Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

mercredi 03 février 2021 icon-comments 2

Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

Il le rappelle dans un ouvrage publié en fin d’année dernière1 : du 17 au 21 février 2020, 2’200 évangéliques sont rassemblés pour une semaine de jeûne et de prière, comme chaque année, à l’église La Porte Ouverte de Mulhouse. Les gestes barrières n’étaient à l’époque pas encore prônés. Quelques jours plus tard, plusieurs participants sont malades du COVID-19 et la machine médiatique s’emballe. Les membres de l’église sont stigmatisés, victimes d’insultes et même de menaces de mort... Mardi 2 février, Samuel Peterschmitt s’installe devant son écran pour une interview virtuelle : 

  • Samuel Peterschmitt, avez-vous le sentiment d’avoir été, avec votre église, un bouc-émissaire ?

Je pense que nous le sommes devenus de fait. Tous les projecteurs se sont focalisés sur nous. Et je pense que c’est dans la nature humaine d’avoir toujours besoin d’un coupable. Donc nous avons joué ce rôle-là malgré nous. Et de façon incompréhensible puisque nous pensions finalement qu’en faisant notre devoir de citoyen, soit en signalant qu’il se passait quelque chose d’anormal, nous rendions service à la société qui nous entoure. Alors que cela s’est retourné contre nous. 

  • Qu’est-ce qui a été particulièrement violent ?

C’est d’abord le rouleau compresseur médiatique. Puis cette suspicion qu’être évangélique avait favorisé la propagation du virus. Et finalement la vague de haine qui s’est déversée sur les réseaux sociaux et qui a attaqué ce que nous sommes : des évangéliques. Avec toute la méconnaissance sur ce que cela signifie à la clé.

  • Vous citez dans votre livre aussi des insultes et des menaces de mort…

Oui il y a eu des menaces de mort, des commentaires comme quoi il fallait que l’on brûle notre église ; ou quand j’étais hospitalisé : « On espère qu’il crève »… Comme si nous étions responsables, coupables même d’avoir volontairement répandu le virus. Alors qu’à cette époque-là, les services sanitaires disaient qu’il n’y avait pas de chaîne de contamination en France. Le président de la République était à 300 mètres d’ici : il serrait des mains et faisait des selfies la même semaine où nous étions réunis. Et puis d’autres rassemblements ont eu lieu, comme par exemple le Salon de l’agriculture tout de suite après nous : 480'000 personnes pendant cinq jours à Paris. Mais c’est nous qui avons donné l’alerte.

  • Avez-vous le sentiment d’avoir une foi différente depuis ces événements ?

Ma foi en est devenue plus forte. Plus profonde. Dans cette période où nous avons été ébranlés, j’ai réalisé à quel point j’avais une grâce de connaître Jésus. Quel bonheur d’avoir eu le Seigneur à qui je pouvais m’adresser ! 

  • Après votre hospitalisation, vous avez dit dans une interview être revenu à beaucoup plus d’humilité…

Je me suis posé la question : « Pourquoi nous ? » Je me suis rendu compte que si c’était arrivé ailleurs, nous nous serions sans doute empressés de juger... comme nous avons été jugés. Et en cela, ce fut une grande leçon d’humilité. Des musulmans sont venus nous voir et m’ont dit : « Si cela s’était produit dans une mosquée, on se serait fait vitrifier. » Et je me suis demandé : « Comment aurais-tu réagi Samuel si cela s’était produit dans une mosquée ? » J’aurais jugé ! J’aurais été arrogant. J’ai donc appris l’humilité. J’ai été amené à regarder les autres avec beaucoup plus de respect. 

  • En surfant sur internet, je vous ai entendu dire aussi que vous n’aviez plus pu prier… avoir ressenti être comme le blessé laissé sur le côté du chemin…

Je n’ai plus pu prier quand j’étais à l’hôpital parce que je n’avais plus la force de prier. J’étais à un tel stade d’épuisement que même prier était un effort trop grand. Mais j’ai appris dans cette période-là ma dépendance du Seigneur. Et que tout n’est que grâce. Pour moi, cela veut dire aimer son prochain quel qu’il soit. Ne pas juger. Et puis cela veut dire que le temps est un bien précieux que je veux consacrer à Celui que j’aime de tout mon cœur. Cela m’a rapproché de Lui. 

  • Qu’est-ce que vous avez appris ?

Je suis passé par une nouvelle prise de conscience. Si plusieurs proches n’avaient pas succombé à la maladie, je pourrais dire que cette expérience a été formidable. Le Seigneur s’est vraiment révélé à moi pendant cette période dans une autre dimension.  

  • En quoi est-ce que cela vous a changé ?

Je pense que je suis quelqu’un qui a beaucoup plus conscience de Dieu au plus profond de lui-même et du regard constant du Seigneur sur lui. Cela où que je sois, quoi que je fasse, quoi que je pense. Et ça change mon regard sur les autres. Je les approche différemment. Plus que jamais, j’ai envie de dire que la vie en Christ est formidable. J’ai comme reçu un cœur de chair, qui me fait vivre les choses totalement différemment. Une sensibilité à l’autre, mais au Seigneur aussi. Une conscience par rapport à mes paroles et mes actes devant Dieu. Par exemple, mes temps de prière sont devenus merveilleux. Ce sont des temps de rendez-vous que je ne raterais plus. C’est juste une joie ! Un privilège ! 

  • Pourquoi avoir participé à un livre sur cet épisode ? Et quel est le message que vous voulez faire entendre au travers de ces pages ?

Ce n’était pas mon idée. C’est un éditeur parisien qui m’a téléphoné et qui m’a dit vouloir me donner la parole parce que nous n’avions pas été bien traités et pour que la société comprenne aussi qui sont les évangéliques. Mais je n’en avais pas la force et c’est comme ça que le mode de l’entretien a fait son chemin. Cela dit, pour moi, ce livre n’est pas un règlement de comptes. J’ai dit ce qu’on a vécu, puis j’ai raconté l’histoire de notre église, et puis l’origine des évangéliques, qu’on ne peut confondre en Europe avec Trump ou Bolsonaro. Et ça change la crédibilité de nos messages.

Maintenant, ce que j’aimerais dire encore c’est : « Merci Seigneur pour les remises en question que la pandémie permet. » Au niveau des églises : que l’on s’interroge si nous avons réussi à faire de nos églises des églises de disciples ! Quel bilan ? Je prône un retour de l’église dans toute la société. Cela signifie de prendre soin de celle, de celui qui nous entoure. Cela signifie pour chaque chrétien un réel enracinement dans la foi. Et la joie de la vivre. Et de la communiquer.

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

deferlante la cette crise qui a revele les evangeliques

 

1 « La Déferlante, cette crise qui a révélé les évangéliques », de Samuel Peterschmitt, avec Kévin Boucaud-Victoire, rédacteur en chef de l’hebdomadaire français Marianne, préface de Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix 2018. Ed. Première Partie : 2020.

 

  • Encadré 1:

    Petite chronologie 

    La première alerte fut lancé de Chine dans la province de Hubei à Wuhan, en décembre 2019 avant de s'étendre au reste du monde au début de l'année 2020.

    11 janvier 2020 : Les autorités sanitaires chinoises annoncent qu'un premier patient atteint du nouveau virus est décédé à Wuhan.

    24 janvier 2020 : en France, les trois premiers malades sont annoncés : deux à Paris et un à Bordeaux. Ces trois patients chinois avaient séjourné à Wuhan.

    28 janvier 2020 : l'Allemagne fait savoir qu'elle a observé un cas de contamination interhumaine sur son sol

    30 janvier 2020 : l'Italie déclare avoir deux touristes chinois atteints du virus sur son territoire.

    9 février 2020 : onze cas répertoriés en France, dont cinq britanniques en séjour aux Contamines-Montjoie (Haute-Savoie).

    15 février 2020 : en France, premier décès hors d'Asie, et donc le premier d'Europe ; un touriste chinois, octogénaire, hospitalisé à l'hôpital Bichat-Claude-Bernard (Paris). 

    17 au 21 février 2020 : rassemblement évangélique à l’église La Porte Ouverte pour une semaine de jeûne et de prière.

    21 février 2020 : en Italie, premier décès d'un Européen ne s'étant jamais rendu en Chine.

    25 février 2020 : la Suisse enregistre un premier cas, au Tessin.

    18 mars 2020 : la France annonce la mise en place de l'état d'urgence sanitaire pendant tout le temps de la pandémie.

2 réactions

  • Simone Givel mercredi, 17 février 2021 11:17

    Merci à Mme G. Desarzans de nous avoir permis cet échange avec M. Samuel Péterschmitt. J'avais bien sûr eu connaissance des malades du Covid 19 lors de l'Assemblée de Mulhouse. Je n'aurais par contre jamais pu imaginer que l'église en question soit insultée et menacée, accusée même de répandre cette pandémie. Cela ressemble terriblement à la chasse aux sorcières du moyen âge... Il est vrai que depuis plus d'une année, si l'on se place comme simple habitant de la terre, on s'aperçoit que le Créateur est ABSENT dans cette lutte au covid 19 qui fait souffrir tant de monde. Et la faute en est à nos églises (quelles qu'elles soient) tellement elles sont discrètes sur le sujet. Je pense, quant à moi que l'affaire de Mulhouse veut tout simplement dire :- Attention chrétiens ! Vous n'êtes pas dans le monde MAIS vous avez un témoignage à rendre à cette planète en souffrance.- Pensons par ex. à .... la tour de Siloé... On n'est pas seul pour le combat. Courage! En avant!

  • Hetty Overeem jeudi, 25 février 2021 18:21

    Merci Gabrielle! J'avais déjà vu un interview de Samuel Peterschmitt par
    YouTube, l'année passée. Touchant. Beau, comme on peut se mettre en question, se laisser travailler par le Christ en nous. - Je ne sais pas bien ce que Samuel entend par "des églises de disciples". Et "un retour de l'Eglise dans toute la société". J'aimerais bien - mais pas juste en prenant soin, mais aussi en disant Dieu dans la totalité de son Etre, et pas juste des valeurs, ou du politiquement ou spirituellement correct...

Publicité

  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Les camps de l’été 2024

    Ven 17 mai 2024

    Cet été 2024, de nombreux camps sont organisés pour les enfants dès 4 ans, les jeunes et les adultes. Ce sont généralement des moment forts en amitié et en spiritualité pour les participants, comme pour les équipes d’encadrement. Voici une liste de camps qui acceptent encore des inscriptions, ou qui cherchent encore des bénévoles.

  • « Il était des fois » : une série de capsules vidéo mettant en dialogue des jeunes évangéliques, réformés et catholiques

    Ven 17 mai 2024

    Le 21 mai sortira sur les réseaux sociaux de la FREE et sur sa chaîne Youtube la première de cinq capsules vidéo réalisées avec Média-Pro, Cath-Info et DM. Dans cette série "Il était des fois", deux jeunes catholiques, deux jeunes réformés et trois jeunes évangéliques, réunis le temps d'un week-end à la montagne, discutent de leur foi respective et apprennent à se connaître.

  • Cours Just People (4) : la justice au cœur des préoccupations et des actions

    Ven 10 mai 2024

    Lors de la quatrième rencontre du cours Just People, le 1er mai 2024, Salomé Richir-Haldemann, coordinatrice de Stop Pauvreté, a présenté la justice mise en pratique comme une exigence biblique, une conséquence naturelle du salut par la foi. Elle invite les Eglises et les chrétiens à mettre la justice au cœur de leurs préoccupations et de leurs actions.

  • Conférence «Où sont les femmes ?»: enjeux, constats et pistes pour favoriser le pastorat féminin

    Ven 10 mai 2024

    Ce n'est pas tous les jours que les Eglises de la FREE sont le sujet d'une étude pour un travail de master. Le 27 avril, dans le cadre de la Conférence "Où sont les femmes?" à St-Légier, Lisa Zbinden a présenté les grandes lignes de son travail sur le pastorat féminin au sein de la fédération. Alors que les Unions et Fédérations d'Eglises s'inquiètent pour la relève des postes pastoraux, des pistes ont été évoquées pour faciliter l'accès au pastorat aux femmes.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !