Le nouveau président de la FREE a même fait de la contrebande

mardi 21 juin 2011
Cette année, Pierre Deriaz prend la présidence des Rencontres générales de la FREE. Rassembleur, aimant le travail d'équipe, il nous permet de faire sa connaissance.
Cette année, Pierre Deriaz succède à René Monot comme président des Rencontres générales de la FREE – donc comme président de notre fédération d'Eglises. A 56 ans, cet infirmier et laborantin, marié et père de trois filles adultes, aime rassembler et écouter.
Domicilié à Bôle, Pierre Deriaz travaille à l'Hôpital Pourtalès à Neuchâtel : « Je fais partie d'une petite équipe. Notre travail consiste à édicter des principes d'hygiène permettant de limiter les infections dans le cadre des hôpitaux et à effectuer des surveillances des infections ».
Issu d'une famille réformée, Pierre Deriaz a découvert la foi alors qu'il était collégien à Sainte-Croix. Il a commencé par fréquenter la paroisse réformée du lieu. Puis, avec Claudine, sa future épouse, il a fréquenté une petite Eglise évangélique indépendante de Lausanne. Lorsque le couple a déménagé à Nyon, Pierre et Claudine ont découvert l'Eglise de la Grand-Rue qui allait fusionner avec l'Eglise évangélique La Fraternelle.
 
Contrebande de bibles
Jeune père de famille, Pierre fait ses premières expériences missionnaires avec Opération mobilisation à Vienne. Pendant une année, il a fait de la contrebande de bibles dans une Europe de l'Est alors communiste et officiellement athée. « On traversait le rideau de fer en famille avec nos bibles, se souvient Pierre. Parce qu'une famille, ça attire moins l'attention des douaniers. »
Puis, la famille Deriaz a été missionnaire pendant quatre ans au Centre médical de Macenta, en Guinée. « Mais j'ai fait les choses à l'envers, s'amuse Pierre. Car c'est après ce séjour que j'ai entrepris une formation théologique à l'Institut Emmaüs. » Par la suite, il a été secrétaire général de l'Alliance missionnaire évangélique (AME) à Yverdon.
Les dons de présidence et d'administration de Pierre Deriaz se sont révélés il y a bientôt trente ans, alors qu'il conduisait le comité romand du congrès Mission 83. Puis ils se sont confirmés lorsqu'il a présidé la Fédération de missions évangéliques francophones (FMEF). Quant à sa découverte des rouages de notre fédération, elle a commencé en 2002, lorsque Pierre s'est engagé dans le Bureau des Rencontres générales.
Les années qui ont suivi ont été consacrées à la préparation de la fusion entre la FEEL et les AESR (1) – remplacées par la FREE en 2007 – où il a beaucoup travaillé comme délégué au groupe de pilotage de cette fusion.
 
Un président qui aime travailler en équipe
Dans son travail de président des Rencontres générales, Pierre Deriaz aura l'occasion de travailler en équipe, et ça lui plaît. Au-delà de sa fonction, il désire cultiver des liens forts avec les Eglises locales. « Il est aussi important que nos Eglises restent des signes du Royaume de Dieu dans notre monde, rappelle Pierre. Ainsi, en matière d'éthique, j'aimerais qu'on donne plus d'importance aux questions de justice sociales. Le non-respect de cette justice a joué un rôle majeur dans la déportation d’Israël. J'aimerais aussi que nous, les évangéliques, apprenions à parler ‘pour’ ce qui nous semble juste plutôt qu'à parler ‘contre’ ce qui nous contrarie».
Après avoir été durant de nombreuses années membre de l'Eglise FREE d'Yverdon, Pierre s'est engagé dans l'Eglise de Boudry depuis son déménagement à Bôle. « Je suis donc un ex-AESR membre d'une Eglise ex-FEEL », relève-t-il en souriant.
 
 
(1) La Fédération des Eglises évangéliques libres (FEEL) et l'Union des Assemblées évangéliques en Suisse romande (AESR) ont fusionné pour donner, dès le 1er janvier 2007, la Fédération romande d'Eglises évangéliques (FREE).

Publicité

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !