May Bittel : Les gens du voyage ont des droits

vendredi 14 janvier 2011
Un pasteur manouche se bat pour que sa communauté ait le droit d’exister comme nomade. Et milite pour que les tziganes suisses soient reconnus comme une minorité ethnique.
Il a joué avec le violoniste Yehudi Menuhin, et avec Stéphane Grappelli. Plus récemment  avec Maxime Vengerov. Et puis au club new-yorkais Blue note en janvier il y a une année, alors qu’il y donnait des cours. Mais la casquette de musicien n’est de loin pas la première que porte le guitariste manouche May Bittel. Ce pasteur tzigane qui va sur ses 60 ans se bat pour que les 35'000 nomades suisses de sa communauté soient reconnus comme une minorité ethnique. Les gadjos – soit les non-gitans pour les tziganes – aiment leur musique ? Ils n’acceptent pas pour autant leur mode de vie. « La manière de vivre des gens du voyage est pourtant à l’image de leur musique : pour la comprendre, il faut écouter », souligne-t-il.

Président de la Mission tzigane suisse, membre de la Fondation « Assurer l’avenir des gens du voyage suisses », ancien membre de la commission fédérale contre le racisme, expert auprès du Conseil de l’Europe, où il a fondé le Forum européen des Roms et gens du voyage... May Bittel ne cesse de voyager pour expliquer, précisément, et défendre les intérêts de sa communauté. Rencontré en novembre, il venait de rentrer de Pologne ; et repartait à la fin du mois à Bruxelles à l’invitation d’une commission européenne. « Mais auparavant, je vais à Strasbourg pour la  mission », a-t-il glissé. Véritable porte-parole des gens du voyage, May Bittel, marié à Hipla et père de 4 enfants, est en effet un pasteur engagé. Au bénéfice d’une formation théologique évangélique de 5 ans à Paris, il prêche régulièrement dans sa communauté, comme à l’invitation de différentes paroisses. Chaque année, il participe à la convention internationale évangélique des tziganes qui rassemble entre 6 et 12'000 caravanes. « On prie pour que toujours plus de gens du voyage rencontrent le Christ ».

« Le Christ a touché ma vie »
Né dans le canton de Saint-Gall à la frontière autrichienne, de mère française et de père suisse, May Bittel n’a pas grandi dans la foi chrétienne. « C’est en 1964 que je me suis converti, raconte-t-il. On était arrêté à Genève. Des Tziganes français avaient monté un chapiteau pour parler de Dieu et c’est là que le Christ a touché ma vie. Il m’a appelé à son ministère par la suite. Et puis j’ai appris à lire et à écrire en lisant la Bible. » Installé ce mercredi matin aux puces sur la plaine de Plainpalais à Genève avec son chapeau de brocanteur, May Bittel salue et discute avec les badauds comme dans son salon. Confortablement installé d’ailleurs dans un fauteuil de velours vert, le teint hâlé, les lunettes teintées, il se dévoile à petites doses. « Qu’est-ce que vous voulez savoir ? J’ai tellement de choses à dire... »

Tout au long de l’année 2010, les gitans ont été dans le collimateur des médias et fourni les titres de plusieurs manchettes. May Bittel acquiesce. « Les autorités locales utilisent les méfaits de tziganes étrangers pour incriminer les tziganes suisses, commente-t-il. Je n’arrive pas à comprendre que la population s’y laisse prendre et qu’elle ne fasse pas la différence : mettre tout le monde dans le même sac et nous imposer des camps, c’est discriminatoire et ressemble un peu trop aux pratiques nazies. Regardez en France : renvoyer tout un peuple hors de ses frontières, à quoi cela vous fait-il penser ? » May Bittel lève le bras en signe de protestation, puis ajoute : « On doit plus que jamais nous entendre et trouver des solutions négociées », martèle-t-il.

« Je suis libre, vous comprenez ? »
Un appel sur son téléphone portable l’interrompt. Il s’entretient en manouche avec son interlocuteur – l’une des 8 langues qu’il pratique – puis reprend : « Le problème cette année (ndlr : en 2010) en Suisse est né avec les requérants d’asile économiques. Ils sont venus pour chercher du travail, n’en ont pas trouvé et ont mendié. Puis l’arrivée de Roms qui ont laissé derrière eux des places  sales a provoqué des réactions et amalgames inacceptables. Je suis intervenu jusqu’à trois fois par semaine de façon officielle pour répondre à ces attaques. » Un client potentiel s’approche de son étalage de montres et de natels qu’il vend sur sa table de marché, dans des présentoirs vitrés. Une poignée de main et un « Bonjour, chef, comment ça va ? » plus loin, May Bittel lui dit de revenir le samedi suivant : « Je te ferai un prix, reviens, va, ce sera pas cher. »

Les affaires marchent ? Le brocanteur hausse les épaules : « Ça va, ça va... Je suis libre, vous comprenez ? J’aurais pu faire des tournées musicales, mais ça ne m’intéresse pas. Il n’y a pas que l’argent. » Et May Bittel d’expliquer que le propre d’un gitan, c’est d’avoir ses racines partout. « Où que je sois, je suis chez moi dès que j’ai ma caravane de 6 m 50 avec moi. Je vis de brocantes, de missions, de cours de théologie que je donne aussi. Et puis je m’adapte facilement : avec les miens, on nettoie des toits, on repeint des façades... L’eau chaude n’est pas toujours là, mais on vit dehors, et ça n’a pas de prix. »

Une Eglise en porta cabine
L’hiver arrivant, May Bittel et ses proches ont pris leurs quartiers dans un terrain de 7000 m2 qu’ils ont acheté à Céligny (GE) il y a une dizaine d’années. « On y a érigé une Eglise en porta cabine, dit-il. Plusieurs pasteurs y prennent la parole, mais je suis l’ancien. » Dans cette commune genevoise, May Bittel est pourtant considéré comme un hors-la-loi notamment par l’ancien maire, alors qu’il y a construit, sans autorisation, une route goudronnée plantée de réverbères. « C’est assez typique, estime May Bittel. On tolère les gens du voyage qui voyagent, pas ceux qui s’arrêtent. »

Or May Bittel a connu la fuite. Une épine douloureuse qu’il confie là, au détour de la conversation : « J’avais 8 ans. Après mon premier mois d’école en Valais, nous avons plié bagages avec mes parents du jour au lendemain. Pourquoi ? Pour échapper au kidnapping des enfants tziganes mené par le gouvernement suisse sous l’égide de Pro Juventute. » Cette action, menée de 1926 à 1973, visait à lutter contre le vagabondage et à scolariser les enfants des nomades. « Depuis là, ajoute-t-il, j’ai vécu de fuite en fuite avec mes parents qui avaient peur. »

C’est plus tard, dans la foi chrétienne que May Bittel dit avoir retrouvé confiance. « Et c’est en tant que chrétien que je prends la défense des gens du voyage : ils se retrouvent dans les valeurs que je défends qui sont la liberté et la dignité. » Le carrousel tenu par un manouche fait rêver... mais le tzigane fait peur ? « Nous sommes appelés à tisser des ponts avec la population. Mais à elle de venir aussi à notre rencontre. » May Bittel n’a pas de bureau. « J’ai un ordinateur... sans connexion à internet ! Mais je me déplace, je prends la parole et je me bats. Pourtant sans colère : Jésus a transformé dans ma vie la haine que j’avais en amour. »
Gabrielle Desarzens
Publicité

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Pour aller plus loin face à la crise écologique

    Ven 16 avril 2021

    Les éditions Je Sème de la FREE viennent de rééditer un « classique » de la réflexion biblique et théologique évangélique en lien avec la crise écologique que nous traversons. Le livre de Dave Bookless « Dieu, l’écologie et moi », à nouveau disponible, est l'occasion de présenter quelques contributions marquantes, personnelles et livresques, autour de ce thème en lien avec les milieux évangéliques. Il y a de quoi lire, écouter et voir!

  • « Tu seras un homme, mon fils ! »

    Jeu 15 avril 2021

    Des soirées ou des virées entre hommes : la formule fait de plus en plus parler d’elle, notamment dans les sphères confessionnelles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, membre de l’église CityLife à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018. Gabrielle Desarzens s’est invitée à la dernière et en fait l’objet d’un reportage pour Hautes Fréquences dimanche 18 avril à 19h sur RTS La Première.

  • FREE COLLEGE le 29 mai 2021 : « Des personnes homosexuelles dans l’Eglise » (date confirmée)

    Jeu 15 avril 2021

    La question de l’accompagnement des personnes homosexuelles dans les Eglises évangéliques fait débat dans l’espace public et dans les Eglises elles-mêmes. Au vu des indications de la Confédération tombées cette semaine, c'est bien le 29 mai prochain que le FREE COLLEGE, la formation d’adultes de la FREE, abordera ce thème. Proposition : se mettre à l’écoute de ce que la Bible dit, mais aussi de témoins qui, ces dernières années, ont cheminé en lien avec des pasteurs et des accompagnants évangéliques. Cette session a été remise à plus tard deux fois à cause des contraintes liées au covid-19.

  • Et si votre Eglise était« mosaïque »

    Ven 09 avril 2021

    Dans un livre intitulé « Mission Mosaikkirche » (« Mission Eglises mosaïques »), le pasteur Stephen Beck relate ses expériences dans des Eglises bien implantées dans leur culture, mais largement ouvertes aux migrants et aux étrangers, ainsi qu’à leurs cultures respectives. Un enrichissement pour nos Eglises !

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !