Josiane et Pierre Cathélaz: une famille au service d'autres familles plus démunies

lundi 14 février 2011
Depuis septembre 2010, Pierre et Josiane Cathélaz ont ouvert une maison d'accueil pour enfants à Macolin. Il s'agit d'une étape importante dans le ministère auquel ce couple se sent appelé. Récit d'une belle aventure.
Lorsque nous nous sommes mariés, nous voulions une grande famille », se souvient Josiane Cathélaz. Aujourd'hui, à Macolin, cette maman de 40 ans règne sur une maison animée par neuf enfants : Amir et Luc-Emmanuel, ses deux fils adoptifs, ainsi que sept enfants placés dans cette famille par les services sociaux de Bienne et de la Confédération.
Ouverte en septembre 2010, « La Clairière » – la maison de Pierre et Josiane Cathélaz –, est flambant neuve. Elle offre une vue magnifique sur Bienne et sa région. « Nous voulions une construction familiale aux normes imposées par les services sociaux, explique Pierre. D'abord, nous avons exploré la possibilité de rénover. Mais c'était trop cher. Nous avons donc dessiné et fait construire une nouvelle maison. »
 
Accueillir des enfants de familles en difficultés
Assis autour de l'énorme table de la salle à manger – 500 kilos... autrefois un mélèze valaisan renversé par un ouragan à l'âge de 462 ans – Pierre et Josiane Cathélaz racontent comment ils en sont arrivés là. « Je suis forestier, bûcheron et alpiniste sur arbres, précise Pierre. Mais j'ai travaillé longtemps avec mon épouse à la Ferme du soleil (Chinderhus), à Bienne. Il s'agit d'une famille d'accueil professionnelle pour enfants de familles en difficultés. »
Lorsque Pierre et Josiane ont désiré passer à une autre étape dans leur vie, ils ont pensé devenir famille d'accueil au Bouveret, puis en Valais central. Mais les projets n'ont pas abouti. Ils se sont alors entourés de personnes avec lesquelles ils ont prié et cherché la volonté de Dieu. Petit-à-petit, un chemin s'est dessiné : le couple a reçu des encouragements de la part de l'Office des mineurs du canton de Berne, puis du Service de la jeunesse de Bienne.
Plus tard, quand le projet d'ouvrir une maison d'accueil pour enfants a démarré, ils ont reçu des encouragements sous la forme de dons. Pierre se souvient : « Le premier don que nous avons reçu pour ce projet provenait de chrétiens au revenu modeste de l'Action biblique. Ensuite, plusieurs professionnels qui ont participé à la construction de la maison nous ont fait cadeau de leurs honoraires. Nous avons expérimenté la fidélité Dieu... même s'il y a eu des nuits où nous avons mal dormi. Nous n'étions pas certains de bien savoir où se trouve la limite entre la foi persévérante et l'entêtement.
 
Une foi chrétienne vécue naturellement
Rattachés à l'Eglise évangélique des Ecluses (FREE) de Bienne ainsi qu'à l'Action biblique de Monthey, Pierre et Josiane Cathélaz vivent leur foi de manière très naturelle, au milieu de tous leurs enfants. « Les services sociaux nous ont encouragés à afficher clairement notre foi, explique Pierre. On prie à table. On va au culte le dimanche matin. On prend des thèmes bibliques lors de nos camps près de Monthey... Mais, en matière de foi, nous ne sommes pas trop pour les grands « blabla » ; il faut surtout la vivre au quotidien. »
A l'ouverture de la Clairière, Pierre et Josiane Cathélaz se sont retrouvés en compagnie des enfants qu'ils avaient déjà entourés à la Ferme du soleil. « Nous suivons les enfants placés chez nous durant des années, précise Josiane. Ceux-ci sont parfois très jeunes lorsqu'ils nous sont confiés, et ils ne nous quittent généralement qu'à leur majorité... voire plus tard, lorsqu'ils poursuivent des études. » Quant aux parents de ces jeunes, ils sont souvent en souffrance psychique et sociale, frappés par des mesures de tutelle ou de curatelle. « Il faut deux à trois ans pour créer un climat de confiance avec eux », constate Josiane.
 
Des vies à reconstruire
Les principes éducatifs sont les mêmes pour tous les enfants. « Nous éduquons ceux que nous accueillons comme les nôtres, explique la mère de famille. Du reste, à l'école, ils disent qu'ils sont frères et sœurs. » Mais les parents constatent malgré tout que les enfants qui leur sont confiés ont particulièrement besoin d'être valorisés, de recevoir de l'affection, de reconstruire une estime de soi, de se donner le droit d'être heureux...
Le but des parents Cathélaz est que, malgré les aléas de la vie, les enfants qui leur sont confiés aient un avenir. « Nous aimons les voir reprendre goût à la vie, se réjouit Josiane. Puis, lorsque l'un de nos jeunes se met à avoir des projets, à rêver de se marier et de fonder une famille, nous nous disons que les choses vont dans la bonne direction. »
Claude-Alain Baehler

Publicité

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Pour aller plus loin face à la crise écologique

    Ven 16 avril 2021

    Les éditions Je Sème de la FREE viennent de rééditer un « classique » de la réflexion biblique et théologique évangélique en lien avec la crise écologique que nous traversons. Le livre de Dave Bookless « Dieu, l’écologie et moi », à nouveau disponible, est l'occasion de présenter quelques contributions marquantes, personnelles et livresques, autour de ce thème en lien avec les milieux évangéliques. Il y a de quoi lire, écouter et voir!

  • « Tu seras un homme, mon fils ! »

    Jeu 15 avril 2021

    Des soirées ou des virées entre hommes : la formule fait de plus en plus parler d’elle, notamment dans les sphères confessionnelles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, membre de l’église CityLife à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018. Gabrielle Desarzens s’est invitée à la dernière et en fait l’objet d’un reportage pour Hautes Fréquences dimanche 18 avril à 19h sur RTS La Première.

  • FREE COLLEGE le 29 mai 2021 : « Des personnes homosexuelles dans l’Eglise » (date confirmée)

    Jeu 15 avril 2021

    La question de l’accompagnement des personnes homosexuelles dans les Eglises évangéliques fait débat dans l’espace public et dans les Eglises elles-mêmes. Au vu des indications de la Confédération tombées cette semaine, c'est bien le 29 mai prochain que le FREE COLLEGE, la formation d’adultes de la FREE, abordera ce thème. Proposition : se mettre à l’écoute de ce que la Bible dit, mais aussi de témoins qui, ces dernières années, ont cheminé en lien avec des pasteurs et des accompagnants évangéliques. Cette session a été remise à plus tard deux fois à cause des contraintes liées au covid-19.

  • Et si votre Eglise était« mosaïque »

    Ven 09 avril 2021

    Dans un livre intitulé « Mission Mosaikkirche » (« Mission Eglises mosaïques »), le pasteur Stephen Beck relate ses expériences dans des Eglises bien implantées dans leur culture, mais largement ouvertes aux migrants et aux étrangers, ainsi qu’à leurs cultures respectives. Un enrichissement pour nos Eglises !

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !