minorités au Pakistan.

Gabrielle Desarzens

 

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !