Carles Figuet : des forces occultes à la liberté en Jésus-Christ

mardi 09 novembre 2010

Maître reiki pendant 4 ans, Carles Figuet a découvert Dieu. Il témoigne aujourd’hui avoir maintenu ses patients dans une dépendance spirituelle occulte. Et s’être converti comme on retourne une crêpe.

Installé au Brassus avec sa femme et ses quatre enfants, Carles Figuet, 45 ans, est membre de l’Eglise évangélique La Chapelle et stagiaire évangéliste. En tant que praticien et maître reiki pendant 4 ans (1), il a fait de la méditation transcendantale et enseigné des techniques ésotériques à tout vent. « Je suis d’une lignée de médiums, de voyants. J’ai pratiqué tout jeune déjà le voyage astral, mais me suis toujours senti extrêmement triste et mélancolique. »
Abandonné par son père qu’il n’a jamais connu – « la plus grande de mes souffrances » –, il a été placé dans un foyer dès son sixième mois déjà. Son grand frère, lui, a connu l’institution dès sa septième année et son plus jeune frère dès sa naissance. Après un apprentissage de cuisinier et plusieurs années de dépendance à l’alcool, aux drogues douces puis aux drogues dures, Carles part en Inde pour essayer de trouver qui il était. « J’étais complètement déboussolé et sans identité. Mais j’ai toujours cherché et voulu être juste dans ce que je faisais », précise-t-il. Son frère aîné de 7 ans était déjà dans la cartomancie ; et l’a encouragé dans les pratiques spirituelles occultes, sentant chez son cadet une prédisposition en termes de puissance.

« Jésus ? Je ne connaissais pas cette technique »
C’est donc presque naturellement que Carles s’est engagé dans la voie des sciences occultes. « J’ai acquis le reiki dans l’idée de devenir un gourou et d’aider les gens. Ce qui était formidable, c’est que je n’étudiais pas et développais des puissances fabuleuses. Quand j’ouvrais le canal du reiki, je voyais un tourbillon d’or au-dessus de moi et un tube m’englobait complètement dès que je faisais les symboles adéquats », explique-t-il. Et puis un jour, il y a 5 ans, tout a changé. Il a eu une révélation comme quoi le monde spirituel dans lequel il était plongé était sale : « Le tube d’or que je visualisais s’est transformé en m... Cela m’a ouvert les yeux. »
Un ami lui a parlé de Jésus. « Jésus ? Je ne connaissais pas cette technique », indique-t-il en souriant. « Je ne savais pas prier non plus... Quelqu’un l’a fait avec moi... et moi qui attendais qu’une force me remplisse, je ne ressentais rien... le plat total... Jusqu’à ce que je m’exprime moi-même en disant : ‘Je prie Dieu mon Père, au nom de Jésus-Christ mon Sauveur et au nom du Saint-Esprit...’ et là, j’ai vécu une réelle délivrance ! »

« Cela change tout »
Aujourd’hui, Carles Figuet témoigne avoir découvert en Dieu un Père. Et avoir enfin trouvé qui il était ! « L’intérêt de devenir chrétien ? J’ai trouvé la vie », répond-il sans une hésitation. « Et puis la paix, la joie, et surtout l’amour de Dieu. Et encore l’espérance de la vie éternelle. Cela change tout ! La foi chrétienne, c’est être vivant, rempli d’une assurance et d’une espérance. »
Et notre homme de souligner s’être converti comme on retourne une crêpe. « Je gagnais beaucoup d’argent, mais n’en profitais pas. Avec Dieu, je vis une abondance par sa présence. Et rien n’est comparable à cela. » Après avoir suivi une formation au ministère à l’école biblique et théologique IBETO à Orvin, Carles Figuet estime avoir vécu 40 ans dans le désert... et goûter enfin aux fruits de la terre promise, en termes de bien-être. Des fruits qu’il entend bien partager autour de lui.
Gabrielle Desarzens

Note
1) Le reiki est une médecine non conventionnelle d’origine japonaise, basée sur des soins énergétiques par apposition des mains.

Publicité

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Pour aller plus loin face à la crise écologique

    Ven 16 avril 2021

    Les éditions Je Sème de la FREE viennent de rééditer un « classique » de la réflexion biblique et théologique évangélique en lien avec la crise écologique que nous traversons. Le livre de Dave Bookless « Dieu, l’écologie et moi », à nouveau disponible, est l'occasion de présenter quelques contributions marquantes, personnelles et livresques, autour de ce thème en lien avec les milieux évangéliques. Il y a de quoi lire, écouter et voir!

  • « Tu seras un homme, mon fils ! »

    Jeu 15 avril 2021

    Des soirées ou des virées entre hommes : la formule fait de plus en plus parler d’elle, notamment dans les sphères confessionnelles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, membre de l’église CityLife à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018. Gabrielle Desarzens s’est invitée à la dernière et en fait l’objet d’un reportage pour Hautes Fréquences dimanche 18 avril à 19h sur RTS La Première.

  • FREE COLLEGE le 29 mai 2021 : « Des personnes homosexuelles dans l’Eglise » (date confirmée)

    Jeu 15 avril 2021

    La question de l’accompagnement des personnes homosexuelles dans les Eglises évangéliques fait débat dans l’espace public et dans les Eglises elles-mêmes. Au vu des indications de la Confédération tombées cette semaine, c'est bien le 29 mai prochain que le FREE COLLEGE, la formation d’adultes de la FREE, abordera ce thème. Proposition : se mettre à l’écoute de ce que la Bible dit, mais aussi de témoins qui, ces dernières années, ont cheminé en lien avec des pasteurs et des accompagnants évangéliques. Cette session a été remise à plus tard deux fois à cause des contraintes liées au covid-19.

  • Et si votre Eglise était« mosaïque »

    Ven 09 avril 2021

    Dans un livre intitulé « Mission Mosaikkirche » (« Mission Eglises mosaïques »), le pasteur Stephen Beck relate ses expériences dans des Eglises bien implantées dans leur culture, mais largement ouvertes aux migrants et aux étrangers, ainsi qu’à leurs cultures respectives. Un enrichissement pour nos Eglises !

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !