Claude Heiniger : « Un pilote en mission »

mercredi 27 février 2013

Il a souhaité laisser une trace ! Son autobiographie posthume vient de paraître. L’occasion de découvrir la trajectoire de vie de Claude Heiniger, théologien, pilote missionnaire, puis formateur aux métiers de l’aviation.

Il est né au Laos en 1954. Il est décédé d’un cancer le 5 juin 2011, à 57 ans. Dans Un pilote en mission, Claude Heiniger retrace son histoire de vie, d’enfant de missionnaires de la FREE en Asie du Sud-Est à co-fondateur en Suisse romande de la société Air-Espace, spécialisée dans la formation des métiers de l’aviation.
Le parcours impressionne par la richesse du vécu et par l’énergie que déploie une vie qui se croque à pleines dents. Cette tranche de vie est sous-tendue par une vocation. Un appel qui retentit dès l’âge de 8 ans dans un « haut-lieu » du travail missionnaire au Laos, comme Claude Heiniger le dit lui-même. « Mon père m’a amené à la découverte de la foi, à une foi toute simple, en relation avec ce Jésus d’origine juive m’amenant à vivre à sa suite et à son service. Cette étape de découverte concrète et personnelle, ajoute-t-il, aura le mérite de me mettre en route. »

Après les études de théologie, l’aviation
Une route qui se précise à travers des études à la Faculté autonome de théologie protestante de Genève. Claude terminera son pensum universitaire par un mémoire sur la traduction de la Bible et la mission dans l’histoire, tout un programme pour une existence qui se dessine au service d’autrui.
Il a 23 ans ; il est marié à Christiane et le jeune couple décide de s’engager non pas comme traducteurs de la Bible en faveur de peuples minoritaires, mais dans l’aviation missionnaire. C’est le départ pour les Etats-Unis en novembre 1977, puis le début en juin de l’année suivante d’une « période de formation de pilote-mécanicien, comme il le précise lui-même, en route vers ce pour quoi je suis né ! »
Une fois glanés les diplômes de pilote privé, de pilote professionnel, de pilote de ligne, de mécanicien d’aéronef et d’instructeur – et j’en passe ! – Claude entre dans le concret d’un engagement. Avec Christiane et leurs deux enfants, ils partent fin 1983 pour Yaoundé au Cameroun, au service de la Société internationale de linguistique. Et Claude Heiniger de décrire par le menu la vie de pilote de brousse, dans un contexte culturel, social, économique et technologique à des années lumières de la réalité helvétique. Avec notamment des incidents de vol qui lui font dire : « Je ne suis jamais seul dans mon cockpit et… dans les faits, je n’ai pas un copilote mais… un ‘Commandant de bord’. Il n’est autre que ce Dieu avec qui je fais équipe et avec qui je peux constamment partager les aspects concrets de ma profession d’aviateur… »

De praticien à formateur
En 1991, après 8 ans sur place, la famille Heiniger quitte le Cameroun pour les Etats-Unis. L’occasion pour Claude d’apprendre à former de nouveaux pilotes au centre de la Moody Aviation dans le Tennessee, le lieu même où il a acquis ses compétences de pilote-mécanicien. Pendant deux ans, il va développer ses aptitudes pédagogiques et réaliser des manuels pour jeunes pilotes.
En été 1993, c’est le retour en Suisse pour permettre aux deux adolescents de la famille de reprendre leur cursus scolaire dans le système helvétique. Claude débute une activité professionnelle dans l’informatique, à des lieues de ce qui constitue le cœur de son existence et de son appel. « Dois-je vraiment ‘geler’ ma vocation ? Tourner la page ? Accepter pour un temps de ne plus être au centre de ce qui me motive, la traduction de la Bible pour les minorités et le pilotage de brousse, de même que l’instruction en aéronautique ? » s’interroge-t-il. Il va passer 7 ans au sein de cette société d’informatique, tout en reprenant pied dans le monde de l’aviation en Suisse romande, en réactualisant notamment sa licence de pilote professionnel.
Au passage de l’an 2000, il se retrouve au chômage. En janvier, il met un pied dans la formation des métiers de l’aviation, et progressivement, au fil des années, il va en faire le cœur de son activité professionnelle en fondant en 2003, avec deux autres pilotes chevronnés, l’école Air-Espace qui existe toujours aujourd’hui.

« Avaries à bord »
En 2008 – il a 54 ans – c’est l’arrêt brusque. Dans un contexte professionnel très chargé, la maladie le rappelle aux conditions de toute existence humaine. La lutte contre un cancer du colon se fait intense. Dans des pages émouvantes, Claude Heiniger parle d’« avaries à bord », de « situation d’urgence » et de traitements qui devraient permettre à son « moteur » de reprendre du service. Après une rémission, la fin de l’été 2010 annonce le retour de la maladie. Lucide, il relève : « La vision qui m’accompagne dans ces moments de fin de vie est la suivante : celle d’un pilote en difficulté avec sa machine, à la recherche d’un site pour se poser avec la nécessité de gérer un vol plané pour atteindre ce terrain d’urgence. » Et à ce pilote en mission de conclure son livre : « Voilà sous vos yeux mon histoire, celle de la vie d’un pilote vécue à la lumière d’un Dieu bon et extraordinaire, devenu mon Ami. »
Serge Carrel

Claude Heiniger, Un pilote en mission. Du rêve de l’enfant à la vocation de l’adulte, (Coordination de l'établissement final du texte, notes et postface de Philippe Chanson), Paris, Karthala, 2013, 248 p. Prix : 30.- + frais de port. Pour toute commande : roger.heiniger (at) sunrise.ch.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Il était une foi des sages [2]

    Ven 19 juillet 2024

    Combien de fois, en croisant une personne ou en discutant avec elle, vous êtes-vous posé la question : « Je me demande comment elle était quand elle était petite ? » Mais notre pudeur toute suisse nous empêche de poser des questions. Il ne faudrait quand même pas déranger avec nos questions, n’est-ce pas ?

    Marie Ray, dans ce podcast, est allée interviewer des sages, à propos de leur enfance, de leur adolescence et de leur foi. Le résultat ? Un récit de vie à deux voix qui vous plonge dans l’histoire insoupçonnée d’un sage inspirant. Venez donc chaque semaine retrouver Antoine, Pierre-André, Vreni, Cécile et les autres.

  • Il était une foi des sages [1]

    Ven 12 juillet 2024

    Combien de fois, en croisant une personne ou en discutant avec elle, vous êtes-vous posé la question : « Je me demande comment elle était quand elle était petite ? » Mais notre pudeur toute suisse nous empêche de poser des questions. Il ne faudrait quand même pas déranger avec nos questions, n’est-ce pas ?

    Marie Ray, dans ce podcast, est allée interviewer des sages, à propos de leur enfance, de leur adolescence et de leur foi. Le résultat ? Un récit de vie à deux voix qui vous plonge dans l’histoire insoupçonnée d’un sage inspirant. Venez donc chaque semaine retrouver Antoine, Pierre-André, Vreni, Cécile et les autres.

  • Concours de la FREE : Quatre bourses d’études ont été attribuées

    Ven 12 juillet 2024

    Début 2024, par le biais de son journal VIVRE, la FREE a lancé un concours pour encourager des chrétiennes et chrétiens, jeunes ou moins jeunes, à entrer dans leur vocation. Les quatre gagnants, trois garçons et une fille dans la vingtaine, sont aujourd'hui connus. Chacune et chacun recevra une bourse de formation en vue de ses études à la HET-PRO ou à la Start Up Ministries.

  • France: Une enquête sur l'éducation sexuelle auprès des jeunes évangéliques

    Ven 05 juillet 2024

    Quels sont les besoins en matière d’éducation sexuelle des jeunes évangéliques ? Quels sont les apports et les manques de l’enseignement des Églises dans ce domaine ? C’est sur ces questions que s’est penchée l’enquête « Éducation sexuelle scolaire versus communautaire : impacts, besoins et disparités de genre chez les jeunes adultes évangéliques en France ». Publiée en mai dernier, cette enquête est le fruit du travail d’André Letzel, ancien pasteur, conseiller conjugal et sexologue, et de Brice Gouvernet, docteur en psychologie et maître de conférence. 

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !