Sylvie Balverde : « Aider les plus démunis nous a rarement été d’une actualité aussi criante ! »

lundi 22 juin 2020 icon-comments 1

Le coronavirus bouscule les projets et priorités du Service de Missions et d’Entraide (SME), pour qui la sécurité de ses envoyés et la survie de ses bénéficiaires sont devenus ses deux piliers d’action suivis au jour le jour, commente lundi 22 juin à St-Prex sa directrice Sylvie Balverde.

Le Covid-19 a rendu et rend aujourd’hui encore le travail du SME compliqué et intense. L’occasion de faire le point avec Sylvie Balverde, qui n’a pas rangé ses préoccupations au vestiaire.

-        Comment avez-vous traversé la crise du coronavirus ces trois derniers mois ?

« Quand en mars, Berne a conseillé aux ressortissants suisses de l’étranger de rentrer, un tiers de nos envoyés sont revenus en Suisse. Avec nos partenaires, nous avons dû en catastrophe leur trouver des logements, puis nous organiser puisqu’ils devaient rester en quarantaine deux semaines. Les projets dont ils s’occupaient sur place ont été mis en veilleuse. Nos délégués restés sur le terrain, notamment au Népal, Liban, Laos et Bangladesh, m’impressionnent. Car ils sont dans des pays qui connaissent actuellement des pics de Covid-19 ; c'est compliqué pour eux. D’abord, certains de ces états ont fermé leurs frontières. Ensuite, la population locale qu’ils côtoient a vraiment du mal à s’en sortir, et les conséquences de la pandémie risquent d’être graves au niveau de la sécurité alimentaire. Je suis préoccupée. Au Laos, notre envoyé a fait un tel bon travail de prévention à Sékong que les autorités du pays lui ont demandé d’intervenir à Attopeu, plus au nord. C’est fantastique, mais je reste attentive à ce que nos collaborateurs ne s’épuisent pas à la tâche. Je prends de leurs nouvelles régulièrement par skype. »

-        Est-ce que la majorité de vos projets ont dû réduire leur voilure ?

« La crise sanitaire a bousculé toutes nos planifications. Nos projets comme nos écoles et nos centres de formation sont arrêtés depuis la mi-mars et à ce jour, la date de reprise pour certains est connue mais reste encore floue pour d’autres. Et c’est tragique, car cela signifie pour plusieurs employés locaux ne plus recevoir d’argent, ou alors un salaire réduit, alors que dans plusieurs pays, les prix flambent, comme au Tchad par exemple. Cela a bien sûr un impact direct sur leur famille. Il faut ajouter à cela que les malades isolés reviendront à l’hôpital sans doute avec des pathologies plus importantes. Sinon, les soutiens des donateurs ont permis de faire face au Covid-19 par l’achat d’équipements médicaux. Mais il nous manquera des moyens pour la reprise des activités jusqu’à la clôture des projets en décembre 2020 qui ne sont pas approvisionnés par la Confédération suisse. Actuellement, nos envoyés font face au Covid-19, tout en se projetant d’ores et déjà dans la période 2021-2024. C’est un grand écart difficile, mais ils assurent. Je les admire beaucoup. »

-        Qu’aimeriez-vous faire entendre ?

« Le SME se mobilise pour les plus pauvres et va poursuivre son travail pendant et après la période de pandémie. Nous sommes conscients que l’aide internationale en faveur des pays du Sud risque de diminuer, de même que les revenus intérieurs desdits pays. Mais il nous tient à cœur d’épargner cette double peine à nos partenaires en encourageant nos donateurs à poursuivre le financement des projets en cours… pour que la vie continue ! »

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

SME IBAN : CH79 0900 0000 1200 1401 1

1 réaction

  • Eke norbert samedi, 27 juin 2020 10:06

    JE VOUS REMERCI POUR VOTRE TRAVAIL D INFORMATION JE SUIS AU BENIN QUE DIEU VOUS BENISSE AMEN

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !