Depuis 2 ans, les Pfister secourent les sidéens du Burkina Faso

mardi 15 novembre 2011
Ils se consacrent aux sidéens du Burkina Faso. Le point avec Jacques-Antoine Pfister, médecin spécialisé en soins palliatifs, et Isabel, son épouse, tous deux : séniors en mission.
Voici deux ans, Jacques-Antoine et Isabel Pfister de l’Eglise évangélique la Passerelle à Vevey prenaient une retraite anticipée et s’envolaient pour le Burkina Faso. Jacques-Antoine y a mis sur pied un centre médical consacré notamment à la prise en charge des affections opportunistes des sidéens. La prévalence du sida est très importante. Les malades sont souvent stigmatisés, et inventent toutes sortes de stratagèmes pour cacher la réalité à la famille...
L’idée est de promouvoir des traitements adaptés, notamment lorsque – humainement – on ne peut plus songer à guérir. La visée à plus long terme est une transformation des mentalités, jusqu’aux familles dans les villages, où on peut faire énormément de choses avec des moyens simples.
Isabel, formée en arts plastiques et histoire de l’art, s’est de son côté investie auprès de femmes malades du sida dans des « activités génératrices de revenus », par le développement d’un artisanat local.

Un accompagnement de fin de vie pour manifester l’amour du Christ
En janvier 2010, raconte Jacques-Antoine, nous allons visiter Marie, une veuve sidéenne, sur la demande de Delphine, également sidéenne. Marie vit isolée dans un quartier mal famé. Sa famille évite le contact et l’aide peu. Décharnée, aigrie, recroquevillée devant sa maisonnette, Marie se laisse pourtant soigner et accepte la prière, affirmant être enfant de Dieu. Sa santé décline, mais elle nous accueille les fois suivantes avec le sourire, et tient à prier elle-même. Quelques semaines plus tard, elle décède entourée de sa famille, qui nous remercie pour les soins, les vivres, et l’accompagnement de la disparue.
Quant à Delphine, son état s’aggrave courant 2011. Nous ne pouvons pas l’héberger dans notre centre, mais nous contribuons aux frais d’hospitalisation à l’hôpital public où elle décède rapidement, fin juillet 2011. En septembre, les enfants viennent consulter dans notre centre. Ils sont heureusement séronégatifs. Le père est aussi venu, juste pour nous remercier... La fille nous raconte la fin paisible de sa maman. L’avant-dernier jour, elle disait dans un souffle, en entendant les accompagnants pleurer la mort de sa voisine de chambre: « Pourquoi pleurent-ils ? Pour nous les malades du VIH, il est préférable de mourir, d’être délivrés des souffrances et d’aller au ciel.»

Un long cheminement après une interpellation venue d’Afrique
On ne s’improvise pas dans un tel service. Cette aventure est le résultat d’un long cheminement, après l’interpellation lancée en 2003 par Michel Nikiema, directeur de l’ONG chrétienne burkinabé de lutte contre le sida « Vigilance », qui se fait l’écho des malades : « Allez-vous nous renvoyer mourir au village, ou nous accompagner pour nous permettre de mourir dans la dignité, entourés de nos frères et sœurs ? »
Jacques-Antoine pressent que les soins palliatifs dans lesquels il s’est investi en Suisse peuvent apporter une réponse. Mais de l’idée à la réalisation, il faudra encore 6 ans. Ils quittent alors le confort de la Suisse, la présence de leurs enfants et petits-enfants, et un environnement ecclésial dans lequel ils étaient très engagés, pour se lancer dans cette nouvelle « carrière ».

Redonner une dignité
Quel regard sur l’Afrique, à cette étape du parcours prévu pour 5 ans ? « On se sent bien, mais on reste des étrangers ! et il faut l’accepter. » Les défis sont énormes et le fossé culturel béant. « Au début, tout ce que j’avais amené s’est révélé inutile », admet Isabel, pas découragée pour autant ! Après un congé cet été, les Pfister sont repartis pour un tour, prêts à continuer patiemment à servir et à témoigner aux côtés de leurs frères africains, pour redonner une dignité à ces « lépreux » modernes que sont les sidéens en Afrique.
Silvain Dupertuis

Dons : Service missionnaire évangélique, CCP 12-1401-1, « Ministère Pfister »

Publicité
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    En octobre dernier, le verdict du Tribunal constitutionnel polonais rendant l’avortement quasi illégal a provoqué de nouvelles grandes manifestations dans le pays. Pasteur dans la plus ancienne église évangélique de Varsovie, Samuel Skrzypkowski, 31 ans, nous donne son regard sur la crise traversée actuellement par la Pologne sur le sujet.

    jeudi 02 septembre 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !