20 Israéliens et Palestiniens en Suisse cet été pour un camp de Musalah

vendredi 07 mai 2010

Musalaha, la dynamique de réconciliation entre Palestiniens et Israéliens, organise cet été un camp en Suisse. De jeunes Israéliens et Palestiniens vont faire le déplacement de l’arc lémanique. Découverte d’une démarche née voilà une année à l’occasion d’un voyage coorganisé par Portes Ouvertes et la FREE.

Du 20 au 29 août prochain, une vingtaine de jeunes israéliens et palestiniens entre 15 et 18 ans vont vivre un camp Musalaha à Arzier sur la Côte vaudoise. Underground, le ministère pour la jeunesse de Portes Ouvertes, organise le volet logistique de ce camp.

Un projet né d’un voyage coorganisé par la FREE
« En fait, l’idée a germé en 2009, explique Robi*, lors d’un camp pour jeunes en Israël-Palestine, coorganisé par la FREE et par Portes Ouvertes. Devant le travail de réconciliation mené par l’association Musalaha, nous nous sommes lancé ce défi d’organiser un de ces camps en Suisse. »
Le projet est là. A portée de main ! Parmi la vingtaine de Romands et de Français qui ont participé au camp de 2009, une dizaine s’implique dans l’organisation et a mis au point un programme attrayant pour ces jeunes du Moyen-Orient. Alors, certes, il y aura des temps d’enseignement et d’accompagnement tels que Musalaha les conduit d’ordinaire dans le désert avec les jeunes qu’elle encadre, mais il y aura aussi de nombreuses animations couleur locale : une via ferrata, conduite par des membres du Club alpin suisse, une initiation à un cours de samaritains, la visite d’une fabrique de chocolat, des villes de Berne et de Genève... « C’est vraiment génial, lâche Robi, de voir les participants à notre voyage de 2009 et d’autres aussi, se motiver ainsi pour l’organisation de cet événement ! »

L’Evangile fait une différence !
Pour ce permanent de Portes Ouvertes, une ONG spécialisée dans la défense de l’Eglise persécutée, il n’y a que l’Evangile de Jésus-Christ qui puisse faire une différence en Israël-Palestine. En 2006, alors qu’il était en visite à Bethléem dans une famille palestinienne, il a été surpris de rencontrer une femme qui avait des contacts téléphoniques avec une juive messianique d’Haïfa et qui priait pour elle. « Nous étions en plein bombardements du nord d’Israël depuis le sud du Liban, explique Robi, et cette Palestinienne, au lieu de se réjouir de ce qui pouvait arriver à des Israéliens, le déplorait en disant qu’elle souffrait pour son amie, sa soeur en Christ ! » Tout cela avait été rendu possible grâce à un camp Musalaha où ces deux femmes s’étaient rencontrées.
« C’est une goutte d’eau, relève l’organisateur du camp de cet été. Mais à force de gouttes d’eau, l’eau de l’océan peut devenir plus douce ! »
Serge Carrel

* Nom de famille connu de la rédaction.

Pour parrainer ce camp : Portes Ouvertes, CCP 10-32677-5, mention « Camp Musalaha 2010 ».


Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !