"Mon identité n'est pas mon orientation sexuelle"

lundi 25 novembre 2019 icon-comments 3

Les homosexuels sont pluriels. Loin des lobbys gays qui revendiquent le mariage pour tous, ou des enquêtes qui dénoncent l’homophobie des « thérapies de conversion », Joachim parle d’une identité surfaite qui réduirait tout son être s’il l’endossait. « J’ai des attirances pour les personnes de même sexe, mais ne suis pas que cela. J’ai en outre suivi des cours de « Torrents de vie », qui ne m’ont ni détruit, ni guéri de mes penchants, mais accompagné pour un temps sur mon chemin de vie. » Rencontre.

Trente ans, psychologue de formation, Joachim slalome souriant entre les tables du café-restaurant, commande un dessert au chocolat et parle sans détour : « Je suis quelqu’un qui a des attirances homosexuelles. Mais mon identité n'est pas ma préférence pour les personnes de même sexe. Et je n’aime pas que l’on parle à ma place. » Né dans une famille évangélique du Jura bernois, il transite actuellement de l’église ICF à C3. S’il a fait son coming-out pendant son gymnase (vers 17-18 ans ndlr), il a suivi il y a dix ans une formation « Torrents de vie » à Bussigny (VD) qui ne l’a ni détruit, ni traumatisé. « Cela n’a toutefois pas changé radicalement ma vie. J’ai appris des choses. Mais il faut souligner que je n’y ai rien vécu en termes de violence comme ce que le film Boy erased1 dénonce. » La voix de Joachim tranche aussi face au livre fraîchement paru « Dieu est amour »2 de deux journalistes français qui ont infiltrés les milieux qui veulent, disent-ils, « guérir » les homosexuels. Nous avons voulu l'entendre.

-          Pourquoi ne pas vous accepter comme homosexuel ?

Est-ce que vous entendez par là vivre une sexualité homosexuelle ? Je l’ai vécue, mais elle ne m’a pas satisfait. J'ai à chaque fois eu de l’affection pour mon partenaire, mais j’étais envieux, je jalousais ses caractéristiques physiques et psychologiques. C’est comme si je recherchais chez l’autre ce qui me manquait. J’avais le sentiment de me perdre dans le même que moi-même. Comme s’il m’apportait ce qui n’était pas développé en moi. Un peu comme si ma masculinité se trouvait à l’extérieur de moi-même. Aujourd’hui, je veux décentrer la sexualité de qui je suis. J’ai des attirances homosexuelles, mais ne suis pas homosexuel. Pour moi, réduire l’identité à une attirance n’est pas pertinent.

-          N’avez-vous pas l’impression de renier qui vous êtes ?

J’ai aujourd’hui au contraire l’impression d’être plus sincère. Encore une fois, j’ai des attirances homosexuelles, mais j’ai le sentiment que vivre une sexualité homosexuelle me fait renier mes vrais désirs qui sont des désirs de réconciliation avec moi-même, avec ma masculinité. J’ai pratiqué ce qu’on appelle le « détachement défensif » en psychologie et qui consiste à se couper de figures d’attachement qui sont perçues comme nocives. Je pense en fait avoir beaucoup souffert de stéréotypes de genres. Je voyais dans la masculinité un modèle très rigide. J’ai par ailleurs découvert la grâce de Dieu qui m’accepte, comme je suis, sans condamnation en Jésus, et qui me permet de m’interroger sur mes motivations en toute sécurité.

-          Comment en êtes-vous venu à faire un cours de type « Torrents de vie » ?

Mes parents me l’ont proposé. Parallèlement et avant de le débuter, des choses me revenaient en mémoire en lien avec mon enfance, une colère contre mon père et ma mère dont l’exemple de couple m’avait blessé. J’ai pu leur en parler. Je me suis dit que cela avait un sens de creuser cela.

-          Ce cours était-il violent ?

Je crois qu’objectivement, je peux dire que non.

-          Qu’y avez-vous appris ?

J’ai pu revisiter mon vécu familial, comprendre combien la projection de mes carences de l’enfance étaient présentes, portaient préjudice à mes relations présentes et me gardaient prisonnier.

-          Comment expliquez-vous la fureur que ce genre de démarches suscitent ?

Des personnes à la tête de ce genre de cours peuvent avoir de mauvaises motivations ; je pense au film Boy erased. Il existe en outre différentes démarches, dont certaines sont très nuisibles. Des amalgames sont alors faits et tous ces cours sont du coup déclarés menaçants et dangereux.

-          Plusieurs homosexuels chrétiens parviennent à concilier leur sexualité et leur foi chrétienne. Pourquoi pas vous ?

Je considère concilier mon attirance homosexuelle et ma foi chrétienne. C’est simplement que je ne désire pas avoir une sexualité en dehors du cadre biblique de la sexualité, car je pense qu’il y a mieux pour moi que ce que j’ai vécu dans mes expériences passées. Je pense avoir en moi ce qu’il faut sans avoir besoin de me noyer dans un autre individu, sans devoir m’emparer chez l’autre de quelque chose qui me manquerait. Je crois qu’il y a une partie de moi, encore atrophiée, qui doit être développée.

-          Ne vous dites-vous pas au final ne pas être en couple parce que vous n’auriez pas rencontré l’homme de votre vie ?

Aujourd’hui, je ne suis pas frustré de ne pas être avec un homme. La plupart du temps en tout cas. Il faut dire que dans une telle relation, je n’ai jamais vécu ce don pour l’autre qui me semble essentiel dans une relation de couple.  

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

1 Boy erased : Sorti en 2018, ce film raconte l'histoire vraie de Jared Eamons, le fils homosexuel d'un pasteur baptiste dans une petite commune rurale des États-Unis, où son orientation sexuelle est brutalement dévoilée à ses parents à l'âge de 19 ans. Craignant le rejet de sa famille, de ses amis et de sa communauté religieuse, Jared est poussé à entreprendre une thérapie de conversion. Il y entre en conflit avec le thérapeute principal. Le film montre une pratique de « guérison » scandaleuse.

2 « Dieu est amour », enquête, infiltrés parmi ceux qui veulent « guérir » les homosexuels », de Jean-Loup Adénor et Timothée de Rauglaudre, Flammarion : 2019.

3 réactions

  • Sylvie RG mardi, 26 novembre 2019 11:23

    BRAVO pour votre authenticité

  • Werner Loertscher mardi, 03 décembre 2019 15:32

    Merci Joachim pour votre témoignage honnête et courageux, ça fait du bien de vous lire et ça apporte un vrai éclairage dans la guerre médiatique actuelle.

  • Joachim jeudi, 05 décembre 2019 19:25

    Merci pour vos encouragements !

Publicité

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Pour aller plus loin face à la crise écologique

    Ven 16 avril 2021

    Les éditions Je Sème de la FREE viennent de rééditer un « classique » de la réflexion biblique et théologique évangélique en lien avec la crise écologique que nous traversons. Le livre de Dave Bookless « Dieu, l’écologie et moi », à nouveau disponible, est l'occasion de présenter quelques contributions marquantes, personnelles et livresques, autour de ce thème en lien avec les milieux évangéliques. Il y a de quoi lire, écouter et voir!

  • « Tu seras un homme, mon fils ! »

    Jeu 15 avril 2021

    Des soirées ou des virées entre hommes : la formule fait de plus en plus parler d’elle, notamment dans les sphères confessionnelles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, membre de l’église CityLife à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018. Gabrielle Desarzens s’est invitée à la dernière et en fait l’objet d’un reportage pour Hautes Fréquences dimanche 18 avril à 19h sur RTS La Première.

  • FREE COLLEGE le 29 mai 2021 : « Des personnes homosexuelles dans l’Eglise » (date confirmée)

    Jeu 15 avril 2021

    La question de l’accompagnement des personnes homosexuelles dans les Eglises évangéliques fait débat dans l’espace public et dans les Eglises elles-mêmes. Au vu des indications de la Confédération tombées cette semaine, c'est bien le 29 mai prochain que le FREE COLLEGE, la formation d’adultes de la FREE, abordera ce thème. Proposition : se mettre à l’écoute de ce que la Bible dit, mais aussi de témoins qui, ces dernières années, ont cheminé en lien avec des pasteurs et des accompagnants évangéliques. Cette session a été remise à plus tard deux fois à cause des contraintes liées au covid-19.

  • Et si votre Eglise était« mosaïque »

    Ven 09 avril 2021

    Dans un livre intitulé « Mission Mosaikkirche » (« Mission Eglises mosaïques »), le pasteur Stephen Beck relate ses expériences dans des Eglises bien implantées dans leur culture, mais largement ouvertes aux migrants et aux étrangers, ainsi qu’à leurs cultures respectives. Un enrichissement pour nos Eglises !

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !