Multinationales responsables: «Profiter de richesses qui reposent sur des injustices n’est pas chrétien!» par Markus Meury (ChristNet)

Markus Meury vendredi 06 novembre 2020

Le 29 novembre, les Suisses voteront sur une initiative populaire « Entreprises responsables – pour protéger l’être humain et l’environnement ». Lafree.info vous propose le point de vue personnel de Markus Meury, membre de l’association ChristNet et ancien coordinateur de StopPauvreté en Suisse allemande.

 

En tant que chrétiens, nous sommes appelés à pratiquer la justice et à préserver la création de Dieu. Déjà dans l'Ancien Testament, les prophètes appelaient le peuple et ses dirigeants à supprimer l'injustice, comme par exemple dans le livre du prophète Esaïe : « Voici le jeûne auquel je prends plaisir : détache les chaînes de la méchanceté, dénoue les liens de la servitude, renvoie libres les opprimés, et que l'on rompe toute espèce de joug » (Esaïe 58.6). Le Nouveau Testament décrit également comment Dieu se montre solidaire des pauvres et des personnes traitées injustement : « Voici que les salaires des ouvriers qui ont fauché vos champs, les salaires que vous leur avez retenus, crient vers le ciel ; les cris de lamentation de ceux qui ont moissonné votre récolte sont parvenus aux oreilles de l'Éternel des armées » (Jacques 5.4).

Pratiquer le bien de manière proactive

Dieu ne se préoccupe pas seulement du fait que nous ne devons pas accomplir d’actions mauvaises, mais aussi du fait que nous avons à pratiquer le bien de manière proactive. C'est précisément ainsi que le jugement à la fin des temps sera rendu : « Toutes les fois que vous n'avez pas fait ces choses à l'un de ces plus petits, c'est à moi que vous ne les avez pas faites » (Matthieu 25.45). La préservation de la création en fait partie, car, si nous la détruisons, nos enfants et les générations suivantes n'auront plus de moyens de subsistance. « L'Eternel Dieu prit l'homme, et le plaça dans le jardin d'Eden pour le cultiver et pour le garder » (Genèse 2.15). Mais surtout : que ressentirions-nous, nous-mêmes, en voyant quelqu'un détruire sans s'en soucier l'œuvre d'art que nous avons créée ? Comment Dieu sera-t-il honoré si nous piétinons ainsi sa grande création ? 

Dieu s'oppose clairement aux richesses acquises par l'injustice : « Comme une perdrix qui couve des oeufs qu'elle n'a point pondus, tel est celui qui acquiert des richesses injustement ; au milieu de ses jours il doit les quitter, et à la fin il n'est qu'un insensé » (Jérémie 17.11). Nous bénéficions du fait que des entreprises qui ont leur siège en Suisse nous transfèrent la richesse des mines d'Afrique et d'Amérique du Sud. Mais nous ne devons pas profiter de cette richesse si elle repose sur des injustices !

Quiconque cause des dommages doit être tenu pour responsable

Dans notre législation, une des règles de base est que ceux qui causent des dommages en assument la responsabilité. Cela s'applique également aux entreprises. Mais dans les pays pauvres, de nombreux gouvernements sont faibles ou corrompus. Les plaintes de la population ou des organisations environnementales sont rarement prises en considération. C'est pourquoi il est nécessaire de pouvoir lancer une procédure dans le pays du siège des entreprises.

Les mesures volontaires des entreprises ne suffisent pas

Certaines entreprises profitent de leur impunité et causent d'énormes dégâts. Se confier à une autodéclaration des entreprises sur leurs agissements, tel que cela est prévu par le contre-projet du Parlement, ne suffit évidemment pas, car cela correspond largement aux pratiques actuelles qui visent avant tout à montrer une bonne image au public. Cela ne permettrait pas de résoudre les problèmes connus aujourd'hui sur les pratiques de certaines entreprises.

Les grandes entreprises et Economiesuisse ont lancé une campagne gigantesque contre cette initiative. Pourquoi se donner tant de mal si ces entreprises sont déjà irréprochables ? L'agence FurrerHugi mène à elle seule une campagne de 8 millions de francs suisses. Elle diffuse de fausses affirmations d'un genre que nous ne connaissions jusqu'ici que dans les campagnes présidentielles dans d'autres pays. Si les entreprises n'avaient rien à craindre de la nouvelle loi, elles n'engageraient pas tous ces moyens-là. L'initiative est donc vraiment nécessaire !

Avantages injustes

De nombreuses entreprises respectent la loi et respectent dans leurs pratiques la population et l'environnement. Elles ne doivent pas être victimes d’un désavantage concurrentiel par rapport à des entreprises peu scrupuleuses, qui réalisent des profits à partir d’injustices commises.

Les droits de l'homme sont un minimum. La Suisse a les ressources suffisantes pour oser les faire respecter à ses entreprises. L'initiative ne demande que la base d'une vie digne : des droits humains fondamentaux respectés, et un environnement préservé pour éviter des menaces sur la santé des personnes. Si nous ne pouvons pas nous permettre cela, c'est une déclaration de faillite pour notre pays !

Markus Meury
Ancien coordinateur de StopPauvreté en Suisse allemande et membre de l’association ChristNet
  • Encadré 1:

    A découvrir : un documentaire des partisans de l’initiative

    Les partisans de l’initiation « Entreprises responsables » ont réalisé un documentaire intitulé « Multinationales : l’enquête ». Il est disponible sur le site de la campagne et visible ici.

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Ven 09 juillet 2021

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

  • La 11ème plaie d’Egypte (2/9)

    Lun 05 juillet 2021

    Quel référentiel convoquer pour parler de la pandémie ? Et quelle implication a-t-elle eue sur la foi des croyantes et croyants ? Accompagnante spirituelle dans un home médicalisé, la protestante Marianne Guéroult parle d’une traversée du désert qui l’a tenue éloignée de ses proches.

  • "Subjectif!" épisode 10: Si la foi était un voyage?

    Ven 02 juillet 2021

    Découvrez aujourd'hui le dernier épisode d'une série de 10 capsules vidéo pour faire réfléchir sur la foi, au travers de questions parfois déroutantes posées à des chrétien·ne·s romand·e·s et au-delà. Des capsules de deux minutes environ à partager sans réserve sur tous les réseaux! une coproduction de La FREE, Médias-pro et DM.

  • « Quelqu’un te cherche ! »

    Jeu 01 juillet 2021

    Membre de l’église La Passerelle à Vevey (FREE), Katia Baechler, 44 ans, vient de sortir son premier roman. Elle y parle d’amour, d’espérance et de foi. « Parce que je crois que Dieu peut encore rencontrer chacun là où il se trouve », dit-elle jeudi 1er juillet sur la terrasse de sa maison.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !