Initiatives pour des multinationales responsables: «Au nom de l’argent tout-puissant» par Jean-René Moret

jeudi 13 février 2020

Le peuple suisse devrait voter en automne ou en hiver prochain sur l’initiative pour des multinationales responsables. Objectif : obliger les multinationales qui ont leur siège en Suisse à respecter les droits humains et l’environnement à l’étranger. Le pasteur Jean-René Moret s’interroge sur les valeurs qui président aux débats autour de cette question sous la coupole fédérale.

Les chambres fédérales débattent et tergiversent ces temps sur l’initiative pour des multinationales responsables. Il s’agit en bref de tenir les multinationales basées en Suisse pour responsables de leurs agissements à l’étranger. Ceci en incluant aussi un devoir de diligence par rapport à leurs sous-traitants. Si le Conseil national a proposé un contre-projet satisfaisant les initiants, le Conseil des États et le Conseil fédéral veulent une approche très peu contraignante pour les entreprises.

« Ce serait mauvais pour la place économique ! »

L’argument central est économique : ce serait mauvais pour la place économique suisse. On risquerait de perdre des points de PIB. Et il semble que quand cela est dit, on ait tout dit.

Et il n’y a pas de quoi être étonné. On la connaît cette rengaine. Interdire la vente d’armes à l’étranger ? Mauvais pour l’économie. Accorder deux semaines de congé paternité ? Dangereux pour la croissance, disent les référendaires. Cesser d’acheter l’or sud-africain au temps de l’Apartheid ? Combien cela nous aurait-il coûté ? Réduire drastiquement les émissions de CO2 au niveau mondial ? « Et notre croissance ! », s’écrie-t-on.

Tout doit se mesurer en points de croissance, et malheur, malheur à celui qui vote contre la prospérité du pays. Qu’importe qu’on arme – indirectement et contre notre gré bien sûr (mais oui...) – des parties belligérantes, qu’on cautionne l’exploitation des faibles et le pillage de la nature, qu’importe la décence, l’éthique ou le soin aux enfants, on ne peut tout de même pas risquer de s’appauvrir.

« Au nom de l’argent tout-puissant ! »

Notre Constitution fédérale est fameusement introduite par l’invocation : « Au nom de Dieu tout-puissant ». S’il faut en juger par nos comportements et les arguments qui emportent trop souvent la mise, il nous faudra ajouter une note de bas de page pour préciser que par « Dieu tout-puissant », on entend en fait l’argent. Qui est en effet celui dont nous attendons le secours, celui que nous craignons d’offenser, celui au regard duquel nous jugeons de toutes les questions ? Apparemment pas le Dieu de la révélation chrétienne, créateur d’une nature dont nous sommes responsables et de tous les êtres humains, dotés d’une égale valeur. Non, ce sont les arguments économiques qui déterminent notre conduite, faisant de nous des adorateurs et des esclaves de l’argent. Si notre prospérité, notre style et notre niveau de vie reposent sur le commerce des armes et l’indulgence envers les exploiteurs, si l’on ne peut plus prendre le risque de fâcher les mastodontes de l’économie, l’argent est notre maître et non notre serviteur.

La sagesse d’Ulrich Zwingli

Concluons en citant Ulrich Zwingli, le réformateur de Zurich, qui parlait en son temps du mercenariat, institution lucrative que nous nous félicitons aujourd’hui d’avoir abolie :

« Il est vrai que les ressources de notre pays ne peuvent suffire au luxe qui s’est introduit dans nos montagnes ; mais si, satisfaits du sort que Dieu nous a accordé, nous voulions mener la vie simple de nos ancêtres, nous n’aurions pas besoin de cet argent. »

Jean-René Moret, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny (FREE)

Cette opinion est parue le jeudi 13 février dans la rubrique « L’invité » du quotidien 24heures.

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

  8 avril

  • «Il m'a donné un nom» avec Christine Gallay (CMI)
  • «Les projets de l'Eternel» avec Emmanuel Ziehli (Vitamine B)
15 avril
  • «Apprendre de la création» avec Dave Bookless (Intelligence de la foi)
  • «Yeshua» avec Chuch for the Nations (Music Zone)

myfreelife.ch

  • Jean Ziegler: « Il existe une fraternité de la nuit entre les hommes »

    Lun 06 avril 2020

    Quid du covid-19 dans les camps de migrants ? Ceux-ci y vivent entassés, comme à Lesbos, où le sociologue Jean Ziegler s’est rendu pour dénoncer les conditions indignes qui y règnent1. Et pourtant, même si la pandémie menace dans ces lieux où la promiscuité est un euphémisme, l’ancien rapporteur spécial des Nations-Unies pour le droit à l’alimentation croit que l’Histoire a un sens. Et qu’il existe ce qu’il appelle « une mystérieuse fraternité de la nuit entre les hommes ». Il était au micro de Gabrielle Desarzens dimanche 5 avril dans Babel.

  • Mettre la crise en crise

    Mar 31 mars 2020

    En cette période de confinement, la vie de foi est une ressource qui nous pousse à ne pas nous enfermer « dans le bunker de la peur et de la protection ». C’est notamment ce qu’a dit Panteleimon Giannakopoulos, professeur de psychiatrie à l’Université de Genève qui répondait aux questions de Gabrielle Desarzens dans l’émission Babel du 22 mars dernier.

  • «Chronique de la salle de bain #8» : «En chacun de nous sommeillent deux loups...» (Marie Ray)

    Jeu 26 mars 2020

    Un indien raconte à son petit-fils une parabole sur le coeur de l'homme: il y aurait en celui-ci deux loups... un bon et un mauvais. Lequel va gagner? C'est la réflexion que nous propose Marie Ray à l’occasion de sa huitième « Chronique de la salle de bain ». Un clip à découvrir.

  • Coronavirus : la fragilité des personnes en souffrance psychique mise à l’épreuve

    Jeu 26 mars 2020

    Les moments de partage se sont multipliés à La Maison Béthel, qui accueille des adultes en fragilité psychique passagère ou chronique. « La parole soulage. Et notre population doit pouvoir dire. Et se dire », résume jeudi 26 mars Claude-Alain Nuti, l’un de ses deux aumôniers.

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

Blogs évangéliques

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !