×

Message

Failed loading XML...

Un Jésuite en grève de la faim à Calais pour dénoncer le sort des migrants

vendredi 22 octobre 2021

Un Jésuite et deux militants associatifs font grève de la faim dans une église de Calais pour dénoncer le sort des migrants et des migrantes. Ils exigent notamment la suspension du démantèlement des abris de fortune construits à la hâte à l’approche de l’hiver, a indiqué jeudi 21 octobre le Père Philippe Demeestère. « Les conditions de vie des réfugiés sont des plus déplorables », lui fait écho Jean-Yves Lecoq, pasteur de l’Eglise évangélique des 2 caps.

Ce sont la destruction d’un grand lieu de vie où se trouvaient 1’000 migrants, le fait que les distributions de nourriture ne peuvent plus se faire nulle part ou encore l’augmentation du nombre de personnes à l’hôpital suite à des violences policière qui ont amené le prêtre septuagénaire à entreprendre une grève de la faim dans l’église Saint-Pierre de Calais il y a une semaine. Il est accompagné dans sa démarche par un couple de trentenaires, Anaïs Vogel et Ludovic Holbein. Leur décision fait aussi suite au décès d’un jeune Soudanais, mort percuté par un camion dans lequel il cherchait à monter pour se rendre en Angleterre. Et selon le Père Philippe Demeestère joint par téléphone, une deuxième personne vient de mourir de la même manière. Les trois grévistes se sont connus dans un atelier où ils gravaient sur des plaques de bois commémoratives les noms de centaines de réfugiés décédés en tentant d’atteindre les côtes britanniques. Des plaques qu’ils affichaient ensuite dans le centre-ville de Calais pour éveiller les consciences.  

Faire corps avec les exilés 

La grève de la faim représente l’acte de protestation ultime quand on a le sentiment de ne pas être entendu. Pour le Jésuite, il s’agit aussi de faire corps avec les exilés de façon très concrète jusqu’à « risquer sa peau », comme eux. « Nous disons ainsi par notre action que les migrants sont des êtres humains faits de la même chair que tout un chacun », dit-il. Les trois grévistes mettent donc clairement au défi les autorités d’aller jusqu’au bout pour faire valoir leur point de vue qui dit stop à la péjoration selon eux inhumaine de la situation des réfugiés et à la criminalisation des démarches de fraternité.

« On aide et on a le sentiment que cela devient illégal », témoigne le pasteur Jean-Yves Lecoq de l’Eglise évangélique des 2 caps. Les membres de sa communauté viennent notamment en aide à de jeunes Erythréens répartis sur deux camps, soit à environ 200 à 250 personnes. « Mais elles sont souvent déplacées, ne serait-ce que de quelques mètres, pour ne pas qu’elles s’installent, nous dit-on ». Certains membres de l’église lavent leur linge, d’autres collectent des couvertures à l’approche de l’hiver. « Mais on ne peut plus distribuer de la nourriture gratuitement dans certains endroits de la ville ».    

Durcissement à l’égard des migrants

Les grévistes ont trois revendications claires. Il y a d’une part la suspension des expulsions quotidiennes durant la trêve hivernale. D’autre part l’arrêt de la confiscation des tentes et effets personnels des migrants. Et enfin l’ouverture d’un « dialogue citoyen raisonné » entre autorités publiques et associations non mandatées par l’Etat. Pour le gréviste Ludovic, il s’agit juste de faire en sorte que les gens ne se retrouvent pas à dormir sous la pluie à même le sol. Une demande basique mais qui cristallise toujours les fronts à Calais où la question migratoire est souvent récupérée dans un contexte de pré-campagne électorale avec un durcissement des attitudes à l’égard des réfugiés, explique le Père Demeestère.

Selon un rapport de Human Rights Observers, 1’058 expulsions de lieux de vie informels ont eu lieu à Calais et à Grande-Synthe en 2020. Au cours de ces démantèlements, près de 5'000 tentes et bâches et plus de 1'150 sacs de couchage ont été saisi par les forces de l’ordre. Ce matériel est régulièrement détruit de même que les vêtements, téléphones portables et documents administratifs.  

Gabrielle Desarzens

Une chronique à écouter

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !