Jane Maire nous apprend à partager les « Saveurs de Jésus »

mardi 28 avril 2015

Membre de l’Eglise évangélique l'Abri (FREE) à la Neuveville, Jane Maire a développé un atelier de formation à l'évangélisation appelé Saveurs de Jésus. Inspiré des enseignements de Rebecca Pippert, celui-ci vise autant à déculpabiliser qu'à former des chrétiens... souvent en froid avec l'évangélisation.

« En matière de témoignage chrétien, on doit dépasser notre impatience évangélique et notre recherche de résultats rapides », explique Jane Maire, à Thielle près de Neuchâtel. Celle-ci organise des ateliers intitulés Saveurs de Jésus permettant à des chrétiens de témoigner de leur foi avec plus de simplicité et de naturel. Son approche est similaire de celle de l’Américaine Rebecca « Becky » Pippert.

Typiquement, l'atelier occupe trois ou quatre soirées et comprend des exercices pratiques. Il démarre avec une réflexion autour du mot « évangélisation ». Les participants disent ce que ce terme évoque pour eux : action, distribution, sentiment d'incompétence, peur de déranger, peur que Dieu n'agisse pas. 

L'évangélisation doit être naturelle

« L'évangélisation doit être naturelle et découler de l'amour de Dieu, précise Jane Maire. Il s'agit donc de se donner les moyens de rencontrer des gens qui ne croient pas. Cela n'a rien à voir avec une action ponctuelle durant laquelle on rassemble son courage, on témoigne, distribue et interpelle, tout en se disant que dans une heure ce sera fini et qu'on pourra rentrer à la maison. »

La deuxième étape propose de réfléchir à notre manière de rencontrer Jésus et sa Parole. Cultiver notre intimité avec Dieu est un équipement indispensable du témoignage : nous ne pouvons pas donner plus que ce que nous avons reçu.

Ensuite, l'atelier enseigne le témoignage : expliquer pourquoi nous sommes chrétiens, mais sans le patois de Canaan qui rend notre parole si souvent incompréhensible. Le témoignage confronte à la personne de Jésus, à ce que Jésus représente pour nous. Au moyen de jeux de rôles, les participants apprennent à s'entretenir avec une personne non chrétienne. Ils apprennent en particulier à accompagner un non-chrétien dans sa recherche, plutôt que d'apporter des réponse toutes faites. Ils apprennent à accepter leurs vulnérabilités et leurs questions sans réponse.

« Témoigner de notre foi, c'est un cheminement, une ouverture aux autres, une façon de vivre, mais pas une solution facile, avertit Jane Maire. Cela commence avec un profond désir de laisser Dieu mettre son empreinte en nous. » Ainsi, l'évangélisation est plus de l'ordre de l'être que du faire : être à l'écoute de Dieu et des autres, plutôt que de voir les non-chrétiens comme des objets d'évangélisation.

Claude-Alain Baehler

Plus d’infos: jane_maire@wycliffe.ch.

  • Encadré 1:

    Ils ont suivi «Saveur de Jésus»

    Les rencontres «Saveurs de Jésus» proposées par Jane Maire visent d'abord à déculpabiliser ceux pour qui l'évangélisation est un calvaire. « Nous avons d'abord travaillé sur notre perception de l'évangélisation et sur nos craintes, explique Olivier Maurer, président de l’Eglise évangélique l'Abri (FREE) à la Neuveville. Cela aide les chrétiens qui ne sont pas à l'aise avec certaines méthodes classiques. Pour ma part, je suis aujourd'hui moins soucieux et plus libre dans le domaine de l'évangélisation, notamment au travail. »

    Pour Claude Bordigoni, pasteur dans l’Eglise évangélique de Reconvilier (FREE), l'atelier «Saveurs de Jésus» nous enseigne à développer un état d'esprit : « Alors que l'évangélisation frontale ne marche plus, l'atelier nous apprend la compassion pour les autres et une manière plus naturelle d'être témoin du Christ. »

  • Encadré 2:

    Former des animateurs

    Jane Maire développe son atelier « Saveurs de Jésus » en formant des animateurs. Elle explique : « Après deux demi-journées de formation, des personnes pourraient animer cet atelier dans leur Eglise. Ce serait un moyen de multiplier son impact. »

    Pratique
    Date : Samedis 12 et 26 septembre 2015
    Lieu : Eglise La Rochette, L’Agardouse, av. de la Gare 12, 2000 Neuchâtel
    Inscription jusqu'au 6 septembre 2015, jane_maire@wycliffe.ch
    Prix : CHF 85.- par participant. Matériel et café compris

    Télécharger le flyer

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

25 novembre

  • «Dieu dans mes épreuves» avec Marjorie Waefler (One’Talk)
  • «Besoin d'amour» avec Gilles Geiser (Vitamine B)

2 décembre

  • «Une terre à nouveau fertile» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Entreprendre le changement» avec Damien Boyer (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Je n’aime ni le bonheur qui se vend, ni le 'hold-up' de la joie. La liberté, par contre, j’y crois ! »

    Ven 27 novembre 2020

    Quatre dimanches de l’Avent… et quatre personnes qui prennent la plume pour apporter une réflexion autour d’un mot qu’ils ont choisi. Ce dimanche 29 décembre, Robin Reeve, 56 ans, professeur à la HET-PRO, nous parle de LIBERTÉ. « Car Jésus est venu nous libérer de nos enfermements. »

  • Danser les lettres hébraïques comme une prière

    Lun 16 novembre 2020

    Gestuelle méditative basée sur les lettres hébraïques, la Téhima est enseignée à Renens (VD). Dans cette discipline chorégraphique, le corps se meut telle la plume d’un calligraphe. « Et l’on se trouve à la source du Verbe », explique Marc-Alain Ouaknin, philosophe, écrivain et rabbin français, dimanche 15 novembre, au micro de Gabrielle Desarzens dans l’émission Hautes Fréquences.

  • De multiples paroisses responsables

    Lun 02 novembre 2020

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Lun 26 octobre 2020

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !