Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

mercredi 03 février 2021 icon-comments 2

Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

Il le rappelle dans un ouvrage publié en fin d’année dernière1 : du 17 au 21 février 2020, 2’200 évangéliques sont rassemblés pour une semaine de jeûne et de prière, comme chaque année, à l’église La Porte Ouverte de Mulhouse. Les gestes barrières n’étaient à l’époque pas encore prônés. Quelques jours plus tard, plusieurs participants sont malades du COVID-19 et la machine médiatique s’emballe. Les membres de l’église sont stigmatisés, victimes d’insultes et même de menaces de mort... Mardi 2 février, Samuel Peterschmitt s’installe devant son écran pour une interview virtuelle : 

  • Samuel Peterschmitt, avez-vous le sentiment d’avoir été, avec votre église, un bouc-émissaire ?

Je pense que nous le sommes devenus de fait. Tous les projecteurs se sont focalisés sur nous. Et je pense que c’est dans la nature humaine d’avoir toujours besoin d’un coupable. Donc nous avons joué ce rôle-là malgré nous. Et de façon incompréhensible puisque nous pensions finalement qu’en faisant notre devoir de citoyen, soit en signalant qu’il se passait quelque chose d’anormal, nous rendions service à la société qui nous entoure. Alors que cela s’est retourné contre nous. 

  • Qu’est-ce qui a été particulièrement violent ?

C’est d’abord le rouleau compresseur médiatique. Puis cette suspicion qu’être évangélique avait favorisé la propagation du virus. Et finalement la vague de haine qui s’est déversée sur les réseaux sociaux et qui a attaqué ce que nous sommes : des évangéliques. Avec toute la méconnaissance sur ce que cela signifie à la clé.

  • Vous citez dans votre livre aussi des insultes et des menaces de mort…

Oui il y a eu des menaces de mort, des commentaires comme quoi il fallait que l’on brûle notre église ; ou quand j’étais hospitalisé : « On espère qu’il crève »… Comme si nous étions responsables, coupables même d’avoir volontairement répandu le virus. Alors qu’à cette époque-là, les services sanitaires disaient qu’il n’y avait pas de chaîne de contamination en France. Le président de la République était à 300 mètres d’ici : il serrait des mains et faisait des selfies la même semaine où nous étions réunis. Et puis d’autres rassemblements ont eu lieu, comme par exemple le Salon de l’agriculture tout de suite après nous : 480'000 personnes pendant cinq jours à Paris. Mais c’est nous qui avons donné l’alerte.

  • Avez-vous le sentiment d’avoir une foi différente depuis ces événements ?

Ma foi en est devenue plus forte. Plus profonde. Dans cette période où nous avons été ébranlés, j’ai réalisé à quel point j’avais une grâce de connaître Jésus. Quel bonheur d’avoir eu le Seigneur à qui je pouvais m’adresser ! 

  • Après votre hospitalisation, vous avez dit dans une interview être revenu à beaucoup plus d’humilité…

Je me suis posé la question : « Pourquoi nous ? » Je me suis rendu compte que si c’était arrivé ailleurs, nous nous serions sans doute empressés de juger... comme nous avons été jugés. Et en cela, ce fut une grande leçon d’humilité. Des musulmans sont venus nous voir et m’ont dit : « Si cela s’était produit dans une mosquée, on se serait fait vitrifier. » Et je me suis demandé : « Comment aurais-tu réagi Samuel si cela s’était produit dans une mosquée ? » J’aurais jugé ! J’aurais été arrogant. J’ai donc appris l’humilité. J’ai été amené à regarder les autres avec beaucoup plus de respect. 

  • En surfant sur internet, je vous ai entendu dire aussi que vous n’aviez plus pu prier… avoir ressenti être comme le blessé laissé sur le côté du chemin…

Je n’ai plus pu prier quand j’étais à l’hôpital parce que je n’avais plus la force de prier. J’étais à un tel stade d’épuisement que même prier était un effort trop grand. Mais j’ai appris dans cette période-là ma dépendance du Seigneur. Et que tout n’est que grâce. Pour moi, cela veut dire aimer son prochain quel qu’il soit. Ne pas juger. Et puis cela veut dire que le temps est un bien précieux que je veux consacrer à Celui que j’aime de tout mon cœur. Cela m’a rapproché de Lui. 

  • Qu’est-ce que vous avez appris ?

Je suis passé par une nouvelle prise de conscience. Si plusieurs proches n’avaient pas succombé à la maladie, je pourrais dire que cette expérience a été formidable. Le Seigneur s’est vraiment révélé à moi pendant cette période dans une autre dimension.  

  • En quoi est-ce que cela vous a changé ?

Je pense que je suis quelqu’un qui a beaucoup plus conscience de Dieu au plus profond de lui-même et du regard constant du Seigneur sur lui. Cela où que je sois, quoi que je fasse, quoi que je pense. Et ça change mon regard sur les autres. Je les approche différemment. Plus que jamais, j’ai envie de dire que la vie en Christ est formidable. J’ai comme reçu un cœur de chair, qui me fait vivre les choses totalement différemment. Une sensibilité à l’autre, mais au Seigneur aussi. Une conscience par rapport à mes paroles et mes actes devant Dieu. Par exemple, mes temps de prière sont devenus merveilleux. Ce sont des temps de rendez-vous que je ne raterais plus. C’est juste une joie ! Un privilège ! 

  • Pourquoi avoir participé à un livre sur cet épisode ? Et quel est le message que vous voulez faire entendre au travers de ces pages ?

Ce n’était pas mon idée. C’est un éditeur parisien qui m’a téléphoné et qui m’a dit vouloir me donner la parole parce que nous n’avions pas été bien traités et pour que la société comprenne aussi qui sont les évangéliques. Mais je n’en avais pas la force et c’est comme ça que le mode de l’entretien a fait son chemin. Cela dit, pour moi, ce livre n’est pas un règlement de comptes. J’ai dit ce qu’on a vécu, puis j’ai raconté l’histoire de notre église, et puis l’origine des évangéliques, qu’on ne peut confondre en Europe avec Trump ou Bolsonaro. Et ça change la crédibilité de nos messages.

Maintenant, ce que j’aimerais dire encore c’est : « Merci Seigneur pour les remises en question que la pandémie permet. » Au niveau des églises : que l’on s’interroge si nous avons réussi à faire de nos églises des églises de disciples ! Quel bilan ? Je prône un retour de l’église dans toute la société. Cela signifie de prendre soin de celle, de celui qui nous entoure. Cela signifie pour chaque chrétien un réel enracinement dans la foi. Et la joie de la vivre. Et de la communiquer.

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

deferlante la cette crise qui a revele les evangeliques

 

1 « La Déferlante, cette crise qui a révélé les évangéliques », de Samuel Peterschmitt, avec Kévin Boucaud-Victoire, rédacteur en chef de l’hebdomadaire français Marianne, préface de Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix 2018. Ed. Première Partie : 2020.

 

  • Encadré 1:

    Petite chronologie 

    La première alerte fut lancé de Chine dans la province de Hubei à Wuhan, en décembre 2019 avant de s'étendre au reste du monde au début de l'année 2020.

    11 janvier 2020 : Les autorités sanitaires chinoises annoncent qu'un premier patient atteint du nouveau virus est décédé à Wuhan.

    24 janvier 2020 : en France, les trois premiers malades sont annoncés : deux à Paris et un à Bordeaux. Ces trois patients chinois avaient séjourné à Wuhan.

    28 janvier 2020 : l'Allemagne fait savoir qu'elle a observé un cas de contamination interhumaine sur son sol

    30 janvier 2020 : l'Italie déclare avoir deux touristes chinois atteints du virus sur son territoire.

    9 février 2020 : onze cas répertoriés en France, dont cinq britanniques en séjour aux Contamines-Montjoie (Haute-Savoie).

    15 février 2020 : en France, premier décès hors d'Asie, et donc le premier d'Europe ; un touriste chinois, octogénaire, hospitalisé à l'hôpital Bichat-Claude-Bernard (Paris). 

    17 au 21 février 2020 : rassemblement évangélique à l’église La Porte Ouverte pour une semaine de jeûne et de prière.

    21 février 2020 : en Italie, premier décès d'un Européen ne s'étant jamais rendu en Chine.

    25 février 2020 : la Suisse enregistre un premier cas, au Tessin.

    18 mars 2020 : la France annonce la mise en place de l'état d'urgence sanitaire pendant tout le temps de la pandémie.

2 réactions

  • Simone Givel mercredi, 17 février 2021 11:17

    Merci à Mme G. Desarzans de nous avoir permis cet échange avec M. Samuel Péterschmitt. J'avais bien sûr eu connaissance des malades du Covid 19 lors de l'Assemblée de Mulhouse. Je n'aurais par contre jamais pu imaginer que l'église en question soit insultée et menacée, accusée même de répandre cette pandémie. Cela ressemble terriblement à la chasse aux sorcières du moyen âge... Il est vrai que depuis plus d'une année, si l'on se place comme simple habitant de la terre, on s'aperçoit que le Créateur est ABSENT dans cette lutte au covid 19 qui fait souffrir tant de monde. Et la faute en est à nos églises (quelles qu'elles soient) tellement elles sont discrètes sur le sujet. Je pense, quant à moi que l'affaire de Mulhouse veut tout simplement dire :- Attention chrétiens ! Vous n'êtes pas dans le monde MAIS vous avez un témoignage à rendre à cette planète en souffrance.- Pensons par ex. à .... la tour de Siloé... On n'est pas seul pour le combat. Courage! En avant!

  • Hetty Overeem jeudi, 25 février 2021 18:21

    Merci Gabrielle! J'avais déjà vu un interview de Samuel Peterschmitt par
    YouTube, l'année passée. Touchant. Beau, comme on peut se mettre en question, se laisser travailler par le Christ en nous. - Je ne sais pas bien ce que Samuel entend par "des églises de disciples". Et "un retour de l'Eglise dans toute la société". J'aimerais bien - mais pas juste en prenant soin, mais aussi en disant Dieu dans la totalité de son Etre, et pas juste des valeurs, ou du politiquement ou spirituellement correct...

Publicité

  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

    vendredi 20 mai 2022
  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

    lundi 04 avril 2022
  • Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    De la chapelle de Villard (FREE) à celle, toute monacale, des clarisses de Jongny : Maude Zolliker, 28 ans, nourrit avec 5 autres jeunes adultes le projet d’ouvrir une communauté d’accueil sur le domaine de la Grant Part jusque-là animé uniquement par les Sœurs. Une façon pour elle de vivre sa foi « concrètement ».

    mercredi 02 février 2022
  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

    vendredi 09 juillet 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

  • Rencontre générale de la FREE : une nouvelle responsable de la communication a été nommée

    Mer 30 novembre 2022

    La dernière Rencontre générale de la FREE a permis d’ajouter une membre à l’équipe de direction : Sandrine Roulet devient responsable de la communication.

  • En attendant…

    Mar 29 novembre 2022

    Un mime, un clown, un magicien... et la naissance de Jésus. Le spectacle œcuménique « En attendant » met en scène trois ministres dont le pasteur (FREE) Didier Suter de La Neuveville. « Comme chrétien, on peut se profiler pour dire qu’au bout de cette nuit, puisque nos jours décroissent, il y a une lumière », a-t-il dit dimanche 27 novembre dans l’émission Hautes Fréquences de RTS La Première.

  • Enseignante et artiste, Sarah Roth publie « L’histoire vraie de Noël »

    Ven 25 novembre 2022

    Mère de famille et enseignante, Sarah Roth est aussi une artiste à la palette variée. Désireuse de faire connaître aux enfants d'âge scolaire le vrai sens de Noël, elle a publié un petit livre retraçant l'histoire de la nativité, illustré avec des dessins en noir et blanc, à colorier. Son prix de 2 francs pièce permet aux Eglises ou aux chrétiens qui le souhaitent d'en commander pour le diffuser largement. Rencontre avec une artiste engagée.

  • Les églises du Qatar inaccessibles aux fans de foot

    Jeu 24 novembre 2022

    Pendant la Coupe du Monde 2022, ouverte dimanche 20 novembre, les fans de foot ou visiteurs étrangers sont encouragés à visiter les musées et les sites historiques du Qatar. Mais ils ne peuvent pas se rendre dans les différentes églises du pays, fermées depuis le Covid-19.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !