Initiatives pour des multinationales responsables: «Au nom de l’argent tout-puissant» par Jean-René Moret

jeudi 13 février 2020

Le peuple suisse devrait voter en automne ou en hiver prochain sur l’initiative pour des multinationales responsables. Objectif : obliger les multinationales qui ont leur siège en Suisse à respecter les droits humains et l’environnement à l’étranger. Le pasteur Jean-René Moret s’interroge sur les valeurs qui président aux débats autour de cette question sous la coupole fédérale.

Les chambres fédérales débattent et tergiversent ces temps sur l’initiative pour des multinationales responsables. Il s’agit en bref de tenir les multinationales basées en Suisse pour responsables de leurs agissements à l’étranger. Ceci en incluant aussi un devoir de diligence par rapport à leurs sous-traitants. Si le Conseil national a proposé un contre-projet satisfaisant les initiants, le Conseil des États et le Conseil fédéral veulent une approche très peu contraignante pour les entreprises.

« Ce serait mauvais pour la place économique ! »

L’argument central est économique : ce serait mauvais pour la place économique suisse. On risquerait de perdre des points de PIB. Et il semble que quand cela est dit, on ait tout dit.

Et il n’y a pas de quoi être étonné. On la connaît cette rengaine. Interdire la vente d’armes à l’étranger ? Mauvais pour l’économie. Accorder deux semaines de congé paternité ? Dangereux pour la croissance, disent les référendaires. Cesser d’acheter l’or sud-africain au temps de l’Apartheid ? Combien cela nous aurait-il coûté ? Réduire drastiquement les émissions de CO2 au niveau mondial ? « Et notre croissance ! », s’écrie-t-on.

Tout doit se mesurer en points de croissance, et malheur, malheur à celui qui vote contre la prospérité du pays. Qu’importe qu’on arme – indirectement et contre notre gré bien sûr (mais oui...) – des parties belligérantes, qu’on cautionne l’exploitation des faibles et le pillage de la nature, qu’importe la décence, l’éthique ou le soin aux enfants, on ne peut tout de même pas risquer de s’appauvrir.

« Au nom de l’argent tout-puissant ! »

Notre Constitution fédérale est fameusement introduite par l’invocation : « Au nom de Dieu tout-puissant ». S’il faut en juger par nos comportements et les arguments qui emportent trop souvent la mise, il nous faudra ajouter une note de bas de page pour préciser que par « Dieu tout-puissant », on entend en fait l’argent. Qui est en effet celui dont nous attendons le secours, celui que nous craignons d’offenser, celui au regard duquel nous jugeons de toutes les questions ? Apparemment pas le Dieu de la révélation chrétienne, créateur d’une nature dont nous sommes responsables et de tous les êtres humains, dotés d’une égale valeur. Non, ce sont les arguments économiques qui déterminent notre conduite, faisant de nous des adorateurs et des esclaves de l’argent. Si notre prospérité, notre style et notre niveau de vie reposent sur le commerce des armes et l’indulgence envers les exploiteurs, si l’on ne peut plus prendre le risque de fâcher les mastodontes de l’économie, l’argent est notre maître et non notre serviteur.

La sagesse d’Ulrich Zwingli

Concluons en citant Ulrich Zwingli, le réformateur de Zurich, qui parlait en son temps du mercenariat, institution lucrative que nous nous félicitons aujourd’hui d’avoir abolie :

« Il est vrai que les ressources de notre pays ne peuvent suffire au luxe qui s’est introduit dans nos montagnes ; mais si, satisfaits du sort que Dieu nous a accordé, nous voulions mener la vie simple de nos ancêtres, nous n’aurions pas besoin de cet argent. »

Jean-René Moret, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny (FREE)

Cette opinion est parue le jeudi 13 février dans la rubrique « L’invité » du quotidien 24heures.

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

25 novembre

  • «Dieu dans mes épreuves» avec Marjorie Waefler (One’Talk)
  • «Besoin d'amour» avec Gilles Geiser (Vitamine B)

2 décembre

  • «Une terre à nouveau fertile» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Entreprendre le changement» avec Damien Boyer (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Je n’aime ni le bonheur qui se vend, ni le 'hold-up' de la joie. La liberté, par contre, j’y crois ! »

    Ven 27 novembre 2020

    Quatre dimanches de l’Avent… et quatre personnes qui prennent la plume pour apporter une réflexion autour d’un mot qu’ils ont choisi. Ce dimanche 29 décembre, Robin Reeve, 56 ans, professeur à la HET-PRO, nous parle de LIBERTÉ. « Car Jésus est venu nous libérer de nos enfermements. »

  • Danser les lettres hébraïques comme une prière

    Lun 16 novembre 2020

    Gestuelle méditative basée sur les lettres hébraïques, la Téhima est enseignée à Renens (VD). Dans cette discipline chorégraphique, le corps se meut telle la plume d’un calligraphe. « Et l’on se trouve à la source du Verbe », explique Marc-Alain Ouaknin, philosophe, écrivain et rabbin français, dimanche 15 novembre, au micro de Gabrielle Desarzens dans l’émission Hautes Fréquences.

  • De multiples paroisses responsables

    Lun 02 novembre 2020

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Lun 26 octobre 2020

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !