"Les fédérations, vraiment appelées à atténuer leur rôle ?" par Serge Carrel

mardi 31 mai 2016

La publication par Jean-François Mayer d’un document sur les évangéliques est stimulante. Serge Carrel réagit à certaines remarques faites « en passant ».

Jean-François Mayer dresse un portrait bienveillant des évangéliques. On l’a dit !
A le lire sans retenir certaines remarques dites « en passant », on pourrait passer à côté de ce que son regard a de stimulant pour le mouvement évangélique romand.

Développer l’information

Mettons tout d’abord en avant le fait que, selon le sociologue spécialiste des mouvements religieux, les évangéliques ont encore un grand travail de communication à entreprendre pour se faire connaître de la population. Leur éparpillement au niveau institutionnel et les initiatives très diverses des personnes qui composent ce mouvement, ne facilitent pas sa reconnaissance et son identification par l’opinion public. « Cette information doit encore atteindre un plus large public et trouver des relais dans des canaux séculiers » (p. 66), souligne-t-il. Selon le sociologue, ce travail de relations publiques pourra se faire notamment par la médiatisation de certaines personnalités fortes et emblématiques. Il y a là du grain à moudre pour l’équipe de communication de lafree.ch dans la mise en avant de ces personnalités, mais aussi dans le traitement de certains thèmes chers à la fois aux évangéliques, mais aussi à la population en général. Jean-François Mayer le dit très justement : « Un travail permanent d’information et de relations publiques est nécessaire, même si les fruits immédiats n’en sont pas perceptibles. »

Des doutes sur l’effacement du rôle des fédérations

Deuxième remarque intéressante de ce sociologue : l’effort d’organisation mené par le Réseau évangélique suisse (RES) pourrait conduire à l’avenir à une atténuation du rôle des fédérations (p. 64). Pas si sûr ! Il y a un ADN propre à chaque fédération.

Jean-François Mayer reprend ici une tendance qui a prévalu parmi les responsables du Réseau voilà une dizaine d’années. On ressentait fort alors un désir de centralisation. Mais ce désir s’est heurté aux réserves de nombres d’acteurs des fédérations. Actuellement, cette tendance semble nettement moins présente. Jean-François Mayer en rend compte ailleurs : « Dans une perspective bien helvétique, le RES applique le principe de subsidiarité et n’aspire pas à une fonction centralisatrice… » (p. 80). Ce positionnement du Réseau est plein d’avenir. A la fois pour les fédérations existantes, mais aussi pour l’accueil des réformés qui désireraient y adhérer, comme cela se pratique beaucoup en Suisse alémanique.

Ainsi le RES continuerait à développer son rôle de lobby des évangéliques auprès des pouvoirs publics cantonaux ou fédéraux, comme des ONG proches dans l’espace public et auprès de la Coopération suisse au développement. Il continuerait à présenter la vision du monde des évangéliques sur des questions brûlantes comme la liberté de conscience ou de changer de religion, comme l’homosexualité… Le Réseau ne marcherait pas sur les plate-bande des fédérations qui défendent chacune pour leur part une certaine ligne théologique, parfois difficilement conciliable avec d’autres positionnements. Les Eglises évangéliques apostoliques demeurent très attachées à une structure pyramidale de l’Eglise, avec une valorisation forte des leaders et du ministère apostolique. L’Union des Eglises évangéliques de Réveil a inscrit dans sa confession de foi des perspectives chrétiennes sionistes, qui ne permettent que difficilement l’expression de la diversité des points de vue évangéliques sur Israël. La FREE a valorisé la diversité des parcours de formation des ministères, tout en donnant un poids certain aux ministères issus des formations HES ou universitaires… 

Tout cela donne des inflexions théologiques spécifiques, dont Jean-François Mayer ne parle pas, mais qui, sur le terrain, révèlent des différences importantes, pas toujours faciles à mettre ensemble dans une fédération. Mais tout à fait compatibles dans une dynamique comme celle du Réseau.

Joyeux anniversaire au Réseau pour ses 10 ans !

Serge Carrel
Rédacteur responsable de lafree.ch

La présentation du livre de Jean-François Mayer: "L'évolution des chrétiens évangéliques et leur réception en Suisse romande".

Serge Carrel

Serge Carrel est au bénéfice d’une formation double: théologique et journalistique. Après dix ans de pastorat en France et en Suisse romande, il a travaillé huit ans comme journaliste aux émissions religieuses de la RTS. Aujourd’hui formateur d’adultes et journaliste en lien avec la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il essaie de tirer le meilleur parti de ce double ancrage. Que ce soit dans le cadre du FREE COLLEGE, de lafree.ch, de Vivre ou de la fenêtre chrétienne de MaxTV.

Formation reçue

Master en théologie (UNIL, 1986)
Centre romand de formation des journalistes (RP, 1996)

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !