Martine Pahud : « Ouvrir les classes à Dieu, cela fait toute la différence ! »

mercredi 25 avril 2012
Nouvelle directrice à l’Ecole de la Bergerie à l’Isle, Martine Pahud parle du travail de ses enseignants en termes de mission.
Perdue dans une zone industrielle du pied du Jura, à l’Isle (VD), derrière une gravière, il faut presque être un habitué pour trouver l’entrée principale de l’Ecole de la Bergerie, côté ouest, qui jouxte un hangar. Pas un bruit sur le coup de 10h30 dans cette structure chrétienne, où étudient une quarantaine d’élèves de 4 à 16 ans, répartis dans 4 classes de plusieurs niveaux. Joviale, la directrice Martine Pahud, membre de l’Eglise FREE de Lonay, explique de façon volubile les tenants et aboutissants de cette école qui fonctionne depuis 13 ans : « Nous ne sommes ni un hôpital ni une école spécialisée pour enfants à problèmes. Nous sommes des enseignants chrétiens qui avons à cœur de former des disciples, des hommes et des femmes qui seront témoins demain du Christ. Tous les enseignants sont ici en mission : c’est d’ailleurs stipulé dans les contrats de travail. »
Des moments de prière réguliers entre enseignants de même que 20 minutes « spi » dans les classes tous les matins rythment et imprègnent le déroulement des journées d’école. Une méthode élaborée et éditée par Alliance Pierres vivantes autour de thématiques bibliques balise par ailleurs les cours de français.
 
Une révélation
Laborantine médicale de formation, Martine Pahud a travaillé 20 ans dans l’enseignement professionnel auprès de futures laborantines et assistantes médicales. Pour elle, l’école officielle souffre d’une perte de valeurs, d’un manque de repères qui se péjore, notamment en matière de respect. « Les jeunes et les enfants ont actuellement une estime d’eux-mêmes catastrophique, estime-t-elle. Et les professeurs sont vite limités dans ce qu’ils peuvent faire ou dire : quand on pousse Dieu hors des classes, ce n’est pas sans conséquences. »
Si elle a découvert la Bergerie d’abord comme maman, elle en parle comme d’une « révélation » qui a changé sa vie et celle de sa famille. « Un de mes fils est un enfant à haut potentiel (HP) et avait des difficultés de comportement. Quand j’ai vu le regard qu’on a porté sur lui, comme on a mis en avant son potentiel, et combien il a pu s’épanouir, j’ai été conquise. » C’était il y a trois ans. Depuis, Martine, qui a repris la direction de l’Ecole en août dernier, estime que l’éducation revient d’abord bien sûr aux parents, mais aussi à l’Eglise et aux enseignants : « Quand on tire à 3 dans le même sens, cela fait une grande différence. »
 
La « honte de la stérilité »
La Bergerie a été créée puis portée au fil des ans par quelques familles qui ont eu à cœur d’offrir à leurs enfants un cadre scolaire chrétien. A la fin du document « Racines » qu’on trouve sur le site internet*, il y a cette image de colons israéliens qui jurent « ne pas connaître la paix, le repos, avant d’avoir chassé de leurs collines la honte de la stérilité(...) ». « Moi, je lis cette conclusion comme voulant dire que l’équipe pédagogique ira jusqu’au bout pour aider un enfant dans sa scolarité et la découverte de son identité. Qu’elle mettra tout en œuvre pour que ce qui est donné dans le cadre scolaire porte du fruit. »
L’écolage revient entre 300 et 500 francs par mois suivant le degré scolaire. La difficulté pour l’heure est de « se faire connaître et de casser les stéréotypes qui collent à ce genre d’école », souligne Martine Pahud.
Gabrielle Desarzens

Portes ouvertes à la Bergerie le samedi 5 mai de 10h à 15h avec des débats notamment sur les enjeux pédagogiques que développent les écoles chrétiennes. Plus d’infos

  • Encadré 1: Regards croisés 
    Marie, 18 ans, et Timothée, 19 ans, ont tous les deux suivi leurs classes à la Bergerie depuis le jardin d’enfant. Les points positifs de ce cursus ? Pour Marie, actuellement en dernière année au gymnase, c’est d’avoir pu « vivre avec Dieu tous les jours. C’était plus facile. La relation avec les profs était privilégiée, l’enseignement plus individualisé. » Chrétienne engagée, elle évoque au rayon des désavantages le manque d’expériences pratiques dû par exemple à l’inexistence de laboratoires pour les sciences, et le fait d’avoir été la seule de son âge en VSB, et donc sans interaction possible avec un autre élève de son niveau scolaire.
    Pour Timothée : « Tant que tu es immergé dans la structure, c’est excellent : tu es avec tes amis, tes profs sont les parents de tes amis. Mais mon regard aujourd’hui est hyper mitigé. Je me dis que l’intention était bonne mais pas adaptée. Il faut dire que j’aurais dû sortir droit comme un I de cette école, et c’est tout le contraire qui s’est passé. Le cadre surprotégé de la Bergerie est très bénéfique pour les enfants en marge. Moi, cela s’est gâté dès que j’ai vu ce qu’il y avait dehors. »
    G.D.
Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

LAFREE.INFO

  • Blaise-Alain Krebs : merci !

    Sam 24 février 2024

    Blaise-Alain Krebs est décédé le 19 février dernier. Par ses nombreux engagements, celui qui était éducateur spécialisé a marqué la vie de son Eglise, à Neuchâtel. Il a également servi la FREE comme vice-président du Bureau des rencontres générales.

  • Genève, Nyon et La Côte-aux-Fées: rejoignez un groupe pour participer au cours Just People!

    Ven 23 février 2024

    Une cinquantaine de personnes sont inscrites au cours Just People par ZOOM qui commencera le mercredi 6 mars à 20h15. Parmi ces inscriptions : trois Eglises. A l’heure où il peut être stimulant de discuter en groupe de ces questions d’avenir pour notre société et notre planète, pourquoi ne pas rejoindre un groupe à Genève, à Nyon, dans le Jura neuchâtelois, ou même créer un nouveau groupe ?

  • Wanted : La FREE cherche son responsable financier, un poste-clé pour le développement de projets

    Lun 19 février 2024

    Membre du Bureau des Rencontres Générales, Bernard Frei assure ad intérim le rôle de responsable financier de la FREE. En effet, le poste laissé par Stéphane Bossel est toujours vacant. Le profil recherché ? Un esprit entrepreneurial et collaboratif, en plus d’une expérience dans les finances. Aidez-nous à trouver !

  • Les évangéliques font du "vacarme" sur la Radio suisse romande

    Sam 17 février 2024

    La semaine du 12 au 18 février, l'émission Vacarme de la RTS a tenté de cerner pourquoi les communautés évangéliques attirent plus de 40'000 fidèles en Romandie. Le journaliste Samuel Socquet a tendu son micro à plusieurs membres (et ex-membres) d'Eglises évangéliques entre Tavannes, Lausanne et Genève. Des reportages aux titres un brin provocateurs. Mais plutôt représentatifs des convictions évangéliques sur le fond, selon Stéphane Klopfenstein, directeur adjoint du Réseau évangélique suisse (RES).

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !