Le Grain de blé a vécu son premier camp compatible Covid-19

vendredi 23 avril 2021

La Fondation le Grain de blé vient d’organiser son premier camp « Covid-19 compatible ». L’expérience, concluante, permet à l’œuvre chrétienne de renouer avec son ministère parmi les jeunes. Cela dit, l’organisation de camps pour adolescents, nécessitant des mesures sanitaires différentes de celles destinées aux enfants, reste un défi.

La Fondation le Grain de blé a organisé son premier camp « Covid-19 compatible » durant les vacances de Pâques. Situé dans la maison d’accueil « Jura-Rosaly », à Ballaigues, le camp a accueilli vingt enfants de sept à onze ans durant une semaine.

L’œuvre chrétienne a défini ses règles sanitaires en collaboration avec le Groupe de liaison des activités de jeunesse (GLAJ) : nettoyages et désinfections, distanciations lors des repas, pas d’enfants dans la cuisine, pas de self-service, dortoirs et sanitaires utilisés à la moitié de leur capacité… « Les enfants étaient un peu comme à l’hôtel », plaisante Patrick Gasser, le directeur du Grain de blé.

Tous les participants ont subi un test salivaire Covid-19 à l’arrivée au camp. Ensuite, le camp s’est déroulé sans sorties, ni visites. « Avec seulement vingt enfants, nous étions un peu comme une grande famille, explique Patrick Gasser. Grâce à cela, nous avons vécu un camp sans problèmes de discipline, avec une excellente ambiance.

De l’enthousiasme, mais quelques difficultés

Par contre, deux points ont été plus difficiles à vivre. D’abord, les mesures sanitaires nécessitent que le nombre habituel d’encadrants soit revu à la hausse. Au Grain de blé – comme dans les autres organisations semblables – les prochains camps devront donc avoir lieu avec plus d’encadrants et moins d’enfants. Nous sommes loin d’un retour à la normale.

Ensuite, le port du masque, obligatoire pour les adultes, pose également un problème. « Il n’est pas difficile de supporter le port du masque, précise Patrick Gasser. Par contre, cela pose de gros problèmes de communication, puisque les enfants ne peuvent pas voir l’expression des visages des adultes. C’est vraiment frustrant ! »

Pour cette année 2021, le Grain de blé a agendé sept autres camps, avec chaque fois vingt enfants au maximum. Et en août, un camp accueillera aussi des adolescents. Comme ceux-ci sont contraints de porter le masque, cela nécessitera une gestion fine de la situation. Ensuite, l’organisation chrétienne pense faire évoluer son offre vers plus de camps, mais accueillant moins d’enfants.

Pour le Grain de blé, ce ne sont pas les camps, mais la gestion des maisons d’accueil, qui pose des problèmes financiers. « Nos maisons n’ont quasiment pas été louées depuis des mois, explique Patrick Gasser. Il faut vraiment que cela reprenne sans tarder si nous ne voulons pas souffrir de problèmes financiers. » Pour aider les clients à se lancer dans l’organisation d’un événement, avec la location d’une maison d’accueil, le Grain de blé a décidé de ne plus demander de forfaits minimums.

L’équipe de Ballaigue a vécu ce premier camp « compatible Covid-19 » comme une bénédiction. Elle est gonflée à bloc pour la suite. Et la suite arrive avec un camp de l’Ascension, du 12 au 16 mai, qui propose encore quelques places libres.

 

Claude-Alain Baehler

 

Site internet du Grain de blé, avec informations concernant les camps : https://graindeble.org.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • La 11ème plaie d’Egypte (4/9)

    Lun 02 août 2021

    Il y a les référentiels que l’on convoque pour parler du Covid 19, mais aussi des objets. Isabelle Donegani, soeur catholique de Saint-Maurice, prend une tête en terre qu’elle a elle-même façonnée : « Je lui ai faite de belles oreilles pour symboliser ce que l’on doit entendre. Et peut-être aujourd’hui plus que jamais ! »

  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Ven 09 juillet 2021

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

  • La 11ème plaie d’Egypte (2/9)

    Lun 05 juillet 2021

    Quel référentiel convoquer pour parler de la pandémie ? Et quelle implication a-t-elle eue sur la foi des croyantes et croyants ? Accompagnante spirituelle dans un home médicalisé, la protestante Marianne Guéroult parle d’une traversée du désert qui l’a tenue éloignée de ses proches.

  • "Subjectif!" épisode 10: Si la foi était un voyage?

    Ven 02 juillet 2021

    Découvrez aujourd'hui le dernier épisode d'une série de 10 capsules vidéo pour faire réfléchir sur la foi, au travers de questions parfois déroutantes posées à des chrétien·ne·s romand·e·s et au-delà. Des capsules de deux minutes environ à partager sans réserve sur tous les réseaux! une coproduction de La FREE, Médias-pro et DM.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !