Le livre « Dieu est amour » questionne vigoureusement l’accompagnement évangélique des personnes homosensibles

Serge Carrel mardi 07 janvier 2020 icon-comments 4

Différents groupes d’accompagnement de personnes homosensibles sont sous le feu de la critique ces derniers mois. Pour comprendre ce qui est reproché à l’association évangélique Torrents de vie, Serge Carrel s’est plongé dans le livre-enquête « Dieu est amour. Infiltrés parmi ceux qui veulent ‘guérir’ les homosexuels ». Brève présentation du livre, puis reprise critique.

L’accompagnement des personnes homosensibles par certains groupes évangéliques et catholiques est sous les feux de la critique. Plusieurs contributions médiatiques (1) et une mission parlementaire en France (2) examinent la manière dont ces groupes, convaincus que l’homosexualité n’est pas dans le plan de Dieu pour l’être humain, développent des accompagnements censés « modifier l’orientation sexuelle » d’une personne.

Un journalisme en caméra cachée

Dans le livre « Dieu est amour » de deux jeunes journalistes, Jean-Loup Adénor et Timothée de Rauglaudre, deux groupes sont particulièrement visés : le groupe évangélique et membre du CNEF (3) « Torrents de vie » et le groupe catholique « Courage ». Adeptes d’un journalisme d’investigation en caméra cachée, les deux journalistes sont entrés dans le processus d’accompagnement proposé par Torrents de vie et Courage en montrant comment le jeune Guilem, en l’occurrence Jean-Loup Adénor, est pris en charge par ces deux associations.

Sur plusieurs chapitres éparpillés dans le livre, on découvre ce que Torrents de vie propose aux chrétiens adultes qui recourent à ses services, notamment lors d’un séminaire estival d’une semaine qui se tient en été 2018 à Lux, sur le domaine de la Porte ouverte, puis dans le cadre de rencontres délocalisées à Paris, dans les locaux de la Paroisse de Belleville de l’Eglise protestante unie de France.

Un travail sur l’identité sexuelle

Le pasteur Werner Loertscher, animateur principal à l’époque de cet accompagnement psycho-spirituel dispensé par Torrents de vie, est la personnalité de référence en milieu évangélique que côtoie Guilem. D’origine suisse alémanique, ce pasteur reprend les enseignements de l’Américain Andrew Comiskey et propose un travail sur l’identité sexuelle des participants chrétiens, engagés dans une Eglise ou une paroisse, en leur proposant d’être confrontés à l’amour de Dieu qui permet, selon lui, de se redécouvrir dans son genre et dans son sexe. Dans un entretien personnel entre Guilem et le pasteur Loertscher, à la suite d’une soirée de groupe dans l’église de Belleville, on découvre les motivations profondes de Torrents de vie : ne pas considérer que l’homosexualité soit au cœur de l’identité d’une personne et affirmer que la « vraie identité, Dieu peut la fortifier et te la faire découvrir et t’aider à être rassuré et puis à prendre plaisir » (p. 250). Dans cet entretien pastoral, Werner Loertscher ajoute : « C’est pour cela que la conversion au Christ est capitale : c’est Lui dire que tu Lui donnes ce que tu es pour qu’Il puisse prendre soin de toi et te donner ton identité en Lui » (p. 251).

Dans la conclusion de ce chapitre, les deux journalistes critiquent l’ambivalence du discours du pasteur Loertscher. D’un côté, il est rassurant pour les personnes en souffrance parce qu’il souligne : « L’amour inconditionnel du Père, l’existence d’une ‘véritable identité hétérosexuelle’ enfouie en nous, la possibilité d’une restauration. » De l’autre, son propos est « difficile », parce que, somme toute, les participants sont invités à s’inscrire dans un combat spirituel qui marquera l’entier de leur vie et que « la délivrance ne se trouve que dans la mort, que dans l’éternité » (p. 252).

Incursion parmi les ex-gays américains

Le livre « Dieu est amour » est jalonné de chapitres qui expliquent les origines américaines de Torrents de vie et du groupe catholique Courage (chapitre 5), notamment au sein du mouvement « ex-gay » étasunien dont les associations phares sont Exodus International, Love in Action, Desert Stream ou Living Waters qui a donné Torrents de vie en français. Parmi les personnalités clés de ce mouvement, il y a Alan Chambers, qui a présidé aux destinées d’Exodus International et qui, en 2012, déclare publiquement que, contrairement à ce que l’ancien slogan d’Exodus International affirme : « Change Is Possible », « la majorité des personnes que j’ai rencontrées (dans l’accompagnement proposé par Exodus et ses associations affiliées), et quand je dis la majorité, c’est 99,9 % d’entre elles, n’ont pas expérimenté de changement dans leur orientation » (p. 74). L’association Exodus sera dissoute le 13 juin 2013.

Une autre personnalité ex-gay américaine occupe aussi passablement le livre : Andrew Comiskey (chapitre 6 entre autres). Sa publication « Vivre une sexualité réconciliée » (4) et le manuel de travail en lien avec celle-ci sont traduits en français. L’enseignement de ce pasteur, aujourd’hui converti au catholicisme, inspire de manière directe Torrents de vie, mais aussi différents groupes catholiques parmi lesquels Courage.

Un livre qui pose de bonnes questions aux évangéliques

Le travail journalistique de Jean-Loup Adénor et de Timothée de Rauglaudre contraint les acteurs impliqués dans l’accompagnement des personnes homosensibles à être plus précis dans la qualification de ce qu’ils mettent en place. Inscrire leur action dans le champ médical en recourant à un vocabulaire de maladie ou de guérison paraît aujourd’hui inadéquat. Même l’utilisation du terme de « guérison intérieure » ne prête-t-elle pas à confusion ? De quoi doit-on « guérir » ? De blessures intérieures ou de son orientation sexuelle ? Il y a une ambiguïté qui blesse inutilement la communauté homosexuelle !

De fait dans ce champ de l’accompagnement des personnes où les promesses évangéliques semblent parfois exagérées, ne faudrait-il pas placer tout ce qui est fait sous le label « accompagnement de personnes homosensibles » ? Et indiquer, plus modestement, que l’accompagnement proposé table sur le fait que l’on ne changera pas l’homosensibilité de la personne. Si celle-ci souhaite suivre une éthique évangélique classique, son parcours aura tout d’une lutte qui durera la vie entière. Une précision à apporter, non ?

Par ailleurs, pour être équitables, les deux auteurs n’auraient-ils pas dû prendre un peu de distance avec leur journalisme à charge (5) et donner la parole à des homosensibles qui ont tiré profit de l’accompagnement de Torrents de vie et qui ont opéré de véritables changements dans leur vie ? (6) Ou le cadre posé à leur enquête excluait-il a priori cette possibilité ?

Une perspective par trop marquée par les Etats-Unis ?

A la lecture de ce livre, on peut s’interroger sur la manière dont le débat américain autour des « thérapies de conversion » n’a pas aveuglé les deux journalistes qui ont mené l’enquête en France. N’est-ce pas la source d’un amalgame généralisé ? Et s’ils avaient, au lieu de reprendre et d’utiliser les termes « thérapie de guérison » (un pléonasme !) ou « homothérapie », mis en avant que leur enquête portait sur l’accompagnement pastoral proposé par certains courants chrétiens aux personnes homosensibles, on aurait évité beaucoup de flou dans les termes. Cette confusion et ce manque d’esprit de finesse nuisent à l’analyse, et ce jusque dans les auditions de la Mission d’information menées par la députée française Laurence Vanceunebrock-Mialon. L’action de Torrents de vie ne s’inscrit en effet nullement dans une approche médicale avec des électrochocs ou des castrations chimiques (7), comme cela a prévalu dans certains milieux psychiatriques pour « soigner » les homosexuels jusque dans les années 1980. Comme le relèvent de manière « fair-play », les deux auteurs de « Dieu est amour », les participants à ces accompagnements « ont confié avoir trouvé du réconfort, une forme d’apaisement et une écoute sincère au sein de ces groupes », notamment dans le cadre de Torrents de vie (p. 286). De quoi montrer que des chrétiens, qui considèrent que l’homosexualité n’est pas dans le plan de Dieu, essaient, malgré tout, de témoigner du fait que l’amour du Seigneur est pour tout être humain, quelle que soit son orientation sexuelle… et que cet amour manifesté en Jésus-Christ pousse à un accompagnement bienveillant des personnes homosensibles.

Serge Carrel

Notes
1 Jean-Loup Adénor et Timothée de Rauglaudre, Dieu est amour. Infiltrés parmi ceux qui veulent « guérir » les homosexuels, Paris, Flammarion, 2019, 304 p. Voir aussi, en lien avec le livre, le documentaire de Bernard Nicolas, « Homothérapies, conversion forcée », diffusé sur Arte le 26 novembre dernier et disponible ici.
Voir aussi le film de Joel Edgerton, « Boy Erased » (2018), qui raconte l’histoire d’un fils de pasteur, homosensible, qui, à la suite d’un viol homosexuel, développe une attirance particulière pour les personnes de même sexe alors qu’il est jeune adulte. Ses parents l’encouragent à suivre un accompagnement dans le cadre des activités de l’association Love in Action. Ce film est l’adaptation du livre Boy Erased: A Memoir de Garrard Conley (2016).
2 Laurence Vanceunebrock-Mialon, députée de La République en marche, a lancé dans le cadre de son mandat politique une Mission « flash » d’information sur les pratiques prétendant modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. Un rapport final a été publié le 11 décembre 2019.
Plusieurs auditions d’acteurs et de victimes sont disponibles sur le site des vidéos de l’Assemblée nationale française. Parmi celles qui concernent les milieux évangéliques, l’audition de Werner Loertscher, président de Torrents de vie, accompagné de Claude Riess, coordinateur de l’association.
3 Conseil national des évangéliques de France.
4 Andrew Comiskey, Vers une sexualité réconciliée, s. l., Première Partie, 2006, 190 p. et le Manuel de travail : vers une sexualité réconciliée, s. l., Première Partie, 2006, 224 p.
5 Une attitude qui transparaît lors de leur audition le 26 novembre par la Mission « flash » d’information sur les pratiques prétendant modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne.
6 Voir par exemple l’interview de Joachim, un trentenaire originaire du Jura bernois qui a suivi l’accompagnement de Torrents de vie, sur myfreelife : « Mon identité n'est pas mon orientation sexuelle ».
7 De telles images sont utilisées dans le documentaire de Bernard Nicolas : « Homothérapies, conversion forcée ». N’est-ce pas une dramatisation excessive du propos par rapport à l’accompagnement de Torrents de vie, et un indice de l’amalgame opéré par cette enquête ?

4 réactions

  • Gaby Palminteri mardi, 07 janvier 2020 13:34

    Confondre sexualité, identité et amour est fondamentalement et dangereusement réducteur!... Notre civilisation occidentale post-moderne, post-chrétienne, a sciemment écarté ce qu'elle sait pourtant immuable: la volonté parfaite de notre Créateur pour notre épanouissement individuel et collectif. On s'aventure aujourd'hui sur des autoroutes libertaires qui nient notre devoir d'obéissance aux lois qu'Il a instaurées si l'on veut vivre une vie digne de ce nom. On ne peut pas négliger les avertissements quant aux risques que l'on encourt à les transgresser: l'éloignement définitif de Sa présence et les tourments éternels! (... oui, je sais, ce n'est pas "fun" d'affirmer ce genre de choses de nos jours!)...Toutes les grandes civilisations anciennes se sont effondrées dès lors que leurs moeurs se sont dégradés. En tant que chrétiens nous sommes appelés à user de violence (contre nous même principalement) si on veut entrer dans Son Royaume d'Amour véritable et de Paix parfaite. Se battre et se débattre contre nos penchants dictés par des consciences en pleine déliquescence, parasitées par le "main stream", le politiquement correct qui a cours aujourd'hui: c'est notre combat!... Porter sa croix et Le suivre: c'est la recommandation de Celui de qui nous nous réclamons. Aimer le pécheur, pas le péché!... Sinon pourquoi se dire "chrétiens"?...

  • Olivia K. jeudi, 09 janvier 2020 08:51

    Bonjour monsieur Carel. Merci pour votre article pertinent. Il donne un bon éclairage sur les incohérences et les mensonges mentionnées dans ce livre. Il soulèvent de bonnes questions à se poser lorsque nous sommes dans l’accompagnement de personnes et particulièrement de personnes homosensibles. Bravo et merci encore.

  • Werner Loertscher jeudi, 09 janvier 2020 21:11

    Monsieur Carrel,

    Merci pour votre reprise du livre Dieu est Amour et votre reprise critique.
    Je me permets d’apporter quelques remarques :

    « Le travail journalistique de Jean-Loup Adénor et de Timothée de Rauglaudre contraint les acteurs impliqués dans l’accompagnement des personnes homosensibles à être plus précis dans la qualification de ce qu’ils mettent en place ».

    Il est évident que si on ne lit que ce que raconte les journalistes sur le travail de Torrents de Vie, on est mal orienté. Vous le dites vous-même, leur livre est une investigation à charge et ils n’ont transmis que ce qui peut être utilisé pour nous accuser d’homophobie. Nous avons toujours été très clairs au sujet de la guérison : nous ne nous situons pas dans le champ médical, et nous avons toujours spécifié que c’est l’âme malade qui cherche la guérison et peut la recevoir en s’approchant de Jésus. Nous nous sommes toujours évertués d’être très clairs, surtout à la suite des évènements à Toulouse : Jésus guérit les blessures de l’âme, comme celles du corps, et ses guérisons peuvent avoir un impact positif sur notre image de nous-même, notre conscience de l’identité en Christ, vue sans lunettes teintés par nos traumatismes. À Torrents de Vie, nous basons notre travail sur les promesses de Dieu Lui-même, par exemple en Esaïe 61,1-3. Jean-Loup, alias Guilem l’a entendu au-moins deux fois pendant ses infiltrations.

    « Il y a une ambiguïté qui blesse inutilement la communauté homosexuelle ». Il faut savoir que nous ne visons pas la communauté homosexuelle, mais offrons de l’aide à des personnes qui en cherchent. Si on veut faire des flyers qui plaisent à tous les courants, on ne fait plus rien. Nous ne visons que les chrétiens, et cela n’a pas été dit dans le livre.

    « De fait dans ce champ de l’accompagnement des personnes où les promesses évangéliques semblent parfois exagérées, ne faudrait-il pas placer tout ce qui est fait sous le label « accompagnement de personnes homosensibles » ? Nous ne comprenons pas le sens de cette proposition. Wikipedia dit relatif à l’homosensibilité : Qui est sensible à la cause homosexuelle et ses revendications, voire qui en est solidaire ou militant.

    « Et indiquer, plus modestement, que l’accompagnement proposé table sur le fait que l’on ne changera pas l’homosensibilité de la personne. » Erreur ! Si les journalistes avait fait une investigation honnête ils auraient trouvé beaucoup de personnes qui ont vécus de vrais changements de leur orientation sexuelle. Vous le dites à la fin de ce paragraphe. Pourquoi admettre qu’on peut changer de tout au tout de nos jours, sauf de l’homosexualité à l’identité hétérosexuelle, initialement créé par notre Créateur.

    Vous dites que si quelqu’un souhaite suivre une éthique évangélique classique, son parcours aura tout d’une lutte qui durera la vie entière. Là-dessus nous sommes d’accord, et nous le disons aux participants, quel que soit leur recherche. On nous reproche de proposer la possibilité de changer, et de dire que c’est une lutte. Qui veut d’une lutte de nos jours pour vivre une vie saine et sainte ? Seul un chrétien qui aime son Seigneur, et notre travail vise avant tout à vivre cette vie-là.

    Cordialement.

  • Kouagou nestor mardi, 14 janvier 2020 21:16

    Je nous encourage à persévérer et à continuer l'oeuvre dans la fidélité.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

1er avril

  • «Un Dieu zéro déchet» avec Dave Bookless (Intelligence de la foi)
  • «Etes-vous facilement contrarié?» avec Camille Kursner (SPPA)
8 avril
  • «Il m'a donné un nom» avec Christine Gallay (CMI)
  • «Les projets de l'Eternel» avec Emmanuel Ziehli (Vitamine B)

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

Blogs évangéliques

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !