Il y a porte et porte…

Jacques Blandenier vendredi 02 septembre 2022

 Une porte de prison ouverte. Une porte d'Eglise fermée. Cette « évasion » de l'apôtre Pierre nous interpelle. Elle nous dit que les fermetures et les blocages ne sont pas toujours là où on les attend.

Texte biblique

En ce temps-là, le roi Hérode se mit à persécuter quelques-uns des membres de l’Eglise. Il fit mourir par l’épée Jacques, le frère de Jean. Puis, quand il vit que cela plaisait aux Juifs, il fit encore arrêter Pierre. […] Hérode le fit mettre en prison et chargea quatre groupes de quatre soldats de le garder. Il pensait le faire juger en public après la Pâque. Pierre était donc gardé dans la prison, mais les membres de l’Eglise priaient Dieu pour lui avec ardeur.

La nuit précédant le jour où Hérode allait le faire juger en public, Pierre dormait entre deux soldats. Il était lié avec deux chaînes, et des gardiens étaient à leur poste devant la porte de la prison. Soudain un ange du Seigneur apparut et une lumière brilla dans la cellule. L’ange toucha Pierre au côté, le réveilla et lui dit : « Lève-toi vite ! »

Les chaînes tombèrent alors de ses mains. Puis l’ange lui dit : « Mets ta ceinture et attache tes sandales ». Pierre fit ainsi, et l’ange lui dit : « Mets ton manteau et suis-moi ».

Pierre sortit de la prison en suivant l’ange. Il ne pensait pas que ce que l’ange faisait était réel : il croyait avoir une vision. Ils passèrent le premier poste de garde puis le second et arrivèrent à la porte de fer qui donne sur la ville. Cette porte s’ouvrit d’elle même devant eux et ils sortirent. Ils s’avancèrent dans une rue et, tout à coup, l’ange quitta Pierre.

Alors Pierre se rendit compte de ce qui était arrivé et dit : « Maintenant je vois bien que c’est vrai, le Seigneur m’a envoyé son ange, il m’a délivré du pouvoir d’Hérode et de tout le mal que le peuple juif me souhaitait ».

Quand il eut compris la situation, il se rendit à la maison de Marie, mère de Jean surnommé Marc. De nombreuses personnes s’y étaient réunies et priaient. Pierre frappa à la porte d’entrée et une servante, nommée Rhode, s’approcha pour ouvrir. Elle reconnut la voix et Pierre et en fut si joyeuse que, au lieu d’ouvrir la porte, elle courut à l’intérieur pour annoncer que Pierre se trouvait dehors. Ils lui dire : « Tu es folle ! » Mais elle assurait que c’était bien vrai. Ils dirent alors : « C’est son ange ».

Cependant Pierre continuait à frapper.

Quand ils ouvrirent enfin la porte, ils le virent et furent saisis d’étonnement. De la main il leur fit signe de se taire et leur raconta comment le Seigneur l’avait conduit hors de la prison. Il dit encore : « Annoncez-le à Jacques et aux autres frères ». Puis il sortit et s’en alla ailleurs.

(Actes 12.1-17, Bible en français courant)

Comme un rêve

Ce récit relate un événement qui s'est passé en l’an 44, année de la mort d’Hérode Agrippa survenue peu après l’événement dont vous avez lu le récit. Les deux premiers versets nous présentent une Eglise endeuillée : l’un des plus proches amis de Jésus, témoin privilégié de sa vie, Jacques, fils de Zébédée et frère de Jean, est arrêté et exécuté. Hérode Agrippa, ce roi odieux ne disposant guère d’autre pouvoir que celui de nuire, a vu sa cote de popularité grimper grâce à ce forfait. Soucieux d’améliorer son score dans les sondages, il monte un grand coup : arrêter Pierre, principal leader de l’Eglise de Jérusalem. On comprend que les chrétiens se rassemblent désormais en groupes clandestins – en l’occurrence « un groupe nombreux » – pour prier ardemment face à l’épreuve et se consoler mutuellement (5b, 12).

Hérode n’est pourtant pas aussi fort qu’il l’imagine, malgré les seize (!) soldats et les chaînes pour garder Pierre sans aucun risque. D’ailleurs, les derniers versets du chapitre en donneront la démonstration – une mort foudroyante et mystérieuse que confirme Josèphe, historien contemporain des faits (v. 20-23). Quant à Pierre, après son reniement, il a fait un cheminement spirituel qui l’a profondément transformé. Les fers aux pieds, attendant une sentence de mort programmée, il dort à poings fermés. Je me demande quelle serait la qualité de mon sommeil dans le couloir de la mort ?

Et soudain, l’inattendu ! Un ange est là, arrivé on ne sait trop comment. Ne l’imaginez pas avec des ailes ou une auréole, comme sur les images pieuses. Un homme, simplement (ange signifie envoyé), illuminé de l’intérieur au point que la cellule resplendit. Et Pierre ne réagit pas. Il faut que l’homme le secoue pour le réveiller : « Pierre, dépêche-toi, mets ta ceinture, attache bien tes sandales, n’oublie pas ton pardessus » – un peu comme un gamin que sa maman houspille pour qu’il n’arrive pas en retard l’école ! Et Pierre a l’air d’obéir comme un automate.

Les seize gardes ? Ni vu ni connu, évanouis. Mais il y a la porte de fer. Une porte de prison, c’est du solide, inviolable, par définition. Quand on dit d’une personne qu’elle est « aimable comme une porte de prison », ce n’est pas franchement flatteur ! Mais pour Pierre et son lumineux accompagnateur, pas de souci, tout se passe comme si une cellule photo-électrique fonctionnait à la perfection – on se dirait à l’entrée d’une de nos grandes surfaces ! Aucun commentaire pourtant. Dans l’Evangile, les miracles sont discrets. Et les voici soudain dehors. « Mais, je rêve ? » se dit Pierre, qui s’attend à se réveiller sur le sol dur de sa cellule (v. 9). Il a sûrement fallu qu’il se pince pour y croire !

Puis l’envoyé disparaît comme il est venu. Mission accomplie ! Voici Pierre livré à lui-même dans la vieille ville, aux ruelles étroites, tortueuses, sans le moindre éclairage. Il prend maintenant conscience de ce qui s’est passé : Dieu l’a délivré par son bras puissant ! Il est libre ! (v. 11) N’empêche, il est un détenu en cavale. Dès lors, il n’a plus rien du somnambule, et n’hésite pas : il faut aller trouver sans tarder ceux et celles qui prient pour lui, leur dire qu’ils ont été exaucés, puis entrer en clandestinité.

Prière fervente, mais…

Pierre connaît une adresse, lieu habituel d’un groupe de prière. Chez une femme, la maman de son ami Marc. Ça n’a l’air de rien, mais un groupe mixte réuni le soir dans un domicile privé, c’est révolutionnaire dans le contexte religieux de l’époque, tant juif que païen. Notez qu’une réelle et totale intégration des femmes dans tous les aspects de la vie de l’Eglise, loin d’être une nouveauté contaminée par un féminisme suspect, n’est autre qu’un retour aux sources, oubliés depuis des siècles, y compris par le protestantisme évangélique !

Voici donc notre Pierre devant l’humble porte d’une maison de la vieille Jérusalem, dans le silence nocturne. A l’intérieur, on prie pour lui, avec larmes et ferveur. Soudain, on entend frapper et, sans transition, la paix du recueillement fait place, j’imagine, à un mouvement d’effroi. A une heure pareille, ça ne peut être que les flics !

Alors, courageusement, on envoie la servante voir ce qui se passe. Sans doute pas très rassurée, elle demande timidement : « C’est qui ? » Rhode… Il n’y a guère d’autres servantes de l’Antiquité dont on connaisse le nom ! Renommée méritée par son courage. Et puis, elle est bien intégrée au groupe de prière, puisqu’elle reconnaît d’emblée la voix de Pierre ! Un peu tête en l’air quand même ? Car elle oublie d’ouvrir et s’empresse d’aller partager joyeusement la bonne nouvelle avec ses amis. Mais la pauvre est refroidie par ces fervents intercesseurs qui n’ont pas l’air de s’attendre à être exaucés : « Ça va pas, la tête ? » Elle insiste, mais on se met à évoquer diverses hypothèses dont aucune ne paraît envisager un miracle : un ange, le fantôme de Pierre, une hallucination de la servante chauffée à blanc par la ferveur des intercesseurs…

Et pendant ce temps, le pauvre Pierre continue de frapper tout en jetant un œil à gauche et à droite, craignant l’arrivée de gendarmes partis à sa recherche. Il paraît plus compliqué de franchir la petite porte d’une maison de chrétiens en prière que d’ouvrir la porte infranchissable de la prison ! Quand enfin elle s’ouvre, c’est la stupeur ! (v.16) On s’attendait à tout, sauf à une réponse à la prière ! Et la surprise se transforme en allégresse. Au point que Pierre, d’un geste, doit calmer ces « Alléluia ! » propres à ameuter le quartier. Brièvement, il leur raconte ce qui s’est passé, sans entrer dans les détails. La fin de l’histoire est un peu abrupte et laisse deviner un sentiment mitigé, comme s’il y avait un froid… Pierre a l’air déçu, on le serait à moins ! Il ordonne plutôt que Jacques (le frère du Seigneur) et les autres soient informés, puis il les quitte sans dire où il va.

Sans en avoir l’air, Luc, l’auteur du livre des Actes, aime manier l’ironie. La scène n’est guère glorieuse pour ces premiers chrétiens si souvent idéalisés ! A moins que Luc n'en profite pour nous tendre un miroir ?… Pensons à certaines de nos réunions de prière, précédées d’une liste plus ou moins longue de « sujets de prière » qu’on répète de semaine en semaine. Qu’en attend-on, sincèrement ? Nos communautés ressemblent parfois plus à ce groupe replié sur lui-même qu’à la glorieuse Eglise des premiers jours.

La porte infranchissable n’est pas là où on l’imagine

Deux portes… L’une, infranchissable, bien au-delà des moyens d’un prisonnier enchaîné. Face à l’impossible, Pierre a choisi la bonne attitude : confiance, sérénité de se savoir malgré tout dans la main de Dieu. Et voilà que cette porte s’ouvre toute seule à deux battants. L’autre, la porte d’une maison privée, dont le verrou sauterait d’un simple coup d’épaule. Inutile d’attendre un miracle, elle restera fermée si la prière est un alibi plutôt qu’un acte de foi conduisant à l’action.

La première suggère la puissance de l’enfermement dans lequel nous nous trouvons tous, croyants ou non. Si cette humanité avait pu se libérer elle-même, Dieu n’aurait pas eu besoin d’envoyer son Fils souffrir jusqu’à la mort sur la croix. Et, à l’échelle de chacune de nos vies, il y a des circonstances douloureuses, bloquées « par seize soldats ! » sur lesquelles nous n’avons aucune prise : perte d’un emploi, maladie en phase terminale, conflits relationnels sans issue… Et d’autres aussi, dans notre vie intérieure : angoisses, blocages, sentiments paralysants d’incapacité, de culpabilité. Si, avec Pierre dans la sérénité de son sommeil, nous comprenons que nous n’y pouvons rien, confions notre cause à Celui qui, précisément, est venu appeler à lui ceux qui ploient sous un trop lourd fardeau, afin de leur donner du repos.

Il y a des « portes de prison » que nous n’ouvrirons pas tout seuls, avec ou sans les prières, même les plus ferventes. Lorsqu’il y a dans nos vies des enfermements que ni notre intelligence, ni notre volonté, ni nos émotions, ni même notre communauté ne pourront vaincre, apprenons la confiance. Dieu seul peut agir – même s’il n’est pas dans sa volonté de toujours le faire (voyez Jacques).

Et puis, il y a l’autre porte, une porte… à notre portée ! Mais si nous demeurons repliés sur nos habitudes et notre piété routinière, notre première préoccupation sera notre sécurité. Craignant d’être bousculés, allons-nous passer à côté de ce que Dieu nous a préparé ? La porte de la maison de Marie, ce n’est pas Dieu qui l’ouvre, car c’est du ressort de la communauté des croyants. Il nous veut adultes, disponibles pour l’inattendu et prêts à l’action, comme l’humble et courageuse Rhode.

« Que ta volonté soit faite ! » Qu’est-ce à dire ? Soumission, démission ? Posons-nous la question : ici et maintenant, par qui la volonté de Dieu va-t-elle être faite ? Nous arrive-t-il de songer qu’il y a des prières que Dieu nous demande d’exaucer nous-mêmes ? Que notre prière ne soit ni routine, ni alibi ! Que notre foi soit ouverture, espérance… et action !

Mais si, à l’instar du groupe rassemblé chez Marie, cet équipement reste au vestiaire, si la prière se borne à fermer les yeux et joindre les mains, nous risquons de ne pas voir et entendre ceux qui, à notre porte, sont à la recherche d’un peu de sécurité et de chaleur humaine, d’apaisement et de confiance retrouvée. Ils existent, pas loin de chacun de nous.

A Dieu d’accomplir l’impossible. A nous de découvrir ce qu’il nous rend capables de faire !

  • Encadré 1:

    Pourquoi ?

    En lisant ce beau récit de la délivrance de Pierre, il est difficile d’éviter un brûlant « Pourquoi ? » Pourquoi la porte de la prison de Jacques ne s’est-elle pas ouverte, pourquoi Dieu ne lui a-t-il pas envoyé d’ange ? Il aurait pu, puisqu’il l’a fait pour Pierre ! De ces deux amis, tous deux si proches de Jésus, l’un est exécuté, l’autre libéré. L’intercession pour l’un a porté du fruit, et non pour l’autre.

    L’Eglise a-t-elle prié avec moins de ferveur pour Jacques que pour Pierre ? (Faux problème : le récit montre que l’intercession pour Pierre n’a pas été particulièrement brillante !) Il semble légitime de chercher des explications. Le texte n’en donne aucune, n’en inventons pas. Pierre, certainement avait une mission à accomplir, et Jésus lui avait promis le martyre au terme d’un long combat (Jn 21.19). Plus discret peut-être, Jacques a suivi son maître avec la même fidélité que Pierre, a participé à la même « école de disciples », a entendu les mêmes paraboles, a assisté aux mêmes miracles, y compris sur le Mont de la Transfiguration. Son témoignage n’aurait-il pas pu avoir la même richesse que celui de son frère, auteur du quatrième évangile ? Stériles spéculations !

    A vrai dire, devant la douleur et la joie de ces deux situations décrites dans le même chapitre des Actes, la recherche d’explications s’essouffle. Ni un diplôme en théologie, ni des expériences spirituelles sensationnelles n’y aideront. Au-delà d’un questionnement sur une situation particulière d’il y a deux mille ans, nous sommes renvoyés à des mystères que nous avons rencontrés ou rencontrerons un jour ou l’autre dans notre vie. Douloureux, troublants, injustes. Et à certains de nos « pourquoi ? », il n’y a pas plus de réponse qu’au « lama » de Jésus à Golgotha (Mt 27.46). Un silence qui attend en vain un « parce que », incapable de consoler.

    Il est douloureux de vivre sans explication à chaque mystère rencontré. Mais nous apprenons tôt ou tard que cela fait partie de notre condition humaine, chrétienne ou non. « Maintenant, nous ne connaissons qu’en partie », écrit Paul (1 Co 13.12). En attendant, vivre avec certains silences fait partie de notre croissance vers plus de maturité – c’est ce qu’un autre Jacques veut nous aider à découvrir (Jc 1.2-4). Mais dans ces trois versets, Jacques ne précise pas à quel rythme se succèdent les étapes mentionnées vers la plénitude : des semaines, des mois, des années, toute une vie ?

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !