100 ans de la naissance de Etty Hillesum : une série sur Espace 2 avec notamment l’écrivain français Didier Decoin

100 ans de la naissance de Etty Hillesum : une série sur Espace 2 avec notamment l’écrivain français Didier Decoin
(keepmoving.canalblog.com) icon-info
jeudi 23 janvier 2014

Dans un style simple et lumineux, la jeune juive Etty Hillesum, morte à 29 ans dans le camp de concentration d'Auschwitz, a laissé derrière elle des écrits infiniment profonds. Didier Decoin en rend compte. Il est l'un des invités de la série d'émissions A vue d'esprit sur Espace 2 proposée par Gabrielle Desarzens du 27 au 31 janvier. Son titre : « Etty Hillesum, la liberté retrouvée ».

Dans le journal qu'elle a tenu de 1941 à 1943, Etty Hillesum s'est dite incapable de relier le ciel et la terre. « Or c'est ce qu'elle a parfaitement réussi à faire, s'exclame à Paris l'écrivain et scénariste Didier Decoin1. Elle l'a fait en mettant de la transcendance dans la boue, dans tout ce qui est répugnant à nos yeux. C'est cette façon de verticaliser le monde qui est rare et qui me fascine chez elle. »
L'auteur français ajoute avoir toujours préféré la poutre verticale de la croix à celle horizontale : « Il faut lever la tête ! » Et de mentionner la manie d'Etty de tomber à genoux très souvent, même si elle trouvait au départ cette attitude anormale pour l'être humain. « Mais plus tard c'était devenu presque automatique chez elle, parce qu'elle disait que cela lui permettait de lever la tête vers Dieu. »
Pour l'auteur français, la jeune femme est une « fille des Béatitudes », qui ose dire qu'elle souffre mais qu'elle est bienheureuse : « Non pas parce qu'elle souffre, mais parce qu'il y a autre chose que la souffrance qui existe et qui est la splendeur, la fulgurance de la vie. »

Spirale de restrictions et persécutions
Née en 1914 aux Pays-Bas, Etty Hillesum commence à tenir son journal sous l'influence de son thérapeute, ami et amant Julius Spier. Elle y relate la spirale des restrictions des droits et des persécutions qui amènent en masse les juifs néerlandais vers les camps de transit, puis vers la mort en déportation. Confrontée à l'épreuve nazie, elle découvre ce qu'elle appelle Dieu : non pas une croyance oubliée ou un concept théologique, mais une réalité intérieure qui l'emplit de joie.
Fragile et insatisfaite au début de son itinéraire, elle entreprend en fait une démarche d'introspection qui lui fait dire notamment qu'il y a en elle un puits très profond : « Et dans ce puits, il y a Dieu. Parfois, je parviens à l'atteindre. Mais le plus souvent, des pierres et des gravats obstruent ce puits et Dieu est enseveli. Alors il faut le mettre au jour. » Au fil de ses écrits, elle rend compte de son cheminement spirituel qui la rapproche du don absolu de soi, tout en gardant un formidable amour de la vie.

« Il y a plus que l'espoir »
Ni juive pratiquante, ni chrétienne confessante, Etty Hillesum échappe à tout dogme et à toute institution. Pour Didier Decoin, l'actualité de son message est ainsi double. La première est, selon lui, qu'il n'y a pas forcément un système religieux « plus vrai » qu'un autre ; « et dans notre époque de formidable intolérance interreligieuse, c'est intéressant ! » La deuxième « qui devrait résonner dans notre temps qui est douloureux », c'est de dire que même dans la souffrance, il y a plus que l'espoir : il y a déjà la joie, et la joie que l'on peut trouver dans l'ici et le maintenant. « Etty a confirmé une chose à laquelle je crois, c'est la surpuissance de la joie, déclare Didier Decoin. J'ai toujours pensé que si Dieu était celui qu'il prétend être, que si la Résurrection était vraie et que si la promesse de la vie éternelle était solide, cela ne pouvait pas être quelque chose de triste. Sa relation à Dieu ne pouvait en aucun cas être un machin sinistre où on pleure et où on 'fait la gueule' ! Etty est venue conforter cela. »
Gabrielle Desarzens

« Etty Hillesum, la liberté retrouvée », tous les jours à 16h30 dans l'émission A vue d'Esprit sur RTS Espace 2 du 27 au 31 janvier, avec Didier Decoin, le pasteur et aumônier Christian Vez et le jésuite Beat Altenbach. Ecouter les émissions.

  • Encadré 1:

    Bibliographie
    Etty Hillesum, Une vie bouleversée, journal 1941-1943, suivi des lettres de Westerbork, Paris, Seuil. 1981.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Ven 09 juillet 2021

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

  • La 11ème plaie d’Egypte (2/9)

    Lun 05 juillet 2021

    Quel référentiel convoquer pour parler de la pandémie ? Et quelle implication a-t-elle eue sur la foi des croyantes et croyants ? Accompagnante spirituelle dans un home médicalisé, la protestante Marianne Guéroult parle d’une traversée du désert qui l’a tenue éloignée de ses proches.

  • "Subjectif!" épisode 10: Si la foi était un voyage?

    Ven 02 juillet 2021

    Découvrez aujourd'hui le dernier épisode d'une série de 10 capsules vidéo pour faire réfléchir sur la foi, au travers de questions parfois déroutantes posées à des chrétien·ne·s romand·e·s et au-delà. Des capsules de deux minutes environ à partager sans réserve sur tous les réseaux! une coproduction de La FREE, Médias-pro et DM.

  • « Quelqu’un te cherche ! »

    Jeu 01 juillet 2021

    Membre de l’église La Passerelle à Vevey (FREE), Katia Baechler, 44 ans, vient de sortir son premier roman. Elle y parle d’amour, d’espérance et de foi. « Parce que je crois que Dieu peut encore rencontrer chacun là où il se trouve », dit-elle jeudi 1er juillet sur la terrasse de sa maison.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !