Philippe Martinez: escalade et foi, la formule gagnante d’un pasteur du Vercors

lundi 23 novembre 2009
Le visage buriné, l’œil alerte et le verbe qui fuse, le Français Philippe Martinez, 55 ans, cumule les métiers de pasteur... et de guide de haute montagne. Un drôle d’amalgame qui a porté ses pas il y a trois ans jusqu’au haut de l’Everest. Et qui le pousse aujourd’hui dans une nouvelle association de protection de la nature. Rencontre.
En mai 2006, après deux ans de préparation, Philippe Martinez a quitté son village, sa paroisse, et sa famille à Die, dans le Vercors, pour escalader la plus haute montagne du monde. Un livre plus tard* et de passage en Suisse, il revient sur cette aventure qui lui a permis de célébrer un culte et de déposer une Bible à 8848 mètres d’altitude.
« J’aime la montagne, j’aime le silence, j’aime la lumière. Je suis allé au haut de l’Everest, parce que c’est vraiment une très belle montagne », déclare d’un trait cet homme qui dit aussi aimer l’action, le sport et les défis, et qui se qualifie lui-même volontiers d’hyperactif. Lorsqu’il évoque le sommet du monde, son débit ralentit cependant et l’émotion le gagne : « Ce qui m’a le plus frappé, même si je suis monté des dizaines de fois au sommet du Mont Blanc, que j’ai fait l’Eiger, le Cervin et d’autres sommets un peu partout dans les Apes, c’est qu’on y voit très loin, jusqu’au pic Lénine en Russie. On voit les montagnes du Pakistan et la courbure de la terre. L’arc de cercle, vous comprenez ? C’est stupéfiant. » Et ce guide d’évoquer le bleu du ciel « rendu marine, turquoise profond alors que tu es à plus de 8000 mètres d’altitude. Cela te fait une impression grave, tu es scotché ! »

Une Bible sur le toit du monde
De passage en Suisse chez l’un de ses amis, il explique encore que l’Everest, c’est 60 jours d’effort à plein temps. « Tu te lèves toutes les trois heures pour aller uriner, pour voir si tu ne fais pas un œdème. Et puis il peut faire jusqu’à – 35 o  la nuit et + 35 o le jour : ton corps prend une baffe ! J’ai fait 6400 mètres de dénivelé... Au sommet, on arrive à 4 pattes. Au retour, pendant 6 jours et 5 nuits, j’ai dormi pratiquement d’une traite, presque sans parvenir à me réveiller. J’avais épuisé mon organisme. J’ai mis un an et demi à récupérer. Les Sherpas ne font d’ailleurs l’Everest que tous les 2 ans. C’est pourquoi j’écris dans mon livre que l’homme n’a rien à faire au-dessus de 8000 mètres ! » Philippe Martinez rigole. Dans les 270 pages qui rendent compte du périple, il parle néanmoins d’une mission qu’il a senti devoir remplir, soit célébrer un culte et déposer une Bible sur le toit du monde.
« L’Everest est une extrémité et j’ai eu la conviction que Dieu me demandait d’aller jusqu’à cette extrémité-là, la plus haute, pour le louer ; et témoigner que ni la hauteur, ni la profondeur ne pourra séparer l’homme de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ », explique-t-il avec assurance.

Des challenges pour vivre
Mais qu’est-ce qui pousse cet homme de plus de 50 ans à multiplier ainsi les projets d’envergure avec la foi comme bouclier ? Le dernier en date : son adhésion à la toute jeune association « Respectons la terre », qui promeut les activités qui allient la nature et l’aventure en utilisant des énergies naturelles par exemple**. « J’ai besoin de challenges pour vivre, commente Philippe Martinez. La vie, je la trouve un peu fadasse. Il faut que cela bouge, que cela brasse. Eclate-toi et souviens-toi qu’il y a une humanité en face de toi : c’est comme ça que je comprends la foi. Tout ce qui est religieux et qui t’amènes à nier ton prochain, éloigne-t-en. »
Habitant à Die dans la Drôme, il a fondé une entreprise qui allie foi chrétienne et alpinisme, « Béthanie ». Il organise des camps chrétiens en montagne, et propose même des treks... dans le Sahara. Car Philippe l’évangélique nourrit une autre passion : la fenêtre 10/40, cette zone géographique située entre le 10e et le 40e parallèle, majoritairement musulmane, dont certains chrétiens font la priorité de leurs activités.

Gabrielle Desarzens
Cet article est paru le 12 septembre dernier dans La Liberté.

* Philippe Martinez, Le ciel pour seule limite, Paris, Presses de la Renaissance, 2007.
** www.respectonslaterre.org.


  • Encadré 1: Bio express
    1954 : Naissance à Alger.
    1975-1980 : Sous-officier au sein du groupe militaire de haute montagne.
    1981-1985 : Professeur guide du Centre national d’entraînement à l’alpinisme et au ski de la police nationale (CNEAS).
    1985 : Démission de la police ; engagement dans un orphelinat en Afrique.
    1988 : Constitution d’une église évangélique à Die.
    Philippe Martinez est marié à Brigitte. Ils ont 4 enfants.
Publicité
  • Le Christ s’est arrêté au Mormont

    Le Christ s’est arrêté au Mormont

    La première « zone à défendre » (ZAD) de Suisse occupe la colline du Mormont, sur les communes vaudoises de La Sarraz et d’Eclépens, pour empêcher l’entreprise de ciment Holcim de s’étendre. Luc Badoux, pasteur du lieu, est allé à la rencontre des militants comme aussi la diacre Lyne Gasser. Un Noël chrétien au Mormont ? Reportage diffusé le 20 décembre 2020 sur RTS La Première.

    vendredi 18 décembre 2020
  • De multiples paroisses responsables

    De multiples paroisses responsables

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

    lundi 02 novembre 2020
  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

    lundi 26 octobre 2020
  • « La persécution est vive… mais nous avons la vie en abondance ! »

    « La persécution est vive… mais nous avons la vie en abondance ! »

    « Quand un Peul se convertit au christianisme, il connaîtra vraisemblablement la violence physique, la privation, le bannissement de sa communauté… mais aussi les trésors de Dieu en termes de pardon, d’amour et de paix. » C’est ce que rapporte Boureima Diallo, pasteur de Jam Tan au Burkina Faso, rencontré lundi 28 septembre dans les locaux de l’ONG Portes Ouvertes à Romanel-sur-Lausanne.

    mardi 29 septembre 2020

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !