«Les trois ‘saints de Bangui’ : La foi comme arme de paix», une émission radio à écouter dimanche dès 19h sur RTS La Première

vendredi 28 août 2015

Un imam, un pasteur évangélique et un archevêque catholique ont reçu le prix Sergio Vieira de Mello mercredi 19 août au Palais des Nations à Genève pour leur travail de réconciliation en Centrafrique. « Les religions sont là pour relier les gens entre eux », ont-ils notamment témoigné, contredisant l’explication confessionnelle au conflit que certains se plaisent à véhiculer.

rts la premiereDepuis 2012, la  République centrafricaine est à feu et à sang. La Seleka, qui regroupe des rebelles musulmans – dont des mercenaires tchadiens et soudanais –, sévit contre la majorité chrétienne alors au pouvoir. Des groupes de self-défense chrétiens et animistes naissent : les anti-Balaka. Le conflit se développe de façon monstrueuse. En 2013, l’archevêque de Bangui Dieudonné Nzapalainga, l’imam et président du Conseil islamique Oumar Kobine Layama, et le pasteur et président de l’Alliance évangélique Nicolas Guérékoyamé-Gbangou créent la plateforme interreligieuse pour la paix (Interfaith Peace Platform). Ils sont, dans la foulée, surnommés les trois « saints de Bangui ».

« Sauvegarder le fondement de nos communautés »

« Avant de nous mettre ensemble, nous avons convenu d’un idéal : nous rassembler autour de ce qui nous unit pour sauver des vies humaines, c’est-à-dire autour de la foi. Et de Dieu », précise le pasteur. « Nous avons pensé qu’il était temps de prôner le respect de l’autre, qui passe aussi par la considération de celui qui pratique une autre religion, lui fait écho l’archevêque. C’est un choix volontaire, conscient, pour sauvegarder le fondement  de nos communautés, de l’humanité, car les religions sont là pour relier - religare en latin - les gens les uns avec les autres. »
Pour les trois dignitaires, en effet, le conflit en Centrafrique n’est pas religieux. Il est le fruit de frustrations et d’une pauvreté endémique.

A partir de ce cas particulier, comment les personnalités religieuses sont-elles perçues sur le terrain par les ONG aujourd’hui ? L’analyse du conseiller spécial au HCR José Riera.

Un sujet proposé par Gabrielle Desarzens pour Hautes Fréquences sur RTS-La Première

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !