Déclaration de Larnaca : Juifs messianiques et Palestiniens chrétiens avocats les uns des autres dans leur communauté

Camille Kursner vendredi 18 mai 2018

Face à l’un des conflits les plus difficiles au monde, 30 Juifs messianiques et Palestiniens chrétiens ont décidé de faire primer leur identité chrétienne sur leurs différences. C’est ce que révèle la Déclaration de Larnaca publiée par la revue de réflexion théologique Hokhma dans son dernier numéro. Suite à l’Initiative de Lausanne pour la Réconciliation en Israël-Palestine lancée à Cape Town en 2010, cette déclaration témoigne du fait que ces deux communautés choisissent le dialogue, plutôt que la confrontation et la violence.

« Nous avons adoré, prié et étudié les Ecritures ensemble. Nous avons formé et approfondi des amitiés en mangeant, en buvant et en parlant ensemble dans la fraternité de l’Evangile. » Telles sont les premières lignes de la Déclaration de Larnaca signée par 30 Juifs messianiques et Palestiniens chrétiens, suite à l’Initiative de Lausanne pour la Réconciliation en Israël-Palestine lancée à Cape Town dans le cadre du Troisième Congrès de Lausanne en 2010. La Déclaration de Larnaca a été publiée en anglais en 2016. Elle vient d’être traduite en français par la revue de réflexion théologique Hokhma (1).

Un engagement à s’aimer et à vivre ouvertement l’unité au sein du conflit !

Malgré les tensions palpables dans le débat, Juifs messianiques et Palestiniens chrétiens ont fait le choix de s’engager les uns envers les autres à vivre concrètement leur unité en Christ. Bien conscients de leurs différences historiques, politiques et théologiques, les représentants de ces deux communautés se sont engagés à affirmer ouvertement leur unité en tant que disciples de Jésus-Christ au sein du conflit et des divisions qu’ils connaissent.

En reconnaissant les « zones de défi et de désaccord théologique », la réaffirmation de l’unité se base non seulement sur l’appel de Jésus en Jean 17 à être « un », tout comme il est « un » avec le Père, mais elle tend aussi à maintenir « des standards éthiques de vie dignes de l’appel, dans toutes nos attitudes, nos paroles et nos actes. »

Des actions pratiques qui expriment l’espoir pour l’avenir !

« Nous refuserons de nous dénoncer, de nous déshumaniser ou de nous diaboliser les uns les autres ou nos communautés respectives » ! Ces paroles fortes lancent un appel à faire évoluer les relations de ces deux communautés dans leur quotidien. Selon les participants, les opinions « incompatibles » ne doivent pas être un frein à l’expression de l’amour, de la paix et de l’unité de l’Esprit.

Ainsi, la Déclaration de Larnaca propose des actions qui favorisent l’entente, l’écoute et le savoir-vivre telles que le fait de ne pas « rendre publics les griefs contre un frère ou une sœur, ou les ministères ou organisations qu’ils représentent » ou l’engagement d’une défense mutuelle dans leur camp. « Nous nous engageons dans les intentions et les actions suivantes à être les avocats les uns des autres dans nos communautés, particulièrement pendant les temps de violence accrue... »

Apprendre à s’accepter

L’unité passe aussi par la reconnaissance et l’acceptation des différences historiques, sociales et théologiques. Quand bien même « beaucoup de Juifs messianiques voient le retour des Juifs dans le pays et l’établissement de l’Etat d’Israël comme un signe de la fidélité de Dieu envers son peuple Israël », quand bien même « beaucoup de Palestiniens chrétiens considèrent la présence de l’Eglise chrétienne dans leur pays comme un témoignage de la fidélité de Dieu et l’établissement de l’Etat d’Israël comme une catastrophe », la Déclaration de Larnaca invite les deux communautés à se respecter, à reconnaître l’identité et la légitimité de l’autre.

L’étude et la prière au secours des différences !

Les réunions entre les théologiens juifs messianiques et chrétiens palestiniens n’ont pas toujours été évidentes ! Elles étaient même très intenses et chargées en émotions, avec parfois quelques désaccords tranchants. Cependant, les divers participants ont pu signer la Déclaration de Larnaca à la fin des discussions. Pour le théologien britannique Christopher Wright, facilitateur de ces rencontres et principal artisan de L’Engagement du Cap (2), « cela relève du miracle ! L’étude et la prière sont venues au secours des différences entre les deux communautés. »

Camille Kursner

Notes
1 « Présentation de la Déclaration de Larnaca », Hokhma 112/2017, pp. 5-7. Puis « Déclaration de Larnaca (janvier 2016) », Hokhma 112/2017, pp. 9-19. La Déclaration de Larnaca est disponible sur le site de la revue Hokma (voir le no 112).
2 Troisième Congrès de Lausanne pour l’évangélisation du monde, L’Engagement du Cap, Une confession de foi et un appel à l’action, Marpent, BLF Europe, 2011. Pour ce qui a trait à la primauté de l’amour mutuel dans la famille de Dieu, voir pp. 40-41.
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Ven 09 juillet 2021

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

  • La 11ème plaie d’Egypte (2/9)

    Lun 05 juillet 2021

    Quel référentiel convoquer pour parler de la pandémie ? Et quelle implication a-t-elle eue sur la foi des croyantes et croyants ? Accompagnante spirituelle dans un home médicalisé, la protestante Marianne Guéroult parle d’une traversée du désert qui l’a tenue éloignée de ses proches.

  • "Subjectif!" épisode 10: Si la foi était un voyage?

    Ven 02 juillet 2021

    Découvrez aujourd'hui le dernier épisode d'une série de 10 capsules vidéo pour faire réfléchir sur la foi, au travers de questions parfois déroutantes posées à des chrétien·ne·s romand·e·s et au-delà. Des capsules de deux minutes environ à partager sans réserve sur tous les réseaux! une coproduction de La FREE, Médias-pro et DM.

  • « Quelqu’un te cherche ! »

    Jeu 01 juillet 2021

    Membre de l’église La Passerelle à Vevey (FREE), Katia Baechler, 44 ans, vient de sortir son premier roman. Elle y parle d’amour, d’espérance et de foi. « Parce que je crois que Dieu peut encore rencontrer chacun là où il se trouve », dit-elle jeudi 1er juillet sur la terrasse de sa maison.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !