Renvoi d’un Pakistanais converti au christianisme : la Suisse épinglée

mercredi 27 avril 2022

La Cour européenne des droits de l’homme a épinglé mardi 26 avril la Suisse concernant le renvoi vers son pays d’origine d’un Pakistanais converti de l’islam au christianisme. Elle lui a demandé de surseoir à son expulsion.

Les juges européens ont estimé à l’unanimité que la décision de renvoi de cet homme musulman qui a renié sa foi d’origine violerait les dispositions de la Convention européenne des droits de l’homme sur le « droit à la vie » et sur « l’interdiction de la torture, des traitements inhumains ou dégradants ». Ils estiment que les autorités suisses n’ont pas suffisamment évalué le risque que le requérant courrait en cas de retour au Pakistan.

Arrivé en Suisse en 2015, l’intéressé s’est converti au christianisme l’année suivante en se faisant baptiser dans une église mennonite. Lors de son audition en 2017, il était accompagné d’un pasteur qui a pu témoigner de l’engagement de ce paroissien au sein de l’Armée du Salut. Mais en 2018, sa demande d’asile a été refusée. Une décision confirmée par le Tribunal administratif en 2020.  

Application toujours plus restrictive

Selon l’avocat neuchâtelois Olivier Bigler, actif dans ce qu’il appelle la défense des droits fondamentaux, les autorités suisses appliquent les conventions de Genève sur les réfugiés de façon toujours plus restrictive, même si la religion est un motif d’asile, et un facteur de persécution reconnu par le droit international. Selon l’avocat, Berne part du principe que si le gouvernement d’un pays n’est pas au courant de la conversion d’un de ses citoyens, celui-ci ne risque rien. Mais pour l’avocat, c’est un peu comme mettre une souris dans la cage d’un lion qui dort et espérer que celui-ci ne se réveille pas. Et c’est sans compter la persécution familiale qui peut être considérable.

Des conversions opportunistes ?

Il est vrai que la justice suisse craint des conversions opportunistes. Car n’importe qui peut se déclarer chrétien, pour reprendre le cas précis. C’est d’ailleurs un vrai problème pour les convertis qui demandent l’asile de réussir à faire reconnaître l’authenticité de leur nouvelle foi. Car suivant où, ils risquent non seulement la prison et la torture, mais la mort, tout simplement. A noter que l’apostasie ne concerne pas que les musulmans convertis au christianisme. Les ressortissants hindous en Inde qui se convertissent à l’islam peuvent également être considérés comme des apostats. Un nom qui qualifie celle ou celui qui rejette la religion de sa communauté et qui prend des risques sévères quand la confession du pays dont il est issu est un marqueur identitaire fort, voire un instrument lié à l’Etat. Dans certains pays, des polices particulières surveillent de près ces conversions.

Olivier Bigler dit s’occuper actuellement d’une dizaine d’Iraniens considérés comme apostats puisque devenus chrétiens. En reprenant son image, il précise que ni en Iran, ni en Inde, ni au Pakistan, le lion ne dort.

Gabrielle Desarzens

Une chronique à voir et à écouter Sur RTS La Première

 

Laissez une réaction

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !