Mai 68 dans l’ADN du pasteur Pierre-André Pouly

lundi 30 avril 2018

Au début des années 70, il avait 20 ans et investissait avec trois camarades d’études une ferme de Bioley-Orjulaz, dans le Gros-de-Vaud, pour y vivre à l’ancienne, avec chèvres et potager... et le chant des Béatitudes au quotidien ! Cinquante ans plus tard, le pasteur Pierre-André Pouly vit à nouveau dans une coloc’ à Grandvaux.

« L’accent que j’ai mis comme pasteur sur l’aspect communautaire, les liens entre les gens, la relation, a germé dans les années 70. La paroisse a toujours été pour moi une communauté qui ne réunit pas forcément des gens de mêmes affinités. C’est l’un des aspects fondamentaux de l’Evangile : aller plus loin que les amitiés, la relation spontanée. » Ancien pasteur résidant de Crêt-Bérard, Pierre-André Pouly, 67 ans, est à la retraite. De 1971 à 1974, il vivait en colocation dans ce petit village vaudois proche d’Echallens. « On louait cette ferme 50 francs par mois, explique-t-il sur place ; dorénavant, le bâtiment abrite plusieurs appartements. Ces lieux me parlent profondément. Regardez ce noyer : il bordait notre potager... Il n’a pas changé ! » Notre homme touche le tronc du vieil arbre, regarde alentour puis revient à ces souvenirs d’il y a cinquante ans : « A l’époque, une certaine forme d’autarcie était l’un des idéaux qui nous habitaient. On ne mangeait quasiment que nos légumes, on avait des chèvres, on faisait du fromage avec leur lait qu’on vendait aux gens. C’était le retour à une vie la plus simple possible. On était quatre amis colocataires à la base (dont l’UDC Pierre-François Veillon ndlr). Mais la plupart du temps, on était entre 8 et 12, car on accueillait tout le temps des gens qui venaient chez nous. On a vécu ainsi trois ans. » Et le sexagénaire de rappeler qu’ils vivaient alors avec une conscience assez aigüe que le modèle de société basé sur la consommation, le confort, une certaine forme de liberté individuelle, arrivait au bout. Qu’il était urgent de préparer une transition sociale qui stipulait un retour à la simplicité. « On ne parlait pas encore de décroissance, mais c’était bien cet esprit-là, dit-il. Un des modèles qui nous inspirait était celui de Lanza del Vasto, dans Le Larzac, dont l’idée était celle de la non-violence appliqué à tous les aspects de la vie, y compris la nature. Cela nous imprégnait profondément. »

Les Béatitudes

Le rythme quotidien était assez strict. « On se levait tôt, on commençait par gouverner les génisses du propriétaire. On avait un besoin profond de redécouvrir les travaux de base, de faucher, de semer, de labourer, de s’occuper du bétail... » Ensuite, l’équipe se retrouvait sous le toit, dans un endroit aménagé en lieu de méditation. « On y chantait les Béatitudes ! Pour nous, le sermon sur la montagne était un repère qui dépassait l’étiquette chrétienne. C’était quelque chose qui transformait profondément selon nous la société. » Puis c’était le départ à pied pour la gare d’Assens, à 2 kilomètres de là, pour prendre le train directions l’université à Lausanne. « Il y avait à la fois l’idée de préparer une transition sociale, et celle de revenir à des choses du passé, souligne Pierre-André Pouly. Par exemple, nos copines filaient la laine, tricotaient, crochetaient, tissaient ... Il y avait vraiment cette préoccupation de retrouver des recettes du passé. Evidemment, il y a eu quelques soucis. « Comme l’accueil était l’une de nos valeurs, nous étions envahis d’auto-stoppeurs. On a parfois été débordé par des gens qui trafiquaient de la drogue. Et des structures comme la Fondation Le Levant à Lausanne plaçaient des personnes chez nous en post-cure... Par manque d’encadrement et de professionnalisme, cela ne marchait pas très bien ! »

Grande confiance

Avant de quitter Bioley-Orjulaz pour Grandvaux, Pierre-André Pouly tient à saluer les agriculteurs qui l’avaient accueilli alors. Les retrouvailles sont pleines d’émotion. Edmond et Thérèse Bailly servent tout de suite un café. Le pasteur sort des photos de sa sacoche : « Vous vous souvenez ? » Il se voit barbu, chevelu, une chèvre blanche dans les bras, rigole. Puis cette photo qui montre des sanitaires rudimentaires à l’extérieur de la ferme : le couple acquiesce, ponctue. « Après toutes ces années, c’est le même sentiment de profonde communion qui nous lie, souligne Pierre-André Pouly, ému. On débarquait ici avec un projet très différent de ce que vous viviez, mais vous avez fait preuve d’une grande et belle confiance ! » Après de larges effusions et une promesse de revenir, Pierre-André Pouly quitte ces amis. Départ pour Le Lavaux, où il habite depuis peu dans une toute nouvelle communauté avec l’association La Smala. Cette fois, il loge au bord de voies de chemin de fer. « Par rapport à la diminution de l’empreinte écologique des déplacements, c’est très appréciable d’habiter à côté de la gare, déclare-t-il tout de go. Les caractéristiques de cette maison ? C’est un équilibre entre des parties privées les plus petites possibles, et puis des services et des espaces communs à gérer et habiter ensemble, explique-t-il. Le fil conducteur entre le projet des années 70 et celui-ci ? « C’est la conviction que ce n’est que dans la relation que l’on continue à grandir et à vivre les transitions personnelles et sociales les plus importantes », affirme-t-il. Ce qui a profondément changé néanmoins, c’est que notre homme n’est plus accroché au passé. Au lieu de travailler la terre à l’ancienne, il réfléchit aujourd’hui permaculture et se dote d’outils comme WhatsApp pour rester en lien. « Mais il y a en moi la même préoccupation et la même conscience que l’on vit un temps de transition sociale important. Je crois que l’essentiel est de lutter contre la société des individus par le moyen de la communauté des personnes. Et ça, ça n’a jamais changé pour moi. »

Gabrielle Desarzens

Une émission à écouter

Publicité
  • Coronavirus : la fragilité des personnes en souffrance psychique mise à l’épreuve

    Coronavirus : la fragilité des personnes en souffrance psychique mise à l’épreuve

    Les moments de partage se sont multipliés à La Maison Béthel, qui accueille des adultes en fragilité psychique passagère ou chronique. « La parole soulage. Et notre population doit pouvoir dire. Et se dire », résume jeudi 26 mars Claude-Alain Nuti, l’un de ses deux aumôniers.

    jeudi 26 mars 2020
  • Etre des citoyens « à la loyauté critique »

    Etre des citoyens « à la loyauté critique »

    L’acquittement de Norbert Valley : une victoire ? « C’est une étape », estime Pierre Bühler, professeur honoraire de théologie à l’Université de Zurich, témoin de la défense jeudi 12 mars au Tribunal Régional des Montagnes et du Val-de-Ruz. Pour lui, il faut plus que jamais que le chrétien soit un citoyen « à la loyauté critique ». D’autant plus quand l’Etat prend des décisions contraires à ses principes supérieurs. Plusieurs réactions de personnes présentes à l'audience lui font écho.

    lundi 16 mars 2020
  • A Sarajevo, des migrants pakistanais dynamisent une église locale.

    A Sarajevo, des migrants pakistanais dynamisent une église locale.

    Trouver un lieu de culte est parfois l’un des premiers réflexes des personnes migrantes. A Sarajevo, des Pakistanais convertis au christianisme ont découvert une communauté évangélique baptiste, où ils trouvent réconfort et entraide. « Ils nous sont en bénédiction », exprime son pasteur Tomislav Dobutovic.

    mardi 18 février 2020
  • Danilo Gay, un témoin derrière la grande muraille de Bosnie

    Danilo Gay, un témoin derrière la grande muraille de Bosnie

    Bloqués par des frontières devenues quasi hermétiques, les migrants qui empruntent à nouveau la route des Balkans ne parviennent guère à dépasser la Bosnie-Herzégovine. Ils s’y retrouvent comme coincés, parfois en grande souffrance. Le diacre protestant Danilo Gay est allé sur place faire preuve de solidarité.

    vendredi 14 février 2020

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

LAFREE.INFO

  • Appel de Pâques des milieux d’Églises au Conseil fédéral : « Accueillons 5000 réfugiés des camps grecs ! »

    Jeu 09 avril 2020

    La pandémie pousse la population suisse à davantage de solidarité… et à un retour sur soi. Conscients de la précarité de notre existence, beaucoup considèrent que ce temps de Pâques est l’occasion de marquer une solidarité nouvelle avec ceux et celles qui connaissent le confinement depuis des mois sur les îles grecques. « Accueillons 5000 réfugiés de ces camps ! », c’est l’appel que lance le Réseau de la charte de la migration au Conseil fédéral. Êtes-vous disposé à signer cet appel ?

  • Le FREE COLLEGE organise dès mardi 20h des études bibliques quotidiennes en live autour de Jésus

    Jeu 09 avril 2020

    Vous aimeriez en savoir plus sur la personne de Jésus, rencontrer de nouvelles personnes, participer à un temps d’étude du texte biblique, vivre un moment d’échange entre personnes d’horizons variés… Alors ne manquez pas cette initiative du FREE COLLEGE : étudier des textes bibliques autour du Jésus du Nouveau Testament. Les fêtes de Pâques obligent !

  • Le pasteur Antony Perrot prêchera Vendredi saint à 10h sur RTS Espace 2

    Jeu 09 avril 2020

    Un pasteur évangélique prêchera sur les ondes de la radio de service public Vendredi saint à 10h. Antony Perrot, récemment arrivé à l’Eglise évangélique des Marronniers à Rolle, assurera ce service.

  • Jour 18 : prions en lien avec l’action du Jeudi saint « Prier ensemble » (9 avril)

    Mer 08 avril 2020

    L'action de prière « 21 x 5 = ? » vous propose aujourd'hui de rejoindre le mouvement de prière du Jeudi saint, lancé notamment par le Réseau évangélique suisse. Norbert Valley, pasteur dans les Eglises évangéliques de Morat et de l’Arc Jurassien, présente un parcours dans le cadre de cette initiative intitulée « Prier ensemble ».

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !