Un éminent théologien protestant condamné pour pédopornographie

vendredi 26 juin 2020 icon-comments 2

Coup de tonnerre dans le monde protestant académique : un éminent professeur de théologie, enseignant notamment à Strasbourg et Oxford, vient d’être condamné pour pédopornographie. Il était anciennement pasteur.

Considéré comme l’un des meilleurs biblistes au monde, le professeur d’ancien testament Jan Joosten, 61 ans, figure désormais également sur la liste des délinquants sexuels en France. Il a été condamné il y a une semaine par le tribunal de Saverne (Bas-Rhin) à un an de prison. Il a admis qu’en six ans, de 2014 à 2020, il avait téléchargé 28'000 images et vidéos, dont certaines comprenaient des représentations de viols d’enfants par des adultes. « C’était comme un jardin secret, en contradiction avec moi-même », aurait dit le professeur devant le président du tribunal, tout en évoquant une addiction, un engrenage, et confiant être « soulagé » d’avoir été arrêté, selon le quotidien régional français Dernières nouvelles d’Alsace. Ses activités ont été découvertes par une équipe de cybercriminalité. La nouvelle met à mal l’aura de ce professeur charismatique d’ancien testament à la faculté protestante de Strasbourg, et enseignant outre-Manche à la Faculté d’études orientales d’Oxford ainsi qu’au collège Christ Church, où il était titulaire de la prestigieuse chaire d’hébreu.

Séisme

Dans les milieux universitaires qu’il côtoyait, c’est la sidération. Tout le monde savait qu’il avait quatre enfants, qu’il avait été anciennement pasteur en Belgique. Il était en outre connu pour fréquenter une paroisse et avait donc une vie de foi assumée. Il avait de surcroît été nommé par la reine d’Angleterre : il était professeur regius, et avait ce côté « flegmatique, poli, classe », selon Joan Charras Sancho, théologienne féministe qui a été l’une de ses étudiantes à Strasbourg et l’une des premières à donner l’information sur les réseaux sociaux. Twitter et Facebook connaissent actuellement une avalanche de commentaires interloqués.

Pour la théologienne, cette affaire révèle avant tout un gros tabou dans les milieux protestants, « qui pensaient que la pédopornographie était plutôt un problème catholique. » Joan Charras Sancho indique aussi avoir été surprise par des réflexes de protection, alors que plusieurs croyants, pasteurs et théologiens lui ont demandé de ne pas en parler, de ne pas « jeter la première pierre », selon l’expression biblique, jusqu’à excuser Jan Joosten plaidant qu’il n’a « pas touché aux enfants. » Des réserves inacceptables pour la théologienne, qui souligne que toute consommation pédopornographique implique trafic d’enfants et exploitation de la vie d’autrui. Pour elle, il faut nommer les choses. Les dénoncer. Les penser. Les expliquer. Pour pouvoir enfin prévenir de tels comportements.

Gabrielle Desarzens

Une chronique à écouter sur RTS La Première

2 réactions

  • Thomas Salamoni vendredi, 26 juin 2020 11:40

    Ce n'est pas agréable de devoir dénoncer ce genre de comportement - il y a bien d'autres domaines que la sexualité qui posent problème, aussi dans les Eglises - mais je remercie Gabrielle Desarzens, et du même coup Serge Carrel (cf. l'article qui vient de sortir sur lafree.info) - pour le courage de couvrir de tels sujets.

  • Chantal Nicole U vendredi, 26 juin 2020 14:03

    Le Ciel offre à ce "pasteur" une chance de sortir de sa "prison". Dommage qu'il fallût passer par cette case peu agréable. Je trouve peu chrétien de couvrir les délits et crimes sous prétexte de ne pas jeter la première pierre. Trouver des excuses et minimiser la gravité du mal ne font pas partie des méthodes divines de délivrance de l'être humain. C'est assez intéressant de lire ce qu'en dit une certaine Ellen G. White dans "Patriarches et Prophètes" page335-3 , ce chapitre 31 consacré à Nadab et Abihu. Ses réflexions démontrent clairement les conséquences fatales d'une telle philosophie. Sans être fan de cette écrivaine, je trouve pertinent ce qu'elle y déclare. Googlez vous aussi, tout simplement!

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !