Magda Hollander-Lafon: la mémoire des camps dans la peau

lundi 03 février 2020

Aujourd’hui âgée de 92 ans, Magda Hollander-Lafon est un témoin de la Shoah qui a cherché à restaurer la dignité de l’homme, « là où son humanité a été humiliée, asservie, anéantie ». Gabrielle Desarzens était allée la trouver chez elle, à Rennes. Plusieurs articles et émissions radio en avaient découlé, dont les lignes ci-dessous, publiées dans le Vivre de juin 2012. Septante-cinq ans après la libération d’Auschwitz, sa parole reste forte.

Magda Hollander-Lafon ouvre grand la porte de son appartement de Rennes (F), puis fixe avec chaleur la personne sur son pas-de-porte de ses grands yeux expressifs : « Bonjour, ça va ? » Elle reçoit avec thé et gâteaux dans son petit bureau, où des plantes sont arrangées en groupe à même le sol devant la fenêtre.

Après 30 ans de silence suite à l’horreur de la Shoah, ce petit bout de femme a publié un premier livre en 1977, qui est repris et prolongé dans celui qu’elle vient de signer aux Editions Albin Michel1. Avec pour titre « Quatre petits bouts de pain », elle fait référence au geste d’une mourante qui, dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, lui a donné quatre petits bouts de pain moisis pour qu’elle vive et puisse témoigner un jour « de ce qui se passe ici ». Le sous-titre « Des ténèbres à la joie » donne quant à lui le ton du message qu’elle souhaite laisser – à ses lecteurs comme aux nombreux lycéens qu’elle rencontre – et qui consiste à « transformer cette mémoire de mort en appel à la vie ».

Magda a vécu les pires horreurs de ce qui s’est appelé la « Solution finale ». Face à son interlocutrice, elle ne parlera pas des cadavres qu’elle a dû ramasser, des cendres humaines qu’elle a charriées ou de la fosse V où se consumaient des corps : « Mon seul désir, en témoignant, c’est que ceux qui me lisent et m’entendent trouvent confiance en eux-mêmes ; et qu’ils soient capables de s’engager dans la vie en personnes libres. »

Juive baptisée, elle dit aujourd’hui trouver dans sa foi un « ferment de résurrection ».

Magda Hollander-Lafon, vous êtes l’un des derniers témoins de la Shoah : qu’aimeriez-vous laisser en héritage ?

Vous dites juste : je ne suis pas une victime, mais un témoin de la Shoah. J’obéis non pas à un devoir de mémoire, mais à une fidélité envers celles et ceux qui ont disparu devant mes yeux pour qu’ils ne soient pas morts en vain. Hitler voulait que ce qui s’est produit dans les camps reste secret. Il pensait que personne n’y croirait. Il aurait aimé qu’il n’y ait aucun survivant qui puisse témoigner. Or si on nie les horreurs qui se sont passées, tout peut se reproduire. Le témoignage s’est ainsi progressivement imposé à moi.

Déportée à 16 ans, je suis l’une des rares survivantes de tous les juifs hongrois de cette période-là. Alors je visite des classes et, face à tous ces jeunes magnifiques, je dis qu’il leur faut devenir responsables de leurs choix. J’essaie de leur faire comprendre qu’ils sont uniques, incomparables, que leur vie est un cadeau. Et que demain est dans leurs mains.

Vous savez, j’ai compris que la paix ne peut se construire que si chacun de nous trouve ou retrouve le goût de sa vie.

Comment se relève-t-on après avoir connu l’enfer des camps ?

J’ai dû quasiment réapprendre à vivre : dormir dans un lit, manger avec une cuiller... Et sans personne à côté de moi pour m’aider, car pas un homme, pas une femme ne voulait ou ne pouvait reconnaître les choses abominables que nous, les survivants, avions vécues dans les camps.

Dès la libération, j’ai aussi connu le remords d’être en vie. En fait, j’ai lutté durant 37 ans contre l’adolescente que j’étais au moment de la déportation qui ne pouvait se pardonner d’être vivante ; puis contre cette adulte qui devait rattraper le temps pour ressembler à tout le monde. Aujourd’hui, je me surprends parfois à ne pas aller bien. J’essaie alors de nommer ce qui est à l’intérieur de moi comme un brouillard d’angoisse et qui m’immobilise. Mais, comme vous, je suis toujours en devenir et nous avons tous des merveilles à découvrir en nous-mêmes, qui sont encombrées par des blessures et des souffrances. Je tourne encore doucement les pages de ma vie : certaines sont blanches, d’autres jaunies, effacées. Et puis il y a des pages silencieuses, en attente de révélation.

Quelles sont vos racines ?

Je viens d’une famille juive non pratiquante. Je suis imprégnée de mes racines au-delà de toute croyance. Je sens ainsi que ma peau est pleine d’une connaissance qui se révèle à moi au fur et à mesure du temps. Quand je travaille par exemple les Ecritures, je me surprends à savoir lire en hébreu sans comprendre ce que je lis. Je ne me souviens pas avoir appris cette langue, pourtant ses lettres ne me sont pas inconnues. Je peux donc imaginer que je suis allée dans une école juive après avoir été obligée de quitter l’école publique à la montée de l’antisémitisme en Hongrie, mais je n’en sais rien, car j’ai des blancs dans ma mémoire.

J’ai perdu toute ma famille dans les camps. Je suis retournée en Hongrie bien des années plus tard pour retrouver trace de mes parents et pour leur rendre leur nom : j’ai demandé à ce qu’une plaque soit inscrite à leur mémoire. Ce faisant, j’ai aussi intégré que je venais de quelque part. Il faut aller à la rencontre de soi, de ses racines : l’ignorance et l’indifférence, c’est la mort de l’homme et de l’humanité.

Vous vous définissez comme juive baptisée : qu’est-ce que cela signifie ?

Après les camps, je mesurais les êtres humains à leur poids de bonté. Après quatre ans d’orphelinat, j’ai rencontré une femme d’une grande gentillesse dans le pensionnat protestant belge où je terminais la première partie de mes études. Elle portait une croix autour du cou. Je lui en ai demandé la signification et elle m’a donné l’Evangile. Je l’ai ouvert au hasard et suis tombée sur Matthieu 25 : « J’avais faim, tu m’as donné à manger ; j’avais soif, et tu m’as donné à boire... » Je me suis dit que ce Jésus dont il était question était quelqu’un qui m’intéressait. Puis une sœur qui a bien voulu m’enseigner à son sujet a commencé, elle, par le prologue de Jean : « Le verbe était Dieu... » Je ne comprenais rien du tout. En même temps, je suivais des cours de français. A l’occasion d’une leçon de grammaire, un professeur a expliqué l’importance du verbe ; que sans lui, la phrase n’avait pas de sens. J’ai alors compris que sans le Verbe, ma vie n’avait pas de sens. Depuis, j’ai appris et j’apprends chaque jour à vivre de ces paroles, sans pour autant parler de Jésus. Et si je me suis fait baptiser, je ne me conçois pas « convertie » : je reste juive ! C’est une fidélité que je dois à mes parents et à toute ma descendance.

Comment êtes-vous perçue par la communauté juive ?

Je sais que mon baptême a fait et fait souffrir des juifs. Je fais partie notamment de l’Amitié judéo-chrétienne et je sens bien que ma présence y suscite des questions. Il a fallu longtemps dans ces cercles jusqu’à ce qu’un juif me souhaite un bon dimanche... et il y a celui qui ne m’a pas encore souhaité « shabbat shalom ». Mais grâce aux témoignages de tous ceux que je rencontre, grâce à la foi et aux doutes des jeunes que je vois, le Jésus de l’Evangile ne cesse de m’interroger, de me réserver des découvertes quotidiennes. Je peux vous dire que mon ciel intérieur est variable, sans cesse en mouvement vers le Nom. Je dépose devant Lui ma peau usée de témoin et crois que, au-delà de mes épreuves et de mes tourments, la vie continue de jaillir.

Gabrielle Desarzens

1 Magda Hollander-Lafon, Quatre petits bouts de pain, Paris : Albin Michel, 2012.

Magda Hollander-Lafon, Souffle sur la braise, Paris : Cerf, 1993.

Emissions A vue d’Esprit

Emission Hautes Fréquences

Emission Hautes Fréquences du 26 janvier 2020 avec le rabbin François Garaï

  • Encadré 1:

    Bio express

    Née le 15 juin 1927 à Zahony, petit village hongrois proche de la frontière slovaque, Magda Hollander-Lafon a été déportée en avril 1944. Elle fait partie des 437'403 juifs hongrois qui, en trois mois, ont été massivement déplacés dans les camps de concentration allemands. Trois cent cinquante mille d’entre eux ont été assassinés immédiatement, dès leur arrivée à Auschwitz-Birkenau, dont la mère et la sœur de Magda.

    Au cours d’un des nombreux et derniers déplacements de camps, Magda a réussi avec quatre compatriotes à se cacher dans un bois... puis à prendre un train qu’alles pensaient en partance pour paris. Elles en sont descendues à Namur (B), où Magda a appris le français, le flamand, et entrepris des études d’éducatrice de l’enfance. Elle fera ensuite des études de psychologie.

    Elle s’est mariée à François, avec lequel elle a eu quatre enfants.

Publicité
  • Etre des citoyens « à la loyauté critique »

    Etre des citoyens « à la loyauté critique »

    L’acquittement de Norbert Valley : une victoire ? « C’est une étape », estime Pierre Bühler, professeur honoraire de théologie à l’Université de Zurich, témoin de la défense jeudi 12 mars au Tribunal Régional des Montagnes et du Val-de-Ruz. Pour lui, il faut plus que jamais que le chrétien soit un citoyen « à la loyauté critique ». D’autant plus quand l’Etat prend des décisions contraires à ses principes supérieurs. Plusieurs réactions de personnes présentes à l'audience lui font écho.

    lundi 16 mars 2020
  • A Sarajevo, des migrants pakistanais dynamisent une église locale.

    A Sarajevo, des migrants pakistanais dynamisent une église locale.

    Trouver un lieu de culte est parfois l’un des premiers réflexes des personnes migrantes. A Sarajevo, des Pakistanais convertis au christianisme ont découvert une communauté évangélique baptiste, où ils trouvent réconfort et entraide. « Ils nous sont en bénédiction », exprime son pasteur Tomislav Dobutovic.

    mardi 18 février 2020
  • Danilo Gay, un témoin derrière la grande muraille de Bosnie

    Danilo Gay, un témoin derrière la grande muraille de Bosnie

    Bloqués par des frontières devenues quasi hermétiques, les migrants qui empruntent à nouveau la route des Balkans ne parviennent guère à dépasser la Bosnie-Herzégovine. Ils s’y retrouvent comme coincés, parfois en grande souffrance. Le diacre protestant Danilo Gay est allé sur place faire preuve de solidarité.

    vendredi 14 février 2020
  • Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Le peuple suisse se prononce le 9 février sur l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie. Pour nourrir le débat, Marc Früh, responsable de l’Union démocratique fédérale (UDF) en Suisse romande, à l’origine du référendum qui combat cet ajout à l’article 261 bis du code pénal, et André Varidel, chrétien homosexuel issu des milieux évangéliques, répondent à trois questions.

    vendredi 24 janvier 2020

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

LAFREE.INFO

  • Jour 15: prions pour un retour à la crainte de Dieu et à l’essentiel ! (6 avril)

    Dim 05 avril 2020

    Persévérons dans l’adoration, l’action de grâce et l’intercession durant cette dernière semaine avant Pâques ! L’action de prière « 21 x 5 = ? » propose aujourd’hui quelques nouveaux sujets, rédigés par David Hoehn, pasteur dans l’Eglise évangélique libre de La Côte-aux-Fées.

  • Jour 14: prions pour l’unité de l’Eglise (5 avril)

    Sam 04 avril 2020

    L’action de prière « 21 x 5 = ? » entre dans sa dernière ligne droite. Continuons à chercher la face de notre Père céleste et ne nous relâchons pas ! David Hoehn et Maxime Jaquillard, initiateurs du projet, aimeraient donner la parole à quelques autres personnes au cœur d’intercesseur. Ainsi, Daniela Margaroli, pasteure de la Chiesa Ticino à Sant'Antonio, vont nous conduire dans la prière aujourd’hui.

  • Jour 13: prions pour le monde (4 avril)

    Ven 03 avril 2020

    L’action de prière « 21 x 5 = ? » vous propose de prier aujourd’hui pour les différents pays du monde touchés par la pandémie de covid-19. Philippe Henchoz, pasteur dans l’Eglise évangélique de Meyrin (GE), vous propose ce parcours.

  • Les évangéliques ensemble en prière le Jeudi saint 9 avril à 20h

    Ven 03 avril 2020

    Le Réseau évangélique suisse et plusieurs fédérations d’Eglises évangéliques appellent à passer ensemble une heure de prière le Jeudi saint 9 avril de 20h à 21h. Ce temps de prière pourra être suivi en live sur le site : www.prierensemble.ch. Cette invitation est en lien avec l’appel des Eglises chrétiennes de Suisse à allumer une bougie à sa fenêtre le jeudi à 20h en signe de solidarité avec les victimes de la pandémie.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !