«Vivre une ‘conversion écologique’ (2): changer de regard sur le monde», une chronique StopPauvreté/Radio R de Serge Carrel

Serge Carrel vendredi 15 novembre 2019

La transition écologique ne va pas se faire uniquement grâce à nos prouesses technologiques. Nos sociétés ont besoin de se réapproprier une autre relation à la nature. En approfondissant la conversion à laquelle appelle Jésus, il est possible de découvrir le monde comme don du Père. Ecospiritualité, une chronique diffusée sur Radio R et parrainée par StopPauvreté.

Au début de sa vie publique en Palestine, Jésus de Nazareth invitait à changer de vie, à opérer cette fameuse « metanoïa » dont parlent à leur début les évangiles du Nouveau Testament. Dans cette conversion à opérer, il y a non seulement un changement de regard sur soi-même, mais aussi un changement de regard sur le monde. Du temps de Jésus, la personne qui répondait positivement à son appel était invitée à prendre conscience que le monde qu’elle habitait avait été créé par un Dieu bon, un Père aimant.

Sortir d’une vision mécaniste

Les chrétiens qui appellent aujourd’hui à une « conversion écologique » nous invitent non seulement à changer de regard sur nous-mêmes, mais aussi à changer de regard sur ce qui nous entoure, sur la nature, sur le monde créé. Nous avons à sortir d’une vision matérialiste, mécaniste et mercantile de la nature. Le monde créé n’est pas un objet dont les humains pourraient faire ce qu’ils veulent : exploiter et polluer à outrance, comme des enfants capricieux usent d’un jouet dont ils seraient les uniques propriétaires. Les chrétiens aiment la création parce qu’ils y voient le Créateur, parce qu’ils y lisent, comme dans un livre, les perfections de Dieu.

S’imprégner du mystère du monde

Prendre conscience de cela entraîne un autre regard sur la nature, une écospiritualité. La crise écologique que nous connaissons est aussi une crise spirituelle. A vouloir rayer Dieu de la carte de nos représentations mentales, nous avons ôté dans notre face à face avec la nature tout sens du sacré. Il y a un mystère qui se cache dans la nature… et ce mystère du monde ouvre à une spiritualité faite de louange et d’adoration. Non pas de la nature en tant que telle, mais de Celui qui se donne à voir au travers d’elle, de ce Dieu créateur de toutes choses qui s’est révélé personnellement en Jésus-Christ.

« Convertissez-vous », disait Jésus. « Changez de regard sur la Création », lancent les chrétiens écologistes. « Il est urgent de découvrir les traces de Dieu dans la nature qui nous entoure ! » Et d’en tirer les conséquences dans notre quotidien afin de vivre une véritable transition écologique.

Serge Carrel
Lafree.info
  • Encadré 1:

    Pour aller plus loin :

    - Jean-François Mouhot et Chris Walley, « En guise de conclusion », dans Emilie Hobbs, Jean-François Mouhot et Chris Walley (éd.), Evangile et changement climatique, Dossier Vivre 40, Je Sème, 2017, p. 183-194.

    - Voir aussi l’émission « Ciel ! Mon info » : « Jean-François Mouhot : ‘Evangile et changement climatique’ ».

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

11 décembre

  • «Faire de mon conjoint un allié» avec Salomé et Jérémie Valiton (One’Talk)
  • «Au lieu de juger, pardonnez!» avec Camille Kursner (SPPA)

17 décembre

  • «Femme, business et maternité» avec Ruth Letare (One’Talk)
  • «Peacemakers: un gospel pour la paix» avec Liz McComb (Connexion)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !