lundi, 12 décembre 2016 00:00

« Le permis F, c’est le stress »

Written by

Les titulaires d’un permis F vivent dans la crainte d’être renvoyés. « C’est psychologiquement insupportable », témoigne à Lausanne le Syrien Jahn Dawed, dans cette situation depuis 8 ans. Plus de 35'000 personnes vivent en Suisse avec ce statut dit « provisoire ».

 

12 large

Pour le pasteur Norbert Valley, le permis F est un statut de non-droit. « Les personnes concernées sont comme dans une salle d’attente. Elles n’y font rien et ont l’impossibilité d’en sortir ; c’est tout simplement monstrueux  », tempête-t-il.

Jahn Dawed est un musulman syrien qui s’est converti au christianisme il y a 8 ans. « J’ai quitté la Syrie après avoir vu un de mes amis qui affichait sa nouvelle foi chrétienne se faire tuer sous mes yeux. » Installé à Emmenbrücke (LU) avec femme et enfants, il travaille depuis 7 ans, ce qui est l’une des conditions pour l’obtention d’un permis B ou C. Mais tout semble bloqué, constate-t-il. Dans un appartement lausannois, il partage un thé brûlant avec d’autres Kurdes comme lui. Tous sont titulaires d’un permis F. Jahn dit se sentir parfois misérable, parle de ses enfants qui demandent pourquoi ils ne sont pas comme les autres, à ne pas pouvoir sortir de Suisse, par exemple. « Je n’ai pas vu mon frère depuis 10 ans qui habite pourtant en Allemagne à quelque 300 kilomètres de mon domicile lucernois. » A ses côtés, une femme, Souad Ali, évoque ses sentiments d’infériorité et exprime le stress qu’elle ressent face à un départ toujours possible. Car le permis F signifie pour eux tous une admission à titre provisoire.

Réévaluation chaque année

Autre ambiance à Bienne, dans un logement en attique. « Le permis N que reçoit tout demandeur d’asile implique une réévaluation du dossier tous les 6 mois. Le permis F, c’est chaque année », lance tout de go Ludger Diafouka, du Congo Brazzaville. « Et on redoute toujours la décision qui peut tomber, lui fait écho sa femme Yvette Nkiere. Ce permis F fait naître beaucoup de stress. J’ai beaucoup pleuré à cause de ce statut ; c’est comme une insulte, une honte. » Or le couple est titulaire de ce permis de séjour depuis plus de 10 ans.

Le « provisoire » à l’index

« Lorsqu’une décision d’asile est prise, une personne obtient soit l’asile, c’est-à-dire le permis B, soit elle ne l’obtient pas, indique à Berne Céline Kohlprath, porte-parole du Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM). En cas de refus, elle doit quitter le pays. Si le renvoi n’est pas possible car le pays d’origine est en conflit ou que la personne est malade et n’obtiendra pas les soins nécessaires dans son pays d’origine, la personne reçoit une autorisation de séjour provisoire, le permis F. » L’ennui, c’est que le « provisoire » peut perdurer. Et qu’il décourage les patrons. Selon les statistiques du SEM, plus de 35'000 personnes étaient au bénéfice du permis F à fin juillet 2016. Parmi elles, 6'607 avaient un emploi, soit moins d’une sur cinq.

Humiliée comme jamais

« En postulant pour un travail en 2009 à Berne, j’ai été humiliée comme jamais devant d’autres femmes de chambre auxquelles on m’a présentée comme permis F, se souvient Yvette. » Elle n’a pas été engagée. Les entreprises rechignent à embaucher quelqu’un de façon provisoire, explique Norbert Valley. C’est un vrai obstacle à l’intégration. Moi, je suis favorable à la préférence résidentielle : puisqu’ils habitent chez nous, on devrait leur donner du travail de façon prioritaire par rapport aux frontaliers. »

Fidèles à l’Eglise FREE des Ecluses, le couple Diafouka parle des membres de leur communauté en termes d’aide qui « soulage ». Et estime y avancer dans la foi. Jahn Dawed, lui, fréquente le Christlicher Treffpunkt de Stans. Il aimerait avant tout que son prénom de baptême soit inscrit dans ses papiers : « Je suis resté Mohamed pour les autorités suisses, mais depuis mon baptême, je souhaiterais vraiment que cela soit corrigé. Je ne suis plus musulman. »

Gabrielle Desarzens

Additional Info

  • Commentaires: Activer
  • Disponibilités (jours): 30
  • Encadré 1:

    « Le lieu où je dois être »

    Norbert Valley se définit volontiers comme un pasteur « sensible à toutes les causes sociales. »

    engagé à l’Eglise FREE de Morat et dans une église évangélique du Locle, Norbert Valley a organisé en septembre dernier une manifestation à Berne contre le permis F.

    Pourquoi vous mobilisez-vous pareillement ?

    Je pense d’abord que la solidarité humaine est ce que je dois pratiquer au minimum comme chrétien. Je conçois ensuite que les marges, c’est le lieu où je dois être. L’Ancien Testament m’invite à considérer l’étranger comme un indigène. Jésus lui-même a honoré celui qui venait d’ailleurs. C’est un modèle que je veux suivre. C’est enfin pour moi une chance de pouvoir partager la Bonne Nouvelle avec ces personnes dans le besoin.

    Est-ce une critique de l’Eglise ?

    L’Eglise devient une société de loisirs où l’on suit des programmes au lieu d’être dans la mission que Dieu nous a confiée. Comprenez : en général, ce n’est pas l’arbre qui mange les fruits qu’il porte. Les fruits de l’Eglise devraient être mangés par les plus pauvres, les plus faibles !

  • Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Le peuple suisse se prononce le 9 février sur l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie. Pour nourrir le débat, Marc Früh, responsable de l’Union démocratique fédérale (UDF) en Suisse romande, à l’origine du référendum qui combat cet ajout à l’article 261 bis du code pénal, et André Varidel, chrétien homosexuel issu des milieux évangéliques, répondent à trois questions.

    vendredi 24 janvier 2020
  • Le Sahel et ses tensions religieuses s’invitent au WEF

    Le Sahel et ses tensions religieuses s’invitent au WEF

    Le forum de Davos s’ouvre aujourd’hui mardi 21 janvier. Le Sahel et ses tensions religieuses y seront pour la première fois l’objet d’une conférence, organisée notamment par l’Alliance évangélique mondiale.

    mardi 21 janvier 2020
  • Tempête religieuse au Monténégro juste avant le Noël orthodoxe

    Tempête religieuse au Monténégro juste avant le Noël orthodoxe

    Une loi sur la liberté religieuse enflamme le Monténégro, petit pays balkanique aux trois quarts orthodoxe. Les centaines de monastères et les nombreuses terres de l’Eglise orthodoxe serbe, majoritaire, pourraient tout bonnement passer aux mains de l’Etat. Noël, que les orthodoxes célèbrent ce mardi 7 janvier, s’annonce tempétueux.

    lundi 06 janvier 2020
  • "Il faut que les chrétiens reviennent vivre au Proche-Orient"

    "Il faut que les chrétiens reviennent vivre au Proche-Orient"

    Il a maintes fois risqué mourir d’une balle perdue. Au cœur du chaos syrien, dans la ville de Homs, le prêtre syrien Ziad Hilal est resté pendant les 8 années de guerre. « Parce qu’on ne quitte pas les gens quand ils passent par un temps difficile. » A la veille de Noël, il dit ne pas pouvoir imaginer un christianisme sans ses racines au Proche-Orient, « où Jésus est né, a marché et annoncé la Bonne Nouvelle. Il faut que les chrétiens reviennent y vivre ! »

    dimanche 22 décembre 2019

eglisesfree.ch

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

  • Rencontre générale: vers un nouveau modèle de financement de la FREE

    Mer 18 décembre 2019

    La Rencontre générale de la FREE, dans sa nouvelle formule, a en bonne partie été consacrée à la présentation d’un nouveau modèle de financement. Quant au thème de réflexion de la journée, il était consacré aux bâtiments d’Eglises, leurs caractéristiques « missionnelles » ou non.

  • Inondations au sud du Laos: le riz vient à manquer dans certains villages

    Jeu 05 décembre 2019

    Les inondations du début du mois de septembre dernier dans les six provinces du sud Laos sont passées inaperçues pour la majorité des Européens. Trois mois après, les cicatrices laissées par cette catastrophe restent profondes.

  • Soutenez l'Action de Noël 2019 au Sénégal et en France

    Jeu 05 décembre 2019

    Vous pouvez soutenir ces deux projets et obtenir des informations supplémentaires à leur sujet sur les sites internet www.eglisesfree.ch et www.sme-suisse.org.

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !