Les évangéliques font du "vacarme" sur la Radio suisse romande

Culte dans une Eglise évangélique romande
Culte dans une Eglise évangélique romande (Cédric Roulet) icon-info
samedi 17 février 2024

La semaine du 12 au 18 février, l'émission Vacarme de la RTS a tenté de cerner pourquoi les communautés évangéliques attirent plus de 40'000 fidèles en Romandie. Le journaliste Samuel Socquet a tendu son micro à plusieurs membres (et ex-membres) d'Eglises évangéliques entre Tavannes, Lausanne et Genève. Des reportages aux titres un brin provocateurs. Mais plutôt représentatifs des convictions évangéliques sur le fond, selon Stéphane Klopfenstein, directeur adjoint du Réseau évangélique suisse (RES).

Le Réseau évangélique a-t-il été approché par la production de Vacarme?
Oui, pour les mettre en relation avec des pasteurs ou responsables d'Eglises. Nous avons eu de bons contacts avec les journalistes, ils ont compris que nous ne sommes pas une faîtière des évangéliques mais un réseau d'Eglises. Nous avons proposé qu'un responsable du RES intervienne dimanche 18 février dans les Echos de Vacarme, pour clore la série. La production préférait recevoir des intervenants extérieurs au milieu évangélique (NDLR: Le sociologue des religions Philippe Gonzales et le socio-antropologue Philippe Gilbert).

A vos yeux, ces cinq reportages représentent-ils bien les convictions des Eglises affiliées au RES?
D'un côté oui, avec l'Armée du Salut qui est présente dans le premier reportage. Cette Eglise a une approche ecclésiale et sociale caractéristique du mouvement évangélique. L'Eglise Cathedral international (Renens), qui n'est pas membre du RES, est un peu moins représentative. La production aurait pu mettre en évidence une communauté évangélique plus "classique", illustrant mieux la grande famille des évangéliques avec ses différentes dimensions.

Qu'est-ce qui vous a surpris?
Les reportages étaient bien réalisés, la parole donnée à différents témoins. J'ai beaucoup apprécié le premier épisode, où les journalistes accompagnent des chrétiens de l'Armée du Salut dans la rue. J'ai aussi été touché par Lucas, ce jeune qui a prié pour que Dieu se révèle au journaliste comme il s'est révélé dans sa vie à lui.
Il y avait aussi des aspects plus dérangeants, qui induisent une sorte d'auto-critique. Cette approche assez "absolue" que nous pouvons avoir, nous les évangéliques. Jésus dit qu'il est le seul chemin vers Dieu. Cela peut déranger certaines personnes.

Dans le reportage sur l'homosexualité, j'ai été surpris négativement par le déséquilibre entre les témoignages: d'un côté, quatre hommes qui ont fait leur coming-out et quitté le milieu évangélique. De l'autre, Liliane Favarger, seule personne qui ose partager une position différente, qui est aussi celle défendue par le RES.

De l'extérieur, il est compliqué d'appréhender l'évangélisme, en raison de ses nombreuses "familles" (baptistes, libristes, pentecôtistes, mennonites etc…). Quelles sont leurs convictions communes?
L'importance d'une foi personnelle, c'est-à-dire d'accepter Jésus comme son Sauveur et de marcher dans ses pas. La centralité de la Bible. Et le désir de partager l'Evangile autour de soi afin que d'autres découvrent cette bonne nouvelle. Malgré la variété des Eglises évangéliques, ces trois éléments sont les dénominateurs communs. Je trouve qu'ils sont bien ressortis dans les reportages de Vacarme.

Une autre caractéristique mise en lumière, c'est que les Eglises évangéliques apportent du lien social et un sentiment d'appartenance….
C'est un aspect très important de nos communautés évangéliques, et certainement une raison de leur attractivité. L'Eglise est vécue comme une famille, un lieu où l'on se sent accueilli. Au culte, on peut être soi-même, contrairement au monde du travail avec sa pression et ses exigences. On peut vivre la communion fraternelle, s'entraider, se servir, s'aimer. On peut vraiment vivre l'Evangile et créer du lien social. Notre foi donne du sens à la vie: en appartenant à Dieu, on entre aussi dans sa famille. Cette fraternité fait vraiment partie de l'ADN des évangéliques.

Un des reportages évoque des "séances de guérison avec des gens en état de transe". Votre réaction?
Quand on est dans la présence de Dieu, on peut s'approcher de l'état de transe. Une des définitions du dictionnaire parle d'ailleurs d'un "état d'exaltation d'une personne qui se sent comme transportée hors d'elle-même et en communion avec un au-delà". Cela fait partie de notre humanité. Ce type de manifestation peut exister dans les Eglises dites charismatiques mais toutes les communautés évangéliques ne l'expérimentent pas.

Pour écouter les podcast de Vacarme

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !