«A propos de l’expression 'Allâhu Akbar' » par Christian Bibollet

Christian Bibollet vendredi 03 juillet 2020

Le 24 juin, Christian Bibollet de l’Institut pour les questions relatives à l’islam (IQRI) a publié sur le site de « 24 heures » cette réplique (1) à une « Opinion » parue dans le même quotidien le 10 juin et signée Hani Ramadan, directeur du Centre islamique de Genève (2). Christian Bibollet rappelle que la formule « Allâhu Akbar » (Allah est plus grand) n’est pas que « dévotionnelle ». Elle est un slogan politique de l’islam politique et radical !

Il y a, à propos de l’expression « Allâhu Akbar », quelques vérités qu’il vaut la peine de rappeler. Le terme « Allah » dérive de la même racine sémitique qu’Elohim et El. Ainsi, la version arabe de la Bible désigne Dieu sous le terme d’Allah. D’autre part, musulmans, Juifs et chrétiens n’ont aucun doute sur le fait que la foi en Dieu rend les cultes idolâtres caducs et reconnaissent ensemble la grandeur de Dieu.

Pourquoi une association au terrorisme ?

Mais alors pourquoi, en Occident, l’expression « Allâhu Akbar » est-elle associée au terrorisme, à la violence, au fanatisme et à l’obscurantisme ? Est-ce dû, comme l’affirment certains (2), à un attachement dogmatique aux enseignements des Lumières, à notre analphabétisme religieux et à notre culture du non-sens ? Dans une certaine mesure, assurément. Mais est-ce la seule cause, et est-ce la plus importante ? L’idéologie islamiste n’en serait-elle pas la raison déterminante ?

Un but atteint par la guerre

Examinons quelques faits. Hassan al-Banna, « le Guide suprême » des Frères musulmans, a résumé son projet de société en un slogan bien connu : « Dieu est notre but, le Prophète est notre chef, le Coran est notre Constitution, la guerre dans le chemin d’Allah (jihad) est notre moyen, la mort au service de Dieu notre désir suprême ». Ces propos désignent bien Dieu comme but, mais ce but est atteint par la guerre qu’il a prescrite et pour laquelle les membres de la confrérie doivent se mobiliser et être prêts à mourir (en martyrs).

Cette manière agressive et violente de concevoir le « service de Dieu » est confirmée par les premiers mots de la sourate 8.60 figurant sur l’emblème des Frères musulmans, au-dessous de deux sabres croisés et d’un coran. Ce verset dit : « Et préparez (pour lutter) contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée afin d’effrayer (terroriser ou jeter l’effroi, littéralement) l’ennemi d’Allah et le vôtre ». Ce verset a été « révélé » à Mahomet pour rendre licite une des premières batailles menées par ses troupes contre les polythéistes. Il a utilisé le cri « Allâhu Akbar » pour signifier que la guerre était faite au nom d’Allah, comme le fait l’islam politique et guerrier de nos jours, un procédé contre lequel s’élève une majorité de musulmans laïcs.

Un cri de l’islam politique

Ce qu’il y a de remarquable, c’est qu’en Occident, les partisans de l’islam politique – tels les Frères musulmans, très bien implantés en Suisse – s’évertuent à mettre l’accent sur son caractère strictement dévotionnel. Mais en le faisant, ne tentent-ils pas de dissimuler une réalité embarrassante ? « Allâhu Akbar » est non seulement le cri de guerre de nombreux groupes terroristes inspirés par leur propre idéologie mais aussi celui de l’islam politique qui, en Occident, adopte une discrète approche d’infiltration culturelle afin de reprendre le contrôle sur la vie de nombreux musulmans qu’ils cherchent à rallier à leur cause. Il y a donc quelques bonnes raisons pour lesquelles « Allâhu Akbar » résonne très mal à nos oreilles.

Christian Bibollet
 
 
Notes
2 Lire la prise de position de Hani Ramadan, directeur du Centre islamique de Genève, sur le site de « 24 heures » : « Quelques précisions sur l’expression Allâhu Akbar (Dieu est plus Grand) ! ».

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

25 novembre

  • «Dieu dans mes épreuves» avec Marjorie Waefler (One’Talk)
  • «Besoin d'amour» avec Gilles Geiser (Vitamine B)

2 décembre

  • «Une terre à nouveau fertile» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Entreprendre le changement» avec Damien Boyer (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Je n’aime ni le bonheur qui se vend, ni le 'hold-up' de la joie. La liberté, par contre, j’y crois ! »

    Ven 27 novembre 2020

    Quatre dimanches de l’Avent… et quatre personnes qui prennent la plume pour apporter une réflexion autour d’un mot qu’ils ont choisi. Ce dimanche 29 décembre, Robin Reeve, 56 ans, professeur à la HET-PRO, nous parle de LIBERTÉ. « Car Jésus est venu nous libérer de nos enfermements. »

  • Danser les lettres hébraïques comme une prière

    Lun 16 novembre 2020

    Gestuelle méditative basée sur les lettres hébraïques, la Téhima est enseignée à Renens (VD). Dans cette discipline chorégraphique, le corps se meut telle la plume d’un calligraphe. « Et l’on se trouve à la source du Verbe », explique Marc-Alain Ouaknin, philosophe, écrivain et rabbin français, dimanche 15 novembre, au micro de Gabrielle Desarzens dans l’émission Hautes Fréquences.

  • De multiples paroisses responsables

    Lun 02 novembre 2020

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Lun 26 octobre 2020

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !