Une semaine de deuil pour Desmond Tutu

mardi 28 décembre 2021

L’Afrique du Sud a entamé lundi 27 décembre une semaine de deuil pour l’archevêque Desmond Tutu, décédé dimanche.

Du lundi au vendredi de cette semaine, les cloches de la cathédrale Saint-Georges du Cap, dont il avait la charge, sonnent pendant 10 minutes à midi. Elles invitent les Sud-Africains à s’arrêter et à se recueillir en mémoire de cette figure morale de la lutte contre l’apartheid, mais aussi contre toutes inégalités. L’hommage est de type sons et lumières : la mairie chaque soir est illuminée de violet, la couleur de la robe du prélat de l’Eglise anglicane. Même la montagne de la Table, surplombant la ville du Cap se pare de cette même teinte dès la nuit tombée.

Un homme d’Eglise

Desmond Tutu était avant tout un homme d’Eglise avec une posture morale très forte, pour qui Dieu est du côté des opprimés. Il menait des manifestations « dans sa robe cléricale flottante avec sa croix comme bouclier », selon Graça Machel, la veuve de Nelson Mandela, rappelant ainsi ses engagements politiques. Mercredi, une cérémonie œcuménique doit intervenir dans la capitale de Pretoria. Jeudi, une cérémonie intime est prévue autour de sa veuve et vendredi, un hommage populaire pourra lui être rendu alors que son corps sera exposé à la cathédrale Saint-Georges. Enfin samedi, il y aura une messe funéraire. Mais on ne sait pas encore si des personnalités comme Barak Obama ou le Dalaï Lama, pour qui Desmond Tutu a été une figure de référence, pourront faire le voyage.

Théologie Ubuntu

On dit l’archevêque auteur d’une théologie Ubuntu de la réconciliation. Ce mot Ubuntu est issu des langues bantoues du sud de l’Afrique et désigne des concepts d’humanité et de fraternité. Il a été utilisé pour dépeindre un idéal de société opposé à la ségrégation durant l’apartheid, puis pour promouvoir la réconciliation nationale. Dix ans après avoir reçu le prix Nobel de la Paix en 1984, Desmond Tutu avait d’ailleurs été nommé à la tête de la Commission vérité et réconciliation chargée de faire entendre les violations des droits de l’homme commises entre 1960 et 1993 en Afrique du Sud. Pour lui, « quelqu’un d’Ubuntu est ouvert et disponible pour les autres », car il a conscience « d’appartenir à quelque chose de plus grand ».

Les hommages continuent de fuser partout dans le monde. « Dans les yeux de Desmond Tutu, nous avons vu l'amour de Jésus. Dans son rire, nous avons entendu la joie de Jésus », a notamment déclaré le chef spirituel des anglicans Justin Welby.

Gabrielle Desarzens

Une chronique à écouter ici 

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !